Aller au contenu principal
Font Size

Drôme
Olives noires de Nyons AOP : investir pour s’adapter à la demande

La coopérative du Nyonsais cherche à élargir sa clientèle. Elle investit pour proposer dès 2020 des olives dénoyautées aux industriels.

Le film doit être suffisamment tendu sur la butte, mais sans excès afin de ne pas flotter au vent.  © BASF
Pour cette saison, il y aura un déficit en olives de bouche et en huile d’olive et les producteurs vont devoir faire face à des difficultés financières ou à un manque de trésorerie.
© JL Abraini – Vignolis

La campagne de récolte d’olives noires AOP variété Tanche a démarré le 6 novembre dans le Nyonsais et les Baronnies en Drôme provençale. Avec une année climatiquement compliquée, une sécheresse en hausse, des températures élevées pendant l’été, du vent et un automne pluvieux qui a fait perdre de la typicité avec des olives noires gorgées d’eau, les prévisions de récolte sont à la baisse.

« Nous serons largement déficitaires pour cette année. La campagne sera faible. Nous obtiendrons 60 % des volumes de la récolte de l’an passé. Pour la coopérative du Nyonsais, qui compte 350 exploitants oléiculteurs, nous prévoyons 600 t d’olives noires, dont 50 à 100 t d’olives de bouche. Les olives noires sont de petits calibres mais saines globalement. Il y a peu d’olives de bouche et une majorité d’olives est destinée à l’huile. Sur les exploitations, les agriculteurs équilibrent leurs comptes grâce aux olives de bouche. Ils vont devoir faire face à des difficultés financières ou à un manque de trésorerie car il y aura un déficit en olives de bouche et en huile d’olive », explique Anne Laurent, directrice de la coopérative agricole du Nyonsais.

Sur toute l’appellation AOP – Nyonsais et Baronnies –, on estime les prévisions de récolte autour de 1 000 à 1 400 t.

Les prochains enjeux du syndicat de l’olive noire de Nyons et des Baronnies et de la coopérative du Nyonsais sont l’irrigation et la promotion. Dans l’immédiat, la coopérative du Nyonsais cherche à élargir sa clientèle en portant un projet d’investissement en matériel de dénoyautage de l’olive noire qui devrait être opérationnel dès le début de l’année 2020.

« Il y a une demande de certains industriels, de salaisonniers, de boulangers en olives noires dénoyautées de qualité, AOP, pour la charcuterie, les pains fourrés aux olives et autres produits agroalimentaires etc. Cette demande est croissante. Elle correspond au marché du snacking qui s’installe chez les consommateurs en recherche de bons produits. C’est un investissement qui devrait être rentable à moyen terme », ajoute Anne Laurent.

Les chambres d’Agriculture planchent aussi sur un projet de canal venant du Rhône en vue d’irriguer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Gérard Malaure
[Coronavirus Covid-19] Gérard Malaure, DG du groupe Primever : « Nous avons pu livrer tous les jours toutes les régions de France malgré les retours à vide de nos camions »
Explosion de la demande de la GMS, rotation des camions compliquée, projets pour l’après Covid-19 : Gérard Malaure, directeur…
En médaillon, Sébastien Lacombe commercialise sa production sous la marque Gouttes du Soleil, qu'il a acquise en 2015. © A. Lasnier
Dans le Tarn-et-Garonne, une parcelle de cerisiers entièrement close par un système de filets et de bâches
Dans le Tarn-et-Garonne, Sébastien Lacombe expérimente un nouveau type d’installation pour protéger ses cerisiers contre…
L’offre des opérateurs français repose sur une tomate cerise HVE en barquette carton de 200 g sous flow-pack. Objectif : contrer l'offre marocaine.  © Rougeline
Une offre de tomates cerise HVE pour contrer l’importation
Intermarché communique sur les tomates cerise HVE en 200 g. L’offre, lancée aussi dans d’autres enseignes, est née d’une…
Les jardiniers produisent un volume de tomates de l'ordre de 400.000 tonnes, selon une estimation du CTIFL. © DR
Tomate : Les potagers pénalisent-ils les ventes ?
Le CTIFL a mené une étude afin de déterminer l’impact de tomates produites dans les potagers des particuliers sur les achats en…
Didier Marques , président de l'UNCGFL : « Les grossistes fruits et légumes ont démontré leur capacité d’adaptation lors de la crise Covid-19 »
Élu le 11 juin, le nouveau président de l'Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes (UNCGFL) livre, pour FLD, ses…
United fresh live promo
United Fresh 2020 : la crise sanitaire a fortement touché la filière américaine
United Fresh Produce Association, l’interprofession américaine fruits et légumes tient son Salon de façon dématérialisée cette…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes