Aller au contenu principal

Pourquoi la filière framboise intègre l’AOPn Fraises de France

L’Association de valorisation de la filière framboise (AVFF) fait désormais partie de l’AOPn Fraises de France. Les raisons de cette association.

Pour la fraise et la framboise, les pratiques culturales sont similaires. L'intégration de la framboise dans l'AOPn Fraises pourrait susciter des vocations pour redonner l'envie de produire de la framboise française.
© AOPn Fraises / Planasa

Les discussions pour faire entrer l’AVFF (Association de valorisation de la filière framboise) dans l’AOPn Fraises ne datent pas d’hier. Elles existent depuis plusieurs années même si « elles étaient moins alimentées ces dernières années », selon Emeline Vanespen, directrice de l’AOPn. L’inclusion de l’AVFF avait été validée par le conseil d’administration de l’AOPn Fraises il y a près d’un an. Le départ à la retraite de l’animateur de l’AVFF, Philippe Massardier, a sans doute précipité les choses. Cette intégration faisait d’ailleurs partie des objectifs du nouveau président de l’AVFF, élu au printemps dernier, Franck Figuet, qui est également administrateur à l’AOPn Fraises depuis une vingtaine d’années.

« C’est enrichissant, ça fait du nouveau pour l’AOPn fraises. Dès qu’on arrive à fédérer, c’est positif », lance Emeline Vanespen, directrice de l’AOPn qui a recruté une personne à l’administration afin d’accueillir comme il se doit les producteurs de framboises. L’AVFF réunit notamment Fruits Rouges & Co, le GIE des fruits rouges des Monts du Velay, l’organisation de producteurs Alpes Coccinelle ainsi que des producteurs indépendants… L’AVFF représente environ 1 000 tonnes par an de framboises qui ne suffisent pas à fournir le marché français très demandeur.

Une union qui semble naturelle car beaucoup de points communs existent entre les filières fraises et framboises. Les pratiques culturales sont similaires. D’ailleurs de nombreux producteurs produisent les deux fruits. « Il s’agit de produits peu standardisés, au niveau des méthodes de production, il y a à la fois de la culture hors sol et de la culture de pleine terre, il y a des ravageurs communs comme Drosophila Suzukii… », développe Emeline Vanespen, directrice de l’AOPn Fraises de France. « S’associer, ça fait plus de poids dans les discussions », ajoute-elle.

Répondre à la demande de framboises origine France

Pour Franck Figuet, en plus d'optimiser les rencontres, de profiter de l’organisation et du « dynamisme de l’AOPn Fraises », l’objectif est clairement de susciter des vocations en framboises chez les fraisiculteurs. « Le but est de fidéliser et de trouver de nouveaux producteurs pour répondre à la demande de framboises origine France. On a essayé de motiver de jeunes producteurs, mais ce n’est pas une culture facile notamment pour gérer la main-d’œuvre avec le pic de production de la framboise ».

La framboise se récolte en France entre juin et octobre. « Fin octobre arrivent les framboises d’Espagne et du Maroc avec lesquelles on ne peut pas lutter, à cause notamment du coût de la main-d’œuvre », rappelle l’administrateur. En revanche, pour les producteurs de fraises, « la framboise s’avère être un très bon complément ». Le calendrier de production s’y prête. « A la SCEA La Coccinelle, dès le 10 juin, on bascule de la fraise sur la framboise », témoigne-t-il.

« Commercialement aussi, pouvoir proposer la palette fraises et framboises, ça a du sens », affirme aussi la directrice.

Pas de changement de nom pour le moment

Pas de changement de nom dans un tout premier temps pour l’AOPn, car cela implique un changement express de toutes les communications (site internet, logo…). Le conseil d’administration s’enrichira lui de nouveaux membres dans les jours qui suivent. « Au conseil d’administration, nous aurons des producteurs de fraises, de framboises et des agriculteurs qui produisent les deux », détaille Emeline Vanespen.

A la question, si d’autres petits fruits rouges pourraient également intégrer l’AOPn Fraises - la myrtille par exemple, même s’il y a moins de synergies avec la fraise - Emeline Vanespen répond que l’AOPn n’y est fermée même si elle « n’a pas reçu de sollicitation en ce sens ». « On va y aller pas à pas, confirme Franck Figuet. Pour le moment, on intègre la framboise au sein de l’AOPn, mais un tel rapprochement n’est pas exclu, d’autant que beaucoup de producteurs font aussi des myrtilles, de la mûre etc. et l’union fait la force ». Sans doute une des pistes pour augmenter la production de petits fruits rouges français.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Pomme de terre : Douar Den se donne les moyens pour se développer
La société coopérative bretonne vient d’augmenter son capital social afin de pérenniser son activité dans un période troublée…
Pommes : pour Daniel Sauvaitre (ANPP), revaloriser de 0,20 € le kilo n'est pas inaccessible vu les prix depuis trois ans
Le geste des producteurs de pommes le 14 janvier pourrait préfigurer d’autres actions, possiblement plus « musclées », si leur…
Des vergers de pommiers arrachés pour dénoncer les prix d'achat producteur
Des opérations d'arrachage de vergers de pommiers ont eu lieu dans toute la France le 14 janvier. La filière pomme réclame une…
Pourquoi la filière framboise intègre l’AOPn Fraises de France
L’Association de valorisation de la filière framboise (AVFF) fait désormais partie de l’AOPn Fraises de France. Les raisons de…
Distribution : quel approvisionnement fruits et légumes pour la nouvelle enseigne Toujust ?
 FLD s’est entretenu avec Fabrice Gerber, fondateur de la nouvelle enseigne Toujust, à l’occasion du salon Sirha de Lyon. Il…
L’inflation met à mal les efforts faits pour Egalim
Alors que tous les acteurs de la restauration collective et des filières sont mobilisés pour une alimentation plus durable, l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes