Aller au contenu principal

Salon
[Medfel 2022] : Le rendez-vous d'affaires français des fruits et légumes en cinq points-clés

Medfel a enfin pu se tenir en physique après deux ans de Covid. Condensé en deux jours et non plus trois, les ambitions étaient fortes. Le pari semble avoir été tenu. Retour sur ce qu’il ne fallait pas manquer, des stands aux conférences de l’Agora en passant par les bruits de couloir.

Medfel 2022 à 10h le mercredi 27 avril : allées déjà bien remplies, ambiance détendue mais des rendez-vous et rencontres d'affaires efficaces.
© Julia Commandeur - FLD

[Mis à jour le 6 mai]

Medfel a enfin pu se tenir en physique après deux ans de Covid. Condensé en deux jours et non plus trois, les ambitions étaient fortes. Le pari semble avoir été tenu. Retour sur ce qu’il ne fallait pas manquer, des stands aux conférences de l’Agora en passant par les bruits de couloir.

 

  • 1- Un retour en force et convivialité

« Super contents », « une réussite », « très convivial » …. De l’avis de tous, ce retour de Medfel fut une réussite. Avec le pari de condenser un programme pourtant dense sur deux jours et de répondre à toutes les problématiques et enjeux du moment, dans un contexte international compliqué, Medfel avait mis la barre haute. Les 27 et 28 avril au Parc des Expositions de Perpignan, les allées n’ont pas désempli avant le jeudi début d’après-midi (et encore, pour un dernier jour de salon, la fréquentation était encore haute !). Stéphane Decourcelle, directeur de Fruits Rouges and Co, confirme à FLD : « Il y a beaucoup de passage dans les allées, des personnes qui s’arrêtent et écoutent, c’est différent des très grands salons comme Fruit Logistica. C’est important de revoir en présentiel certains de nos clients. La confiance passe aussi par le contact ».

L’ambiance était bonne enfant, chacun ravi de retrouver clients et fournisseurs. L’organisation de buffets (financés par les banques partenaires) et un accueil aux petits soins des exposants a été très apprécié. Comme chaque année, Sud de France a organisé sa soirée, cette année au Mas de Rières à Toulouges le mercredi.

Au-delà de l’aspect festif, le business était bien au rendez-vous, avec des « échanges riches » et « nombreux ». La dernière après-midi, une personne de l’organisation a visité tous les stands pour s’assurer que les rendez-vous BtoB qui avaient été pré-enregistrés et programmés avaient été bien honorés et se chargeait de rappels et de demandes d’explication si cela n’avait pas été le cas. Cette année, 1030 rendez-Vous d’Affaires ont eu lieu durant les 2 jours de salon, permettant la rencontre entre tous les acteurs de la filière. De nombreux acheteurs et distributeurs de divers pays (Autriche, Belgique, Colombie, Côte d’Ivoire, Danemark, Egypte, Emirats Arabes Unis, Espagne, Estonie, Finlande, Hongrie, Italie, Nigéria, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Qatar, République Tchèque, Royaume-Uni, Sénégal, Slovaquie, Suède, Tunisie) sont venus rencontrer des producteurs français.

Les nouveautés tant en termes de produits que de services et d’acteurs étaient aussi bien présentes puisque sur les 200 exposants, 47 % l’étaient pour la première fois : PME ou grands groupes déjà bien implantées et qui ont passé le cap, mais aussi de jeunes entreprises créées depuis le Covid.

Le salon sur deux jours et non plus trois ne semble pas avoir découragé les visiteurs, même ceux qui venaient de loin, bien au contraire. Seul manquait le visitorat asiatique, bloqué par le Covid. « Porté par la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée et organisé par l’Agence régionale de développement économique Ad’Occ et SPAS Organisation, le salon Medfel s’achève sur un très beau bilan pour cette édition des retrouvailles de toute la filière Fruits et Légumes. Plus de 3 100 visiteurs ont parcouru les allées du parc des expositions de Perpignan, pour rencontrer les 200 exposants présents », ont salué les organisateurs dans un bilan diffusé le 6 mai.

 

  • 2- Structuration et relocalisation de filières : les fruits secs, in-loupables et le bio toujours au rendez-vous

 

Les fruits secs :

Medfef avait mis cette année l’accent sur les fruits secs et cela s’est bien ressenti sur l’offre exposante : Châtaignes des Cévennes, Marcou Fruits secs, Castaneas, Terre d’Amandes, Cerno, la Compagnie des Amandes… Des fruits qui s’adaptent aussi à la tendance du snacking. Croc’Ella, nouvelle entreprise, est spécialisée dans la torréfaction et l’enrobage de ces fruits. Oléagineux en général et lentilles n'ont pas été oubliés non plus.

Les fruits à coque sont clairement un marché d’avenir, en particulier si les produits sont d’origine France. Face à la demande qui explose pour l’amande, mais aussi la châtaigne en particulier transformée, et dans une moindre mesure la noisette et la noix, Interfel a commandité une étude consommation CTIFL.

 

Le bio :

Le salon Medfel a toujours mis à l’honneur le bio et ses produits. Mais cette année, en plus des traditionnels étals de produits bio présents sur Medfel à l’entrée, un espace bio avec une structure “arbre” en bois trônait fièrement face à l’entrée du salon à côté de l’espace Agora. Organisé par Interbio Occitanie, il mettait en valeur les produis, les différents types d’emballages et les exposants bio, « une quarantaine d’exposants, plus si on détaille les gros exposants comme Saint-Charles, sur 200 exposants [selon les organisateurs de Medfel : 50 exposants proposant des gammes certifiées bio]», détaille Dany La Noë. Le directeur du Civam Bio 66 et chargé de mission fruits & légumes parle d’un « bon ressenti par les visiteurs de ce focus sur le bio ». L’Organic Road permettait de retrouver les stands de ces exposants bio.

L’Occitanie est la 3e région bio pour le nombre de producteurs et de surfaces en légumes bio (27 % des surfaces régionales, 4 700 ha dont 380 ha en conversion et 2 800 producteurs), selon les chiffres 2020 (Agence Bio, OC, Orab). En fruits, l’Occitanie est la 1ère région pour le nombre de producteurs et la 2ème pour les surfaces (15 % des surfaces en bio, 10 300 ha dont 3 200 en conversion et 3 000 producteurs). Au global en 2020, la France représentait 13 500 producteurs de fruits bio sur 56 700 ha et 15 000 producteurs de légumes bio sur 42 200 ha.

 

Demande environnementale :

L’Espace Bio et l’Organic Road by Medfel, emballages Agec-compatible et transports plus propres sur les stands des exposants, et conférences ciblées : Medfel a fait le point sur le verdissement de l’agriculture mais aussi du commerce.

Une dizaine de jeunes pousses innovantes ont exposé au sein du Lab’Innov by medFEL. Ce village, véritable espace d’innovation, a permis de mettre en lumière les produits et/ou les services innovants en matière de développement durable, de RSE, d’écoresponsabilité, d’économie circulaire, de zéro-gâchis, d’initiatives écologiques ou encore d’éco-innovations technologiques. « Le succès a été au rendez-vous ! Le Lab’Innov est promis à un bel avenir sur les éditions à venir », affirme Medfel.

 

  • 3- Un programme recentré sur la production mais aussi sur la logistique et les équipements

Les organisateurs du Medfel avaient choisi de recentrer l’offre sur la production : exposants mais aussi conférences étaient davantage techniques que les éditions précédentes, avec par exemple la thématique des sols vivants abordée lors d’un débat le 28 avril. Le premier grand témoin, David Djaïz, ancien de l’ENS, de l’École Nationale d’Administration et titulaire d’un master 2 de philosophie politique de la Sorbonne, est enseignant à Sciences Po et essayiste (“Le nouveau modèle français”, “la Guerre Civile n’aura pas lieu”), est intervenu le 27 avril sur « l’agriculture française, à l’heure de la transition compétitive ».

 

 

 

Pour autant, comme l’a confié Chantal Passat (département Agroalimentaire à Ad’Occ), Medfel c’est aussi la Méditerranée et la logistique qui va avec, avec l’incontournable plateforme de Saint-Charles. L’offre exposante était aussi riche de transporteurs et d’équipementiers : Fret SNCF (le train des primeurs), Primever, et de solutions d’emballages et d’équipements, loi Agec oblige.

 

 

 

 

  • 4- Business is business : on n’oublie pas la distribution

On se rapproche de l’amont certes, mais on n’oublie pas pour autant la distribution. Celle-ci était présente à la fois en tant qu’exposante, avec Creno, que visiteur, avec des délégations d’acheteurs : 48 de 21 pays différents, en particulier d’Amérique du Sud et d’Europe, de l’Est, du Moyen-Orient (Emirats Arabes, Quatar…). Seuls les Asiatiques manquaient à l’appel, contexte Covid oblige.

Comme chaque année, une visite d’exploitation leur a été dédiée. Cette année, c’est l’exploitation d’Ille Roussillon que les acheteurs ont découvert : vergers d’abricots, champs d’artichaud, station de conditionnement…. De bon matin, avec une trentaine de personnes, les questions ont fusé, tant sur les productions de l’entreprise et ses projets que sur le fonctionnement plus général de l’expédition en France : qu’est-ce qu’une OP ? comment maîtriser le foncier agricole ? etc.

La distribution aussi dans les conférences : des témoins issus de la GMS (Carrefour, Lidl, etc…) et même une conférence dédiée avec Olivier Dauvers qui a fait salle comble.

 

  • 5- Les prévisions des fruits d’été, l’incontournable

Les réunions privées institutionnelles ont aussi fait leur retour sur le salon : l'AOP Pêches et Abricots, exposant et qui a réélu son bureau à l'occasion du salon, la jeune AOP Kiwi de France qui se lance...

Et chose promise et attendue : les prévisions de plantations de melon ont eu lieu le mercredi 27 avril et les prévisions européennes de récoltes abricot le jeudi 28 avril. Enfin, les prévisions européennes de récoltes pêches nectarines seront dévoilées lors d’un webinaire le mardi 24 mai dans le cadre des Mardis de Medfel (inscription gratuite). Cela permet de décaler la date et d’être plus proche de la réalité du terrain en termes d’évolution des vergers. Mais les intervenants des prévisions abricots ont pu témoigner de leur ressenti quant à la campagne à venir.

 

Les plus lus

Colère des agriculteurs français : en Espagne, le secteur dénonce l’entrave à la circulation de ses camions de fruits et légumes

La Fédération espagnole des producteurs et exportateurs de fruits et légumes a dénoncé dans un communiqué en fin de semaine…

Tomates bio espagnoles : pourquoi Ségolène Royal se trompe de combat

Des accusations de « faux bio » de la part de Ségolène Royal pour leurs tomates bio sur une chaîne de TV ont empiré…

Virginie Boisseau et Mickaël Girard veulent développer et rationaliser leurs débouchés.
« Nous avons développé les légumes pour améliorer la rentabilité de l’exploitation »

Installés près d’Angers, Mickaël Girard et Virginie Boisseau ont fait le choix des légumes bio et de la vente directe pour…

Lors de la signature du partenariat entre Sikig et Maïsadour le 16 janvier : Julien Pedelucq, président directeur général du groupe SIKIG, Michael Dolet Fayet ...
Plantations de kiwi dans les Landes : quels sont les objectifs de Maïsadour et Sikig ?

Le partenariat entre Maïssadour et Sikig a pour but de développer la culture du kiwi dans les Landes et de proposer une…

90 % des vergers de Blue Whale sont protégés par des filets de protection anti-grêle. En revanche la couverture anti-gel ne représente que 55 % des surfaces.
Rencontres Blue Whale : le changement climatique et la gestion de l'eau s'invitent aux débats

Avec les premières Rencontres Blue Whale, le groupement de producteurs s’est donné une feuille de route pour appréhender les…

Tavelure sur une feuille de pommier
Tavelure : quelle est cette piste de recherche innovante contre la maladie numéro 1 du pommier ?
Une piste de recherche actuellement à l’étude contre la tavelure, principale maladie du pommier, repose sur la combinaison d’une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes