Aller au contenu principal

Pomme : Diminuer pas à pas la protection tavelure

Au verger de Poisy, en Haute-Savoie, la diminution des intrants passe par l’adaptation du raisonnement de la protection fongicide à la sensibilité des variétés et par le choix des spécialités utilisées en fonction du niveau de risque.

Dans les vergers de Savoie et Haute-Savoie, plus des deux tiers des traitements sont destinés à la protection contre tavelure et oïdium.
© RFL

« La protection contre la tavelure représente, en moyenne sur la période 2006-2017, 60 % de l’Indice de fréquence de traitement (IFT) en Savoie », lançait en guise d’introduction Nicolas Drouzy de la Chambre d’agriculture Savoie Mont-Blanc. Avec l’oïdium, ces deux maladies concentrent plus des deux tiers des traitements annuels. « La réduction des intrants sur ces deux bioagresseurs a été un cheminement progressif depuis 2013 au verger expérimental de Poisy », continuait le technicien, invité à la journée Séance arbo de la Sefra (Drôme) en septembre dernier. La première étape a été de valider, dans les conditions climatiques savoyardes, la modélisation des projections de spores de tavelure par l’outil d’aide à la décision RimPro en les comparant plusieurs années à celles du suivi biologique pendant la période de contaminations primaires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
Demain La Terre veut amplifier sa visibilité auprès du grand public
L’association, riche de projets et de nouveaux adhérents, prévoit d’étoffer encore davantage sa gamme et met le paquet sur la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes