Aller au contenu principal

Plastiques agricoles : une filière de recyclage à reconstruire

La problématique du recyclage des plastiques agricoles gonfle. Une usine de nettoyage pour améliorer leur réutilisation est en projet dans le Gard.

La nouvelle usine installée dans le Gard serait en capacité de nettoyer 10 000 tonnes de plastiques agricoles et de les transformer en une autre matière réutilisable. © C. Zambujo
La nouvelle usine installée dans le Gard serait en capacité de nettoyer 10 000 tonnes de plastiques agricoles et de les transformer en une autre matière réutilisable.
© C. Zambujo

« La gestion des plastiques agricoles est une problématique mondiale », expliquait Stéphane Guesney, d’Adivalor, en novembre dernier, lors de la rencontre annuelle technico-économique melon, organisée par l’Aprel et SudExpé, à Saint-Christol (Hérault). Suite à la fermeture des frontières de la Chine en 2017 à l’importation de plastiques (80 % des déchets mondiaux), les stocks s’accumulent un peu partout en Europe, avec comme seul exutoire, l’incinération et l’enfouissement en centres agréés. L’utilisation des plastiques à usage unique est menacée, « avec une remise en cause généralisée de l’utilisation des plastiques, notamment ceux à usage unique jetable. Ainsi, ce qui ne pourra pas être collecté et recyclé sera interdit », lance l’expert d’Adivalor.

Récupérer 10 000 tonnes de plastiques agricoles

Aujourd’hui, la feuille de route de la structure est donc clairement établie. « Le plan d’actions mis en place par Adivalor et le Comité français des plastiques agricoles est de revenir au 100 % de recyclage. Ce n’est qu’à ce prix que les agriculteurs pourront continuer, demain, à utiliser des plastiques ». En France, deux usines – en Normandie et en Aveyron – collectaient ces plastiques. Mais l’usine aveyronnaise, qui récupérait 50 % des films paillage, a fermé. « Il ne nous reste donc qu’un site en France, et d’autres en Espagne, au Portugal, aux Pays-Bas, en Belgique. Le site au Royaume-Uni va devenir inaccessible en raison du Brexit », poursuit le spécialiste. Heureusement, l’avenir s’éclaircit avec une construction en vue du côté de Nîmes : cette nouvelle usine de broyage/lavage de plastiques devrait être opérationnelle fin 2021/début 2022. « Le but est de récupérer 10 000 tonnes de plastiques agricoles en France, et de les transformer en 2 000 à 3 000 tonnes de plastiques valorisables par des industriels, qui refabriqueront un plastique recyclé. » Cette usine serait alors en capacité de nettoyer les films plastiques, de séparer l’eau, les végétaux et les plastiques, ces derniers étant alors broyés et transformés en une autre matière, réutilisable. Adivalor entend ainsi proposer des films présentant moins de 30 % de souillures, en sortie d’usine. L’objectif est également de proposer des boues présentant moins de 1 % de plastique, « afin qu’elles soient réutilisées en remblais, routiers par exemple », concluait Stéphane Guesney.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Les 5 plus gros marchés du bio en Europe
Les consommateurs de l’Union européenne ont dépensé plus de 42 milliards d’euros pour les produits bio en 2018, dont plus de la…
Cette installation a été mise en place en mars. La première récolte, avec de faibles volumes, est prévue en 2021.  © Blue Whale
Blue Whale veut révolutionner le raisin bio
Le projet de raisin bio sous abri-climatique semble sur de bons rails. Il permettra de sécuriser le producteur et de répondre aux…
Le guayule est adapté aux conditions pédoclimatiques du sud de la France. Sa culture peut se concevoir dans le cadre d’une diversification.
Diversification : Le guayule produit du caoutchouc naturel
Issu de régions désertiques du continent nord-américain, le guayule offre des perspectives très prometteuses de développement d’…
Sodexo : solidarité et partenariats pour des fruits et des légumes locaux
Sodexo poursuit son engagement pour le développement et le soutien des filières agricoles locales et de qualité. Contexte EGalim…
La vente directe par des producteurs de la Sica Saint-Pol-de-Léon
Depuis cet été, quinze adhérents de la Sica Saint-Pol-de-Léon se sont lancés dans la vente directe pour se…
La Cavac augmente ses surfaces de persil bio pour répondre à la demande
Depuis 2019, la coopérative produit du persil bio pour la surgélation. Une culture délicate qui répond à une demande de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes