Aller au contenu principal

Pommes : l’offre sera suffisante mais les producteurs sont inquiets

Malgré le gel du printemps dernier, les rayons seront bien approvisionnés en pommes françaises. Cependant, l’augmentation des coûts de production pèse très lourd sur l’activité des pomiculteurs.

L'ANPP demande aux grossistes et aux distributeurs de limiter les promotions.
© Philippe Gautier-FLD

L’Association nationale pommes poires (ANPP) a fait le point sur la seconde partie d’une campagne marquée par le gel. Si les tonnages seront au rendez-vous, la hausse qualifiée d’ « historique » des coûts de production suscite une vive inquiétude.

Les stocks de pommes seront suffisants pour le marché

Les stocks vont permettre d‘approvisionner les marchés sans ruptures, indique l’ANPP. La récolte 2021 de pommes a été durement touchée par le gel intervenu en avril dernier. Ainsi, 1 363 000 tonnes de pommes ont pu être récoltées en France, avec des calibres limités et quelques défauts visuels. Leur coloration est attractive et la qualité gustative est au rendez-vous.

Du coup, l’ANNP confirme que la récolte est suffisante pour approvisionner normalement le marché de frais français jusqu’à la fin de la campagne. Au 1er janvier 2022, le stock de pommes « Vergers écoresponsables » s’élevait à 597 000 tonnes, soit 5 % de plus que l’année précédente à la même date, et conforme à la moyenne triennale.

La hausses des coûts de production inquiètent les producteurs

Cependant, la situation n’est pas pour autant rose. En effet, l’amont fait face à d’importantes hausses qui impactent le coût global de production. On pourrait ainsi citer le coût des intrants au verger (+16.5% selon l’indice IPAMPA) ou les surcoûts liés aux emballages cartons imposés par la loi Agec,  les difficultés d’organisation liées au Covid-19….Mais c’est sur le prix de l’énergie que les inquiétudes les plus fortes se font sentir : « Les contrats d’approvisionnement en électricité renégociés en 2021 entraînent une multiplication du coût de conservation par 2 à 3 ce qui peut amputer de 15% la rémunération du producteur. Si l’état français a pris des mesures pour limiter la hausse pour les ménages ou les entreprises les plus énergétivores il n’en est rien pour nos entreprises de production et d’expédition de fruits » explique l’ANPP dans sa communication.

Limiter les promotions pour valoriser la pomme française

L’ensemble de ces paramètres intervient alors que les prix de vente font preuve de stabilité. Pour les principales variétés, les prix de vente « nu départ » depuis le début de la campagne sont proches de ceux de la campagne précédente : « les prix constatés jusqu’à présent ne permettent pas d’assurer la pérennité des entreprises pomicoles françaises » alerte l’association. Elle demande à l’état français et le ministre de l’Économie d’adopter des mesures d’urgence pour limiter la hausse du prix de l’électricité et , comme pour la viande, une identification obligatoire de l’origine dans les produits transformés à base de fruits tout comme à faciliter le stickage des fruits. Les producteurs appellent donc les grossistes et les distributeurs à soutenir la valorisation des pommes françaises, notamment en limitant les promotions à des prix qui ne tiendraient pas compte de l’équilibre économique des exploitations.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

La France perd sa seule usine de transformation des artichauts
La seule usine française (installée en Bretagne) assurant la transformation des artichauts a fermé ses portes. Un manque à gagner…
Entre Le Marché de Léopold et les Comptoirs de la Bio, c’est fini !
Le Marché de Léopold table désormais sur son modèle actionnarial et opérationnel pour assurer son développement.
bananes équitables en rayon
100 % certifiées et projets pilote en production : comment Lidl s’engage pleinement pour la banane ?
Biodiversité, rémunération, environnement, pesticides… Lidl France s’est engagé dans la responsabilisation de ses filières de…
Pommes de terre bio : « Il est urgent de relancer la consommation !»
La baisse de consommation et les incertitudes sur les rendements amènent certains opérateurs à se désintéresser de la pomme de…
Légumes de France appelle son réseau à effectuer des relevés de prix et d'origine en magasins
Le syndicat Légumes de France veut vérifier les prix pratiqués en magasin, ainsi que la place des productions françaises vis-à-…
« On observe moins de pucerons sur pommier en présence de romarin »
Sylvaine Simon, ingénieure de recherche INRAE, expose les résultats d'un essai mené dans un verger de pommiers bio, visant à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes