Aller au contenu principal

Institutions
Nouvelle-Aquitaine : un comité régional d’Interfel attendu

Le 9 janvier, a été lancé officiellement le comité régional d’Interfel en Nouvelle-Aquitaine. Il siégera sur le Min de Bordeaux-Brienne.

Le bureau a été constitué le 9 janvier.  © CRI Nouvelle-Aquitaine
Le bureau a été constitué le 9 janvier.
© CRI Nouvelle-Aquitaine

Et de quatre ! Après celui d’Auvergne Rhône-Alpes il y a un an, celui d’Île-de-France en février, celui des Hauts-de-France fin novembre, c’est sur le Min de Bordeaux-Brienne qu’Interfel a lancé son 4e comité régional – celui de Nouvelle-Aquitaine – le 9 janvier. Un beau challenge pour la plus grande région de France en superficie (plus de 84 000 km2 couvrant douze départements). La mise en place s’est faite notamment sous la houlette de Céline Genty, bien connue dans la filière fruits et légumes, qui a pris les fonctions de déléguée régionale d’Interfel en Nouvelle-Aquitaine. L’installation sur le Min de Bordeaux-Brienne était toute naturelle. « Bordeaux est assez central par rapport à la région, mais surtout l’activité du Min est aussi très fruits et légumes », explique Sébastien Héraud, président du nouveau comité régional. Le Min avait d’ailleurs vu la création du pôle régional fruits et légumes en octobre dernier. « Mise à part la mutualisation de quelques structures, cela crée une véritable émulation pour la filière fruits et légumes », ajoute-t-il. Cela assoit une certaine présence pour une meilleure représentativité de la filière fruits et légumes au niveau régional.

Pour le lancement officiel, s’est déplacée une soixantaine de personnes, « d’horizons totalement différents » aux dires des participants, et ce et ce malgré, la journée de mobilisation nationale contre la réforme des retraites. « Cela a suscité l’intérêt côté institutions et politiques, mais il y avait aussi une véritable attente des professionnels de la filière. Il y a une volonté de travailler ensemble », insiste Sébastien Héraud.

« L’un des premiers chantiers va être de faire un état des lieux de la filière fruits et légumes dans la région, de quantifier les entreprises. Aujourd’hui nous avons des chiffres, mais on ne sait pas trop d’où ils sortent », développe-t-il. Et Céline Genty d’exploiquer : « Il va en effet falloir les consolider, notamment ceux de la production. Il y a actuellement à Interfel des études en cours pour identifier et quantifier de la manière la plus précise possible, les acteurs de la filière fruits et légumes dans chaque région et à chaque maillon de la filière. C’est une phase nécessaire et importante, pour savoir ce qu’on représente et qui on représente ».

Le premier chantier va être d’identifier et quantifier la filière fruits et légumes dans la région.

Le bureau du CRI Nouvelle-Aquitaine


Président : Sébastien Héraud (maraîcher, Coordination rurale)
Vice-président : Jean-Hugues Belland (grossiste, UNCGFL)
Secrétaire général : Alain Trégret (chef de plate-forme pour Auchan, FCD)
Trésorier : Jean-Louis Chapeyroux (producteur de noix, Felcoop)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Le marketing alimentaire peut-il être "responsable" ?
Comment impulser une démarche responsable dans le secteur agroalimentaire ? Le marketing alimentaire peut-il être responsable ?…
« L’intérêt pour nous de la serre est de protéger les cultures du Mistral », témoignait Julien Bernard aux invités de Légumes de France. © RFL
Des légumes sous serre photovoltaïque pour la vente directe
Légumes de France a organisé mi-octobre une visite de la serre photovoltaïque d’un de ses adhérents.
Comment valoriser l’agroécologie, attendue par un consommateur qui n'est pas prêt à payer plus ?
Sans pesticide de synthèse, HVE, Global Gap… Comment valoriser ces produits agroécologiques, plus chers à produire, auprès des…
Mathieu Lancry
Mathieu Lancry (coopérative Norabio) : « La contractualisation avec Biocoop permet d’éviter toute spéculation »
Marché du bio, impact de la Covid-19, et produits équitables : Mathieu Lancry, président de Norabio et administrateur de Biocoop…
Alain Alarcon Banagrumes
Banagrumes lance Orlana, une marque pour les fruits et légumes conventionnels « avec un plus »

Le grossiste rungissois Banagrumes vient de lancer une nouvelle marque Orlana. Celle-ci s’adresse aux fruits et légumes…

Les carottes de Noriap sont mises en marché par Kultive sous la marque "Carottes Ch'tis".  © Noriap
Noriap se lance dans la carotte pour le marché du frais
Après un test considéré comme concluant par la coopérative picarde, les surfaces sont appelées à doubler pour la prochaine…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes