Aller au contenu principal

L’asperge, peu connue des jeunes adultes

L’asperge pâtit d’un déficit d’image auprès de la jeune génération, révèle une étude du CTIFL. Mais cette image « vieillotte » pourrait constituer un atout pour des jeunes en quête d’authentique.

Une étude du CTIFL auprès des jeunes adultes montre que leur consommation d'asperges rencontre des freins qu'il est possible de lever.
© Fotolia

L’enquête réalisée par le CTIFL auprès de la génération des 25-35 ans, en France, pourrait inquiéter les professionnels. Mais elle laisse aussi entrevoir des opportunités de marché qu’il convient d’actionner avec les codes des jeunes adultes. Presque un tiers de la population étudiée ne consomme pas d’asperges. Pour certains, ils ne l’aiment pas… Et d’autres ne pensent pas à la placer dans leur panier. Et les écarts de prix, mal compris, apportent une confusion pour cette génération. Cela représente un frein à l’achat.

Des consommateurs adeptes du made in France

« Il s’agit de casser l’image d’un légume solitaire, sophistiqué, à la préparation quasi-exclusive à la vapeur, et en entrée servi le week-end lors de repas de famille », relève l’étude du CTIFL. Provoquer l’achat d’asperge peut passer par internet (les sites, blogs ou réseaux sociaux) pour toucher cette génération hyperconnectée. Les jeunes fréquentent régulièrement les sites de recettes de cuisine pour trouver l’inspiration et la technique (pas uniquement pour l’asperge !). Leur démarche qui pourrait répondre à un défaut de connaissance autour de la consommation d’asperge et des diverses préparations possibles. La tendance de l’achat de fruits et légumes produits en France semble s’ancrer dans les habitudes des Français. Et la jeune génération ne fait pas exception, même s’il subsiste des écarts entre les intentions et la réalité. Les 25-35 ans sont soucieux des conditions sociales des travailleurs agricoles et d’une production réduisant les pesticides (les qualités nutritionnelles étant reconnues, la préoccupation santé s’est déplacée sur la présence ou l’absence de pesticides pour la production). Bien sûr, le prix des produits agricoles vient pondérer ces volontés. Ainsi, les prix affichés par les produits labellisés Bio sont un repoussoir. En plus de vouloir privilégier le « made in France », et plus encore le local (régional), les jeunes adultes sont intéressés par l’image « terroir » et « tradition » de l’asperge. Les légumes « anciens » ont la cote en France, les jeunes veulent donc les redécouvrir. Voilà un angle d’attaque de reconquête de ces consommateurs. Mettre en avant les différentes variétés, couleurs… de l’asperge permettrait de la valoriser et de susciter des envies de cuisiner ! Autre piste, celle des restaurateurs. L’asperge est quasiment absente des cartes. Pourtant, un plat qui a plu aux clients peut donner l’envie de le reproduire chez soi, de façon plus ou moins adaptée. Réinvestir le champ des tables professionnelles est aussi un axe de valorisation du produit et de conquête des foyers.

Nouvelles pistes de conditionnement

Il faut voir ce qu’on achète, tel pourrait être le leitmotiv des jeunes adultes. La question de la confiance dans le produit passe par le visuel. Des asperges présentées dans un emballage plastique suscitent la méfiance de ces adulescents. Il faut au minimum que cet emballage laisse voir le produit. Le conditionnement en vrac est une autre piste explorée dans cette étude. Si l’asperge reste un légume cher, les ménages de petite taille et/ou à faible revenu voudraient choisir la quantité d’asperges à acheter pour compenser son prix.

Source : Info CTIFL n°339, mars 2018

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Fruits à coque : Amandera lève 1 M€ et se lance dans les noisettes
Actualités riches pour Amandera, la société de l’économie sociale et solidaire spécialisée dans le développement de filières de…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes