Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedIn

Provence-Alpes-Côte d’Azur
Les paillages en verger à l’essai à La Pugère

L’utilisation et l’impact des paillages plastiques et de bâches tissées en verger sont évalués par La Pugère et l’Ardepi comme alternative au désherbage.

Vincent Lesniak, La Pugère, a présenté l’essai sur l’évaluation de la durabilité de différents paillages dans le temps lors d’une réunion technique organisée sur la station expérimentale début juillet.
© E.Delarue

La station d’expérimentation de La Pugère (Bouches-du-Rhône) s’intéresse depuis peu à l’utilisation des paillages plastiques et autres bâches tissées, afin d’apporter aux professionnels toutes les informations utiles sur leur mise en œuvre, leur coût mais aussi leur impact sur le développement des arbres, et sur la disponibilité en eau dans le sol. « L’idée est d’abord d’observer la durabilité de ces paillages dans le temps », explique Vincent Lesniak en présentant un essai comparatif des différents matériaux disponibles sur le marché. Celui-ci compare une modalité travail du sol avec un paillage microperforé plastique ; un paillage tissé ; un paillage tissé bio-compostable ; un paillage en jute ; ainsi qu’un paillage en feutre. Avec un paillage tissé, plus résistant (maille de 130 g/m²), aucune recolonisation des mauvaises herbes n’a été observée. Même constat pour le paillage tissé bio-compostable. Plus naturels, les paillages en jute et en feutre présentent l’avantage de se dégrader à la parcelle, mais leurs durées de vie sont aussi intermédiaires. « Les mesures des circonférences de tronc sont assez homogènes et, surtout, les gains de circonférences sont supérieurs sur les arbres situés sous paillages », commente Vincent Lesniak.

Une meilleure gestion de l’eau

L’impact du paillage sur la consommation en eau a également donné lieu à un essai parallèle. L’Ardepi a suivi l’efficience d’apport d’eau sur une modalité désherbée, comparativement à une modalité avec paillage plastique et une autre avec un paillage tissé. « Nous avons enregistré 30 % d’apport d’eau en moins sur les paillages tissés et plastiques, par rapport à la référence désherbage mécanique et chimique. Le sol, beaucoup plus séchant sans le paillage, a nécessité des apports d’eau supplémentaires pour maintenir les humidités à un niveau semblable », indique le technicien de l’Ardepi. Les sondes utilisées sur l’essai mesurent également la température sur chaque capteur et la salinité de la solution de sol. Sur la première année, aucune différence significative entre les différents paillages n’a été observée. Mais la température est plus élevée sous les paillages, laissant à penser que la minéralisation pourra potentiellement être plus importante sous paillage, stimulant davantage la vie du sol. Sur 2020, l’essai va se poursuivre avec les mêmes outils, pour confirmer la réduction des apports en eau sur des cultures paillées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

11400 ha de melons devaient être cultivés en France en 2020. Le bio et la Haute valeur environnementale (HVE) se développent. © Véronique Bargain - FLD
Le melon en recherche de valorisation
Melon haut de gamme, bio, sans pesticides, nouveaux types : alors que les surfaces baissent et que les prix stagnent, les…
[Coronavirus Covid-19] La cerise des Monts du Lyonnais, davantage en barquette ?
Une belle récolte en qualité et en quantité est attendue. Les deux gros faiseurs de la cerise de Bessenay, Cerifrais et Chambe…
[Coronavirus Covid-19] Les Français, confinés, font le choix de produits responsables
Quel est l’impact du confinement sur les achats alimentaires ? La forte croissance du bio-équitable-local sera-t-elle remise en…
Le désherbage par travail mécanique du sol et la tonte des lignes de plantation sont les deux méthodes alternatives déjà mises en œuvre par les arboriculteurs.  © RFL
Le CTIFL évalue l'impact du retrait du glyphosate
Le CTIFL a dressé un état des lieux technico-économique pour apprécier les enjeux du retrait du glyphosate en France. Des…
Pour Lionel Wolberg, PDG d’Organic Alliance, « pendant la crise du Covid-19, certains consommateurs sont venus pour la première fois en magasin bio et je pense qu’ils reviendront ».   © Organic Alliance
[Coronavirus Covid-19] L’activité d’Organic Alliance n’a pas été handicapée par la pandémie
Acteur historique de la distribution de fruits et légumes bio, Organic Alliance, né du regroupement ProNatura et Vitafrais, a…
[Coronavirus Covid-19] Les saisonniers européens peuvent venir travailler en France, sous conditions
[Article mis à jour le 26 mai 2020] Les saisonniers agricoles européens munis d'un contrat de travail en France sont…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes