Aller au contenu principal
Font Size

Nouvelle-Aquitaine : le machinisme pour développer le bio

La recherche et le développement de machinisme spécifique étaient au centre d’une table ronde lors du Comité régional d’orientation pour l’agriculture biologique.

L'agriculture a besoin d'innovation en machinisme, comme ici avec la méthode du strip till.
© M. Le Corre

« L’innovation technique est importante autant pour les bios que pour les conventionnels. Les uns et les autres ont des choses à partager », a affirmé en préambule le président de la Chambre régionale d’agriculture Dominique Graciet, au moment de lancer la deuxième table ronde du Comité régional d’orientation pour l’agriculture biologique qui s’est tenu à Périgueux.

Elaborer de nouveaux outils

Si la plupart des intervenants accréditent cette passerelle entre bio et conventionnels, Pierre Gaillard, le directeur d’Invenio, a rappelé avec conviction, voire force, que « rien ne pouvait se faire en matière de recherche et développement si on n’y alloue pas des moyens conséquents ». Au-delà de ces besoins financiers, les intervenants ont mis en exergue le nécessaire travail collaboratif. « Quand j’ai décidé de passer à la culture en butte, explique Patrice Pouget, maraîcher et autoconstructeur, je me suis inspiré d’une machine que j’avais vue en Isère mais il a fallu que je l’adapte à mes sols sablo-limoneux ». Le cluster Machinisme, basé en Lot-et-Garonne et qui rassemble 26 membres dont 19 entreprises de construction, démontre que la collaboration entre les différents acteurs de l’innovation est une nécessité pour élaborer de nouveaux outils. Pour Denis Vicentini, du cluster Machinisme, le développement incontestable de la bio va la conduire à un défi : la fertilisation. Il y aura, selon lui, distorsion entre la production d’engrais issus de l’élevage et les besoins des sols, parfois malmenés justement par les passages d’outils. Du côté, Thierry Guérin, directeur FD Cuma Dordogne, estime qu’on n’a peut-être pas exploité tous les gisements possibles, notamment les déchets verts.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

« On ne dessine pas un arbre en commençant par les feuilles, mais par le tronc : c’est que nous avons fait avec cette nouvelle offre pour les fruits et légumes en vrac », souligne Stefano Volpi, cofondateur de Connecting Food.  © Connecting Food
La blockchain adaptée aux fruits et légumes en vrac
Garantir l’origine tout au long de la chaîne d’approvisionnement n’est pas aisé avec des fruits et légumes en vrac. Connecting…
L'installation du bambou nécessite 4 à 5 ans puis les pousses sont ramassées à 25-30 cm pour être vendues en frais.
Du bambou alimentaire planté en Normandie
Matthieu Lerdu et ses deux fils, Rodolphe et Baptiste, ont planté 6 ha de bambou alimentaire, en contrat avec Onlymoso, société…
En ail blanc, les calibres sont plutôt moyens cette année.  © Archives FLD
« On va avoir besoin de l’ail français »
C’est le début de la campagne de l’ail français. Une année plutôt bonne, sans stock dans les frigos avec moins d’ail espagnol.…
La future organisation de producteurs  légumes d’Eureden sera centrée sur les légumes surgelés et appertisés.  © Claire Tillier - FLD
Une nouvelle grande organisation de producteurs pour les légumes transformés

Au 1er janvier 2021, les deux organisations de producteurs (OP) de légumes des coopératives Cecab/d’aucy et…

Jean Castex annonce la réouverture de la ligne Perpignan-Rungis pour le transport des fruits et légumes
En déplacement à sur la plate-forme multimodale de Valenton (Val-de-Marne), le Premier ministre a déclaré la réouverture dans un…
Pascal Prat, directeur général de Fleuron d’Anjou : « Deux nouvelles lignes ont été installées à la station. L’une d’entre elles permet le développement d’une nouvelle offre en radis équeutés en sachet prêt-à-consommer. C’est une ligne pilote, la première sur le marché français ».  © Fleuron d Anjou
Fleuron d’Anjou poursuit sa politique de développement
Asperges, patates douces, radis, mâche : autant de légumes appelés à croître dans le portefeuille produit de la coopérative qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes