Aller au contenu principal
Font Size

Provence-Alpes-Côte d’Azur
Les paillages en verger à l’essai à La Pugère

L’utilisation et l’impact des paillages plastiques et de bâches tissées en verger sont évalués par La Pugère et l’Ardepi comme alternative au désherbage.

Vincent Lesniak, La Pugère, a présenté l’essai sur l’évaluation de la durabilité de différents paillages dans le temps lors d’une réunion technique organisée sur la station expérimentale début juillet.
© E.Delarue

La station d’expérimentation de La Pugère (Bouches-du-Rhône) s’intéresse depuis peu à l’utilisation des paillages plastiques et autres bâches tissées, afin d’apporter aux professionnels toutes les informations utiles sur leur mise en œuvre, leur coût mais aussi leur impact sur le développement des arbres, et sur la disponibilité en eau dans le sol. « L’idée est d’abord d’observer la durabilité de ces paillages dans le temps », explique Vincent Lesniak en présentant un essai comparatif des différents matériaux disponibles sur le marché. Celui-ci compare une modalité travail du sol avec un paillage microperforé plastique ; un paillage tissé ; un paillage tissé bio-compostable ; un paillage en jute ; ainsi qu’un paillage en feutre. Avec un paillage tissé, plus résistant (maille de 130 g/m²), aucune recolonisation des mauvaises herbes n’a été observée. Même constat pour le paillage tissé bio-compostable. Plus naturels, les paillages en jute et en feutre présentent l’avantage de se dégrader à la parcelle, mais leurs durées de vie sont aussi intermédiaires. « Les mesures des circonférences de tronc sont assez homogènes et, surtout, les gains de circonférences sont supérieurs sur les arbres situés sous paillages », commente Vincent Lesniak.

Une meilleure gestion de l’eau

L’impact du paillage sur la consommation en eau a également donné lieu à un essai parallèle. L’Ardepi a suivi l’efficience d’apport d’eau sur une modalité désherbée, comparativement à une modalité avec paillage plastique et une autre avec un paillage tissé. « Nous avons enregistré 30 % d’apport d’eau en moins sur les paillages tissés et plastiques, par rapport à la référence désherbage mécanique et chimique. Le sol, beaucoup plus séchant sans le paillage, a nécessité des apports d’eau supplémentaires pour maintenir les humidités à un niveau semblable », indique le technicien de l’Ardepi. Les sondes utilisées sur l’essai mesurent également la température sur chaque capteur et la salinité de la solution de sol. Sur la première année, aucune différence significative entre les différents paillages n’a été observée. Mais la température est plus élevée sous les paillages, laissant à penser que la minéralisation pourra potentiellement être plus importante sous paillage, stimulant davantage la vie du sol. Sur 2020, l’essai va se poursuivre avec les mêmes outils, pour confirmer la réduction des apports en eau sur des cultures paillées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

« On ne dessine pas un arbre en commençant par les feuilles, mais par le tronc : c’est que nous avons fait avec cette nouvelle offre pour les fruits et légumes en vrac », souligne Stefano Volpi, cofondateur de Connecting Food.  © Connecting Food
La blockchain adaptée aux fruits et légumes en vrac
Garantir l’origine tout au long de la chaîne d’approvisionnement n’est pas aisé avec des fruits et légumes en vrac. Connecting…
L'installation du bambou nécessite 4 à 5 ans puis les pousses sont ramassées à 25-30 cm pour être vendues en frais.
Du bambou alimentaire planté en Normandie
Matthieu Lerdu et ses deux fils, Rodolphe et Baptiste, ont planté 6 ha de bambou alimentaire, en contrat avec Onlymoso, société…
En ail blanc, les calibres sont plutôt moyens cette année.  © Archives FLD
« On va avoir besoin de l’ail français »
C’est le début de la campagne de l’ail français. Une année plutôt bonne, sans stock dans les frigos avec moins d’ail espagnol.…
La future organisation de producteurs  légumes d’Eureden sera centrée sur les légumes surgelés et appertisés.  © Claire Tillier - FLD
Une nouvelle grande organisation de producteurs pour les légumes transformés

Au 1er janvier 2021, les deux organisations de producteurs (OP) de légumes des coopératives Cecab/d’aucy et…

Jean Castex annonce la réouverture de la ligne Perpignan-Rungis pour le transport des fruits et légumes
En déplacement à sur la plate-forme multimodale de Valenton (Val-de-Marne), le Premier ministre a déclaré la réouverture dans un…
Pascal Prat, directeur général de Fleuron d’Anjou : « Deux nouvelles lignes ont été installées à la station. L’une d’entre elles permet le développement d’une nouvelle offre en radis équeutés en sachet prêt-à-consommer. C’est une ligne pilote, la première sur le marché français ».  © Fleuron d Anjou
Fleuron d’Anjou poursuit sa politique de développement
Asperges, patates douces, radis, mâche : autant de légumes appelés à croître dans le portefeuille produit de la coopérative qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes