Aller au contenu principal
Font Size

Le plastique responsable

Le Comité des plastiques agricoles a lancé une filière de recyclage des gaines souples d’irrigation usagées lors du 21ème CIPA, congrès international des plastiques en agriculture, à Arcachon. 

Sur le terrain, les démonstrations des applications de la plasticulture et du recyclage en culture de carotte, melon, asperge, fraise ont été assuré par Invenio.
© RFL

Le 21ème CIPA, congrès international des plastiques en agriculture, a accueilli plus de 250 participants à Arcachon fin mai. La problématique environnementale a été la préoccupation principale de cet évènement et a focalisé une grande partie des 50 interventions de spécialistes de la plasticulture. Celle-ci se décline sur deux thèmes majeurs : la gestion de la fin de vie des plastiques et le développement des matériaux biodégradables. « Avec le développement croissant de l’usage des plastiques, il est de la responsabilité des fabricants, vendeurs, utilisateurs et recycleurs d’assurer la collecte et le recyclage », a mentionné Paul Cammal, président du CIPA. Alors que certains pays comme la Chine sont au début de cette démarche, l’Europe et la France font preuve de maturité et d’efficacité.

Zéro mise en déchetterie en 2025

 Ainsi, après les films des serre, filets paragrêle, film de paillage..., le Comité français des plastiques en agriculture (CPA) a annoncé la création d’une filière de collecte APE pour les gaines souples d’irrigation usagées (GSIU), en partenariat avec Adivalor. « Sur un gisement cible de 1200 tonnes annuelles, les plasticulteurs français, importateurs, distributeurs et utilisateurs réunis, se sont fixés un taux de collecte de 50 % à l’horizon 2022, dont 75 % devront être recyclés », assure Bernard Le Moine, secrétaire général du CPA. De même, alors que la stratégie européenne prévoit zéro mise en décharge des plastiques à l’horizon 2030, le CPA, qui « souhaite être une profession responsable qui prend des engagements », se donne 2025 comme échéance. Sur le second volet des matériaux biodégrades, une première avancée est marquée par la définition d’une norme européenne concernant ces matériaux depuis janvier 2018. Des nombreuses présentations ont également témoigné d’un grand intérêt pour les applications de courte durée tels que les films de paillage, clips, ficelles, filets. « Des solutions biodégradables existent désormais pour presque toutes ces utilisations, avec un coût final qui tendra à se rapprocher de celui du PE (Polyéthylène). Il ne s’agit pas de produits miracles mais de solutions d’avenir », précisent les responsables. Elles permettront de limiter la pollution des sols comme en Chine, de développer de nouveaux usages comme sur le coton ou le riz, et d'apporter des solutions à la réduction des herbicides sur la tomate industrie ou la salade par exemple. Des cas concrets d'applications de la plasticulture et du recyclage en cultures de carotte, melon, asperge, fraise ont été présentés lors d’une journée de terrain organisée avec le partenariat d’Invenio, structure d’expérimentation régionale. Le prochain congrès CIPA aura lieu en 2021, à Shanghai.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Gérard Malaure
[Coronavirus Covid-19] Gérard Malaure, DG du groupe Primever : « Nous avons pu livrer tous les jours toutes les régions de France malgré les retours à vide de nos camions »
Explosion de la demande de la GMS, rotation des camions compliquée, projets pour l’après Covid-19 : Gérard Malaure, directeur…
En médaillon, Sébastien Lacombe commercialise sa production sous la marque Gouttes du Soleil, qu'il a acquise en 2015. © A. Lasnier
Dans le Tarn-et-Garonne, une parcelle de cerisiers entièrement close par un système de filets et de bâches
Dans le Tarn-et-Garonne, Sébastien Lacombe expérimente un nouveau type d’installation pour protéger ses cerisiers contre…
L’offre des opérateurs français repose sur une tomate cerise HVE en barquette carton de 200 g sous flow-pack. Objectif : contrer l'offre marocaine.  © Rougeline
Une offre de tomates cerise HVE pour contrer l’importation
Intermarché communique sur les tomates cerise HVE en 200 g. L’offre, lancée aussi dans d’autres enseignes, est née d’une…
Les jardiniers produisent un volume de tomates de l'ordre de 400.000 tonnes, selon une estimation du CTIFL. © DR
Tomate : Les potagers pénalisent-ils les ventes ?
Le CTIFL a mené une étude afin de déterminer l’impact de tomates produites dans les potagers des particuliers sur les achats en…
Didier Marques , président de l'UNCGFL : « Les grossistes fruits et légumes ont démontré leur capacité d’adaptation lors de la crise Covid-19 »
Élu le 11 juin, le nouveau président de l'Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes (UNCGFL) livre, pour FLD, ses…
United fresh live promo
United Fresh 2020 : la crise sanitaire a fortement touché la filière américaine
United Fresh Produce Association, l’interprofession américaine fruits et légumes tient son Salon de façon dématérialisée cette…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes