Aller au contenu principal
Font Size

Île-de-France
Partenariat Rungis/AEV pour une offre en fruits et légumes locale et de qualité

Le partenariat entre le marché de gros et l’agence francilienne des espaces verts devrait permettre de développer des débouchés commerciaux aux produits régionaux.

L’Agence des espaces verts (AEV) d’Ile-de-France préserve des terres agricoles dans des zones de forte pression urbaine et industrielle.
© AEV Ile de France

Le marché international de Rungis et l’Agence des espaces verts (AEV) d’Île-de-France ont signé, le 8 octobre, une convention de partenariat pour trois ans. Son objectif est double : d’une part, maintenir et développer l’agriculture francilienne en trouvant des débouchés commerciaux et, d’autre part ,renforcer la présence des produits franciliens de qualité sur le marché de gros rungissois. « Il est naturel pour l’agence de rechercher des synergies avec des acteurs clés de la commercialisation de produits alimentaires tels que le marché international de Rungis, analyse Anne Cabrit, présidente de l’AEV Île-de-France, car nous sommes convaincus que la création de convergences entre le foncier géré par l’AEV et les besoins identifiés par les professionnels du secteur en produits agricoles locaux de qualité constitue un levier pour la pérennisation de l’activité agricole francilienne. »

Rencontres grossistes fruits et légumes et producteurs

L’AEV d’Île-de-France est un acteur important de la préservation de l’agriculture régionale. Alors que la région a perdu près de 23 % de ses exploitations depuis 2010, l’AEV assure une veille sur 17 000 ha de terres agricoles et garantit le maintien de 2 300 ha agricoles en Île-de-France. L’essentiel de ces surfaces se situe dans la ceinture verte de la région, une zone où la pression immobilière, aussi bien urbaine qu’industrielle, est très forte.

À l’occasion de la signature officielle de la convention, un “agri dating” a été organisé. Six grossistes fruits et légumes rungissois (Agence Laparra, Butet, Desmettre, Dynamis, J. Colas et Puech Montana) ont rencontré plusieurs agriculteurs locataires des terres de l’AEV. Cette matinée d’échanges a permis d’établir de nouvelles pistes de travail, selon les exploitations, les attentes et les besoins de chacun : « Les rencontres avec les grossistes m’ont permis de mieux identifier la demande des consommateurs finaux et de réfléchir à une diversification de mon activité », a reconnu Xavier Dupuis, maraîcher bio installé aux Mureaux (Yvelines).

Grossistes fruits et légumes et producteurs ont échangé afin de mieux cerner les besoins de chacun.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

En médaillon, Sébastien Lacombe commercialise sa production sous la marque Gouttes du Soleil, qu'il a acquise en 2015. © A. Lasnier
Dans le Tarn-et-Garonne, une parcelle de cerisiers entièrement close par un système de filets et de bâches
Dans le Tarn-et-Garonne, Sébastien Lacombe expérimente un nouveau type d’installation pour protéger ses cerisiers contre…
Les jardiniers produisent un volume de tomates de l'ordre de 400.000 tonnes, selon une estimation du CTIFL. © DR
Tomate : Les potagers pénalisent-ils les ventes ?
Le CTIFL a mené une étude afin de déterminer l’impact de tomates produites dans les potagers des particuliers sur les achats en…
Didier Marques , président de l'UNCGFL : « Les grossistes fruits et légumes ont démontré leur capacité d’adaptation lors de la crise Covid-19 »
Élu le 11 juin, le nouveau président de l'Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes (UNCGFL) livre, pour FLD, ses…
United fresh live promo
United Fresh 2020 : la crise sanitaire a fortement touché la filière américaine
United Fresh Produce Association, l’interprofession américaine fruits et légumes tient son Salon de façon dématérialisée cette…
Mâche, blette, épinard, roquette s'accommodent de la moindre luminosité des serres photovoltaïques avec une baisse du rendement de 25% à 40%.
Serres photovoltaïques : « La perte de rendement est acceptée par certains producteurs qui ont des abris surdimensionnés»
Témoignage de Thierry Corneille, conseiller au Ceta de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône).
[Coronavirus Covid-19] L’après-crise, un retour à une non-normalité
Le rapport “Pressing Refresh” analyse l’avenir du secteur des fruits et légumes frais après la crise sanitaire, d’un point de vue…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes