Aller au contenu principal

Le pôle légumes prépare l’après phytosanitaires

Le Pôle légumes de la région Hauts-de-France a présenté sa série d’essais conduits sur la station. La journée était complétée par des démonstrations de matériels et la visite des plateformes variétales.

La réduction des produits phytosanitaires s'appuie sur plus de matériel, notamment de désherbage, en démonstration au Pole Légume Nord.
© T.Becqueriaux

Le Pôle légumes de la région Hauts-de-France installé à Lorgies (Pas-de-Calais) a conduit 35 essais sur différentes cultures de plein champ destinées au marché du frais. Quatre types d’essais ont été mis en place cette année : suivi variétal, protection contre les ravageurs, conduite culturale et amélioration de la qualité des produits. Des expérimentations qui s’étalent en règle générale sur plusieurs années et qui « tentent de répondre aux préoccupations actuelles des producteurs ».

Un projet européen dénommé Bio4safe

Le Pôle légumes a engagé des expérimentations sur 12 parcelles différentes (oignons, choux-fleurs, pommes de terre, blé) dans le cadre du dispositif Ecophyto depuis six ans. Ce dispositif, qui devrait être renouvelé pour les six prochaines années, aura des objectifs encore plus ambitieux. Après avoir réduit de 56 % les phytos (hors traitement de semences) avec simplement une réduction de la marge brute de 7 à 8 %, la deuxième phase du dispositif vise à obtenir une réduction de phytos de 70 %. En 2018, les principaux essais concernaient à la fois la production conventionnelle et bio. En tomates sous abri, le Pôle a testé les traitements par biostimulants. 6 000 m2 ont été consacrés aux essais portant sur l’influence des calendriers et des densités de semis sur les rendements et les calibres du potimarron. En outre, des tests doivent montrer l’influence de la date de récolte sur sa conservation. En poireaux, les essais pour combattre la mouche mineuse et le thrips se sont poursuivis encore cette année avec des résultats intéressants concernant la mouche, mais décevants pour le thrips. Quatre essais ont été menés sur le chou, notamment contre les chenilles en choux-fleurs, ainsi que sur l’impact de la fertilisation et de la date d’entrée en stockage sur la durée de conservation. Des essais ont également été conduits sur le « tip burn » et sur les aleurodes. Enfin, dans le cadre du projet Interreg « Bio4safe » mené avec 24 partenaires différents, le Pôle a présenté ses tests de nouvelles molécules naturelles (notamment lipopeptides) sur poireaux (lutte contre le dépérissement, contre les chenilles…). Bio4safe avait été présenté de façon plus complète lors de l’assemblée générale du Pôle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Fruits à coque : Amandera lève 1 M€ et se lance dans les noisettes
Actualités riches pour Amandera, la société de l’économie sociale et solidaire spécialisée dans le développement de filières de…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes