Aller au contenu principal

« Les agriculteurs sont les utilisateurs d'eau les plus impactés par le changement climatique »

Pour François Gemenne, coauteur du 6e rapport du Giec, il faut un arbitrage politique sur l’allocation des ressources en eau.

François Gemenne, politologue, chercheur, coauteur du 6e rapport du Giec
François Gemenne, politologue, chercheur, coauteur du 6e rapport du Giec
© V. Bargain

« L’adaptation au changement climatique est un processus dynamique, mais aussi culturel. Alors que l’on a longtemps pensé que l’eau était un problème du sud, l’été 2022 nous a montré que le problème de l’eau, c’est ici et maintenant. Les premiers utilisateurs de l’eau sont les agriculteurs, l’industrie et les populations. Et chacun a sa part de responsabilité en termes de mesures d’économie d’eau ou par exemple de recyclage des eaux usées. Les utilisateurs les plus impactés pour l’instant par le changement climatique sont les agriculteurs.

Un point important est donc d’adapter le modèle agricole et les types de cultures, mais sans culpabilisation. Certaines cultures sont plus consommatrices d’eau que d’autres, mais sont nécessaires. L’objectif, en regardant les projections, est d’identifier les cultures les plus économes en eau et qui permettent des revenus pérennes. Il faudrait aussi un arbitrage politique sur l’allocation des ressources en eau. Dans les pays du sud, le changement climatique entraîne beaucoup de conflits entre agriculteurs et éleveurs sur le partage de l’eau.

Une politique sur l’allocation de l’eau devient cruciale pour éviter des tensions entre les différents groupes d’usagers, tensions qui peuvent dégénérer en conflits. Il faut éviter de reproduire les scènes des bassines de Sainte-Soline, les uns reprochant aux autres de s’accaparer une ressource qui diminue. Il y a aujourd’hui une vraie prise de conscience de notre vulnérabilité par rapport à l’eau. Un arbitrage politique sur l’allocation des ressources peut entraîner des mécontentements, mais il faut l’expliquer et assurer un partage équitable. »

Les plus lus

Grégory Spinelli, champignonnière du Clos du Roi
Grégory Spinelli, producteur de champignons dans le Val d'Oise : « Nous ne sommes plus que quatre producteurs franciliens »
Grégory Spinelli est à la tête de la champignonnière souterraine du Clos du Roi, en plein cœur d’une zone résidentielle de Saint-…
L’intelligence artificielle peut-elle révolutionner la filière fruits et légumes ?

Medfel 2024 a mis en débat cette question brûlante : à quoi donc pourrait servir l’IA dans les entreprises de fruits et…

Les tomates cerise marocaines à des prix défiant toute concurrence, côtoie l’offre française en saison.
Tomates marocaines : pourquoi les producteurs français ont mené une opération de sensibilisation

Des producteurs de tomates ont envahi vendredi 26 avril les rayons fruits et légumes de plusieurs supermarchés dans quatre…

Rémy Frissant, cofondateur d’Amandera, à Medfel 2024
La bio doit-elle se réinventer ?

La bio doit revenir à ses fondamentaux et mieux communiquer envers le consommateur. C’est ce qui ressort de la conférence…

Fraises françaises : quel bilan à mi-saison ?

Après un début de campagne tardif dans plusieurs régions de production et des conditions climatiques fluctuantes, l’AOPn…

La couleur préférée des abricots par les consommateurs est l’orange et l’orange pigmenté de rouge.
Gel, alternance, coulure : à quoi s’attendre pour la récolte française d’abricot en 2024 ?

A Medfel, les prévisions de récolte pour la France annonce une forte baisse après une forte récolte 2023. A quoi cette baisse…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes