Aller au contenu principal

« L’irrigation du panais peut s’envisager au goutte-à-goutte »

Les panais irrigués en goutte-à-goutte ont produit des racines plus fines et plongeantes, homogènes avec moins de déchets, que ceux irrigués par aspersion, trapus et très hétérogènes.
© J.Bellanger

Témoignage de Jérémy Bellanger, conseiller en production légumière au Comité départemental de développement légumier (CDDL).

La culture de panais est une culture importante sur le bassin de production de l’Authion (Maine-et-Loire). Pour celle-ci, une bonne maîtrise de l’irrigation est essentielle afin d’assurer une bonne levée et construire le rendement recherché. Mais, les exploitations de ce bassin sont soumises à des autorisations de prélèvements ainsi qu’à des restrictions d’usage de l’eau en période estivale. Aussi, sans référence sur cette culture, le système goutte-à-goutte qui permet d’accroître l’efficience des irrigations a été évalué avant de le démocratiser auprès des producteurs. Ainsi, le CDDL a mis en place en 2018 un essai goutte-à-goutte sur une parcelle de panais semée fin avril en sol sableux en comparaison à un témoin irrigué par aspersion dans le cadre d’un projet régional sur la thématique, piloté par l’Arelpal (Association régionale d’expérimentation légumière des Pays de la Loire), et auquel participent également d’autres partenaires techniques de la filière. L’essai a montré des résultats intéressants et encourageants sans différence significative entre les deux modalités lors de la levée des graines. Les panais irrigués au goutte-à-goutte se sont ensuite développés plus rapidement que ceux de l’aspersion sur les premières semaines. Puis le rendement commercial de la modalité goutte-à-goutte a été supérieur à l’aspersion, malgré un stress hydrique important enduré par les panais de la modalité goutte-à-goutte, suite à un problème de filtre. Le goutte-à-goutte a montré un taux de déchet de 20 %, majoritairement des petits calibres, tandis que la modalité aspersion avait deux fois plus de déchets, principalement des panais fourchus, trapus ou éclatés. De manière générale, les panais irrigués en goutte-à-goutte avaient des racines plus fines et plongeantes, et homogènes, que ceux de l’aspersion, trapues et très hétérogènes, ce qui a entraîné un coût de main-d’œuvre à la récolte plus important pour l’aspersion, commente le spécialiste. Le binage est resté réalisable dans la parcelle goutte-à-goutte malgré les gaines. Enfin, une économie d’eau de 30 % a également été possible par rapport à l’aspersion. Cet essai nous permet aussi de constater qu’une période de stress intense en début de remplissage des racines, n’hypothèque pas la récolte de la culture malgré la perte de calibre occasionné. Cette expérience sera réitérée en 2019 afin de consolider ces observations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Demain La Terre veut amplifier sa visibilité auprès du grand public
L’association, riche de projets et de nouveaux adhérents, prévoit d’étoffer encore davantage sa gamme et met le paquet sur la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes