Aller au contenu principal

Pesticides
Pourquoi le nouveau rapport de Générations Futures n’est pas un débat sur les pesticides et le bio

L’ONG vient de sortir un nouveau rapport expliquant qu’il y a plus de résidus de pesticides que ce qu’on pensait sur les fruits et légumes non bio. Mais ce qu’elle dénonce réellement, c’est le format de présentation des résultats de la DGCCRF. Elle demande donc à la DGCCRF plus de transparence dans sa communication.

Générations Futures fait le point en web conférence de presse le 16 septembre.
© Capture d'écran de la Zoom conférence du 16 septembre 2020.

« Fruits et légumes : les résidus de pesticides sous-estimés ». « On mange plus de pesticides que ce qu’on pensait »… Derrière ces titres aguicheurs de l’actualité, Générations futures a encore frappé, avec la publication d’un nouveau rapport.

actu
Capture d'écran de Google Actualités le 17 septembre au matin. (c) Google

Ayant obtenu de la DGCCRF les données complètes utilisées pour les rapports annuels relatifs aux contrôles en matière de recherche de pesticide dans les denrées d’origine végétales, Générations Futures a recalculé les pourcentages des résidus de pesticides sur fruits et légumes et s’est aperçu que les rapports annuels publics de la DGCCRF présentaient les résultats mélangeant les échantillons bio et non bio, et ce sans le spécifier. « Ce fait nous a depuis été confirmé par les services de l’Etat », précise l’ONG dans un communiqué.

Ainsi, les pourcentages de 2017 recalculés par Générations Futures donnent des résultats légèrement moins bons pour les produits non bio :  66,70 % des fruits non bios contenaient des résidus de pesticides quantifiés (contre 63,10 % annoncés dans les plans de surveillance mélangeant bio et non bio) ; 45 % pour les légumes non bio (contre 43,20 % bio et non bio) ; et 53,80 % pour l’ensemble fruits et légumes (contre 51,30 %). A noter : ces données concernent les limites quantifiables et non les limites maximales de résidus (lire plus loin la réponse de la DGCCRF).

GF résultats
Les résultats du rapport de Générations Futures. (c) Générations Futures

Le débat porte sur la transparence des rapports et non sur les pesticides

« Il y a clairement un quiproquo depuis deux ans, aussi bien chez les ONG que les politiques ou la presse : le bio étant présenté à part dans les annexes, on avait tous compris que les bilans de la DGCCRF ne concernaient que le non bio. Elle ne l’a jamais spécifié, ni dans ses rapports, ni en faisant des démentis publics », explique à FLD François Veillerette, directeur de l'association Générations Futures, en web conférence le 16 septembre.

Pour une fois, l’ONG ne souhaite pas relancer le débat sur le bio et les pesticides -contrairement à la presse nationale qui s’est jetée sur le sujet. Mais elle exige plus de transparence de la part de la DGCCRF et lui demande de spécifier sur les prochains rapports ce fait. « La DGCCRF utilise les lignes directrices européennes de l’Efsa pour extraire et traiter les données et ce n’est pas une exigence européenne de séparer les résultats selon les modes de production. Je comprends que la DGCCRF suive le protocole réglementaire de l’Europe. Ce qui nous a choqués, c’est l’aspect information du public », précise François Veillerette. La DGCCRF aurait promis à l’ONG de souligner cette méthodologie dans le rapport à 2018 à paraître.

Plus de budget pour séparer les données selon le mode de culture

« Le bio est à part dans les annexes des rapports, pourquoi pas le non bio ? Aujourd’hui, c’est le moment d’être transparent, d’autant plus que le bio semble confirmer par ses résultats ses performances sur les contaminations. Il serait aussi formidable d’avoir le détail pour HVE, ZRP… Mais comme ce sont des “labels” français, ils ne sont pas pris en compte dans le protocole européen. Et des traitements de données supplémentaires coûtent plus chères. » Ainsi, Générations Futures continue de militer pour une hausse du budget de la DGCCRF.

De son côté, l’ONG va travailler sur l’impact de l’origine de production (France, UE hors France, reste du monde) sur les contaminations, « maintenant que nous avons les données complètes. Nous devons mettre au point un protocole qui soit statiquement acceptable (nous envisageons d’empiler des années afin d’avoir assez de données, ce qui va limiter le nombre d’espèces de fruits et légumes disponibles). »

GF
Rapport de Générations Futures de septembre 2020.

La DGCCRF répond

De son côté, interrogée par FLD, la DGCCRF rappelle que « les rapports annuels, qui sont envoyés chaque année à Générations Futures, portent sur les denrées d’origine végétale dans leur ensemble, qu'elles soient bio ou non (issues de l'agriculture conventionnelle et bio). Dans un souci de transparence, ceux-ci font apparaître spécifiquement et de manière indépendante, les données concernant les produits bio ». En bref, si le bio est à part dans les annexes, « c’est parce que c’est un sujet qui plaît ».

Ne pas mélanger limites quantifiables et LMR

S'agissant des plans de surveillance et de contrôle des produits végétaux conventionnels, les contrôles de la DGCCRF portent sur le respect de la réglementation, et plus spécifiquement sur le respect des limites maximales de résidus (LMR) autorisées, à distinguer des limites quantifiables (LQ) qui, s’agissant des produits conventionnels, sont purement informatives, puisque c’est le respect des LMR autorisées qui est contrôlé. « Générations Futures fait état dans son communiqué de pourcentages correspondant à des résidus de pesticides quantifiés : pour ce qui concerne les denrées conventionnelles, la présence de résidus de pesticides au-dessus de la limite de quantification, mais inférieure à leurs LMR respectives, est bien conforme à la réglementation. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Les neuf maraîchers adhérents à l'OP Ydeal sont situés dans un rayon de 20 km au sud de Nantes. © Ydeal
Débuts prometteurs et projets d’avenir pour la nouvelle organisation de producteurs Ydeal
Créée début 2020 en région nantaise, l’OP Ydeal avec sa marque Le Potager de Jade mise sur la proximité, la réactivité et la…
Les 5 plus gros marchés du bio en Europe
Les consommateurs de l’Union européenne ont dépensé plus de 42 milliards d’euros pour les produits bio en 2018, dont plus de la…
tomate san pesticides
« Sans pesticide » et « Sans résidus de pesticides » font polémique
Les groupements de producteurs engagés dans les démarches « sans pesticides » ou « sans résidu de pesticides » réagissent…
Cette installation a été mise en place en mars. La première récolte, avec de faibles volumes, est prévue en 2021.  © Blue Whale
Blue Whale veut révolutionner le raisin bio
Le projet de raisin bio sous abri-climatique semble sur de bons rails. Il permettra de sécuriser le producteur et de répondre aux…
Le guayule est adapté aux conditions pédoclimatiques du sud de la France. Sa culture peut se concevoir dans le cadre d’une diversification.
Diversification : Le guayule produit du caoutchouc naturel
Issu de régions désertiques du continent nord-américain, le guayule offre des perspectives très prometteuses de développement d’…
Sodexo : solidarité et partenariats pour des fruits et des légumes locaux
Sodexo poursuit son engagement pour le développement et le soutien des filières agricoles locales et de qualité. Contexte EGalim…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes