Aller au contenu principal
Font Size

Normandie : La carotte fait de la résistance

Les producteurs de carotte de la Créances communiquent, sans baisser les bras, pour maintenir leur production dans le bassin légumier.

Avec beaucoup de conviction et de pédagogie, les producteurs de carotte de Créances ont défendu leur filière auprès des élus et des consommateurs.
© T.Guillemot

Avec la fin de la dérogation de l’utilisation du dichloropropène en cas d’urgence phytosanitaire pour lutter contre le nématode de la carotte, les chiffres parlent et sont cruels. « 50 % de surfaces de carotte en moins dans notre bassin de production », ont martelé de concert Philippe Jean, GPLM (Groupement des producteurs de légumes de la Manche), et Jean-Luc Leblond, président de la section légumes de la FDSEA 50, en août dernier, lors de la fête du terroir à Créances. La légitimité de leur combat, c’est tout d’abord une distorsion européenne de concurrence incompréhensible. Alors que Stéphane Travert était encore ministre de l’Agriculture, la France a interdit l’utilisation dérogatoire du fumigant mais pas l’Espagne, ni l’Italie, ni le Portugal, ni Chypre.

Faire baisser le niveau de nématodes

Le risque ? « Que la carotte de Créances ne devienne plus qu’un marché de niche pour bobos parisiens faute de volume », s’inquiète Philippe Jean. Et à ceux qui prétendent que rien n’a été fait pour sortir du « chimique », le par ailleurs vice-président de la station d’expérimentation du Sileban met en avant « 20 ans de recherche financée par les producteurs ». Dans l’immédiat, l’heure est aux analyses de sol pour mesurer le niveau d’infestation en nématodes. 1 600 sont programmées ou ont déjà été réalisées pour un montant de 430 000 euros. C’est sur cette base que la décision d’emblaver ou pas est actée. « On se donne cinq ans pour faire baisser le niveau de nématodes », pronostiquent les responsables professionnels. La méthode alternative privilégiée : une rotation poireau, navet puis deux années de cultures avant de ressemer en carotte. En attendant, l’Etat avait promis des aides pour passer ce cap d’assainissement. « On n’a toujours pas vu les aides du gouvernement et aucun écrit du ministère de l’Agriculture sur les aides promises », s’inquiètent Jean-Luc Leblond et Philippe Jean. Les consommateurs et consom’acteurs étaient présents, offrant une oreille attentive aux difficultés actuelles. Certains sont même repartis frustrés. Ils voulaient acheter des carottes de Créances mais il n’y avait rien à vendre sur le stand des « Jardins de Normandie ». Après tout, il faut peut-être commencer à apprendre à s’en passer. C’est le message qu’ont voulu faire passer les producteurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

En médaillon, Sébastien Lacombe commercialise sa production sous la marque Gouttes du Soleil, qu'il a acquise en 2015. © A. Lasnier
Dans le Tarn-et-Garonne, une parcelle de cerisiers entièrement close par un système de filets et de bâches
Dans le Tarn-et-Garonne, Sébastien Lacombe expérimente un nouveau type d’installation pour protéger ses cerisiers contre…
Les jardiniers produisent un volume de tomates de l'ordre de 400.000 tonnes, selon une estimation du CTIFL. © DR
Tomate : Les potagers pénalisent-ils les ventes ?
Le CTIFL a mené une étude afin de déterminer l’impact de tomates produites dans les potagers des particuliers sur les achats en…
Didier Marques , président de l'UNCGFL : « Les grossistes fruits et légumes ont démontré leur capacité d’adaptation lors de la crise Covid-19 »
Élu le 11 juin, le nouveau président de l'Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes (UNCGFL) livre, pour FLD, ses…
United fresh live promo
United Fresh 2020 : la crise sanitaire a fortement touché la filière américaine
United Fresh Produce Association, l’interprofession américaine fruits et légumes tient son Salon de façon dématérialisée cette…
Mâche, blette, épinard, roquette s'accommodent de la moindre luminosité des serres photovoltaïques avec une baisse du rendement de 25% à 40%.
Serres photovoltaïques : « La perte de rendement est acceptée par certains producteurs qui ont des abris surdimensionnés»
Témoignage de Thierry Corneille, conseiller au Ceta de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône).
promus box
Promus veut aider tous les producteurs à vendre en circuits courts
La start-up souhaite démocratiser l’approvisionnement local en accompagnant les producteurs dans leur diversification en circuit…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes