Aller au contenu principal

Pour Interfel, le fonds d’aide alimentaire durable rate sa cible

Enveloppe trop faible, fléchage déficient : pour l’interprofession fruits et légumes Interfel, le fonds d’aide alimentaire annoncé par Matignon ne répond pas à la situation de précarité alimentaire dans le pays.

Pour Laurent Grandin, président d’Interfel, ce qui a été proposé « n’est pas à la hauteur de l’enjeu de la précarité alimentaire » dans le pays.
© Interfel

Après l’annonce de la Première ministre de la création d’un fonds pour une aide alimentaire durable, doté de 60 millions d’euros en 2023, pour Laurent Grandin, président d’Interfel, le compte n’y est vraiment pas. Ce fonds aura pour objectif de renforcer la qualité de l’aide alimentaire en finançant des achats de fruits et légumes et de produits sous label de qualité. « En premier lieu, l’enveloppe annoncée est ridiculement faible et, en tout cas, elle n’est pas à la hauteur des besoins. C’est une goutte d’eau dans l’océan. On peut estimer que la crise alimentaire actuelle coûte environ 2 Md€. Ce qui a été annoncé n’est pas à la hauteur de l’enjeu de la précarité alimentaire dans le pays », explique Laurent Grandin.   

Un fonds largement sous-doté

D’autre part, le fléchage du fonds ne conviendrait pas. Laurent Grandin explique : « Les personnes qui sont le plus en besoin ne sont pas ceux qui achètent en circuits courts ou bio. Si on veut augmenter la consommation de fruits et légumes, il faut que cela concerne tous les circuits, et tous les produits, au moins ceux recommandés par le PNNS, et pas seulement ceux issus de la filière SIQO ou des circuits courts ».

Enfin, le président de l’interprofession fruits et légumes s’interroge aussi la mise en œuvre opérationnelle du fonds entre création de projets locaux de circuit court, « projets innovants » portés par des collectivités, implication des grandes associations… « Cela semble souligner une certaine confusion des genres alors que l’alimentation est un enjeu majeur de santé publique et aussi d’environnement. Le fonds d’aide rate totalement sa cible », martèle le président d’Interfel.

   

Le fonds d’aide alimentaire durable prévoit entre autres, de faciliter l’achat de fruits et légumes et de produits sous label pour les 18 associations agréées.
© Philippe Gautier-FLD (photo d'archive)

 

Le chèque alimentaire, une meilleure solution ?

Qu’est-ce qui aurait dû être fait en l’occurrence ? Pour Laurent Grandin, le chèque alimentaire aurait pu constituer une solution. Le dossier semble aujourd’hui au point mort du côté des ministères. : « Je voudrais rappeler que, par deux fois, le président de la République s’est prononcé favorablement pour ce dispositif. Nous lui avons d’ailleurs adressé un courrier en ce sens il y a peu, précise Laurent Grandin, le chèque alimentaire, valable dans l’ensemble de la distribution, était une bonne formule pour sortir de l’ostracisation des populations en précarité alimentaire. Le projet a été abandonné pour des raisons fallacieuses et cela ressemble à une trahison de l’engagement du président de la République ». Interfel en tout cas continuera à soutenir ce dispositif en 2023. « Nous sommes inscrits dans une stratégie de long terme, conclut Laurent Grandin, après tout, il a bien fallu 5 ans pour que soit reconnu notre plan stratégique ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Emballages plastique : vers l’annulation de l’interdiction pour les fruits et légumes ?
Le Conseil d’Etat a recommandé l’annulation du décret instituant l’interdiction de ventes des fruits et légumes dans un emballage…
La Cité maraîchère est implantée dans le quartier Marcel Cachin, composé de grands ensembles HLM des années 1960, rénové récemment.
Seine-Saint-Denis : la Cité maraîchère de Romainville au cœur de la ville
En Seine-Saint-Denis, la Cité maraîchère de Romainville est une expérimentation agricole urbaine unique. Propriété de la…
conditionnements pommes de terre Pomliberty
Pomme de terre : Vitalis entre au capital de Pomliberty
Le réseau Vitalis vient de prendre une participation minoritaire dans Atipic, la holding qui chapote Pomliberty et la Ferme Neuve 
Le prix des palettes et des emballages bois n’est pas près de baisser
Si le prix de matière première est en baisse, celui de l’énergie et d’autres intrants, comme la main d’œuvre, va toujours…
Biomonde : « Les fruits et légumes bio sont un des moteurs de la distribution bio », selon Sönam Walterspiler
Dans une période troublée pour la filière bio, Biomonde se veut au plus près de ses adhérents et soutient les magasins qui…
Chou romanesco blanc de Prince de Bretagne Véronique Bargain
Comment Prince de Bretagne entend diversifier sa gamme de choux
Soucieuse d’innover, Prince de Bretagne lance deux nouveautés en choux : un chou plat, à consommer cru ou cuit, et un chou…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes