Aller au contenu principal

L’asperge en quête de main-d’œuvre

Déterminante dans la production d’asperge, la gestion de la main-d’œuvre est en plein (r)évolution de ses modes de recrutement et de management.

Des échanges sur la gestion de la main-d'oeuvre et les démonstration de terrain ont animé la journée technique de l'AOPn Asperge de France.
© RFL

La gestion de la main-d’œuvre a été au centre des discussions de la troisième journée technique organisée par l’AOPn Asperge de France à Castelnaudary au siège d’Arterris, coopérative adhérente de l’organisation. Le sujet fédérateur a retenu l’attention des 80 participants car la récolte, toujours manuelle (ramassage et gestion des couvertures plastiques), représente 400 à 500 heures/ha avec un coût d’environ 1,50 euro/kg. « A cela s’ajoutent 100 à 200 heures/ha de travail en station pour le lavage et le conditionnement des asperges, plus 1 ETP pour 20 à 30 ha pour le suivi de culture, buttage, protections, irrigation… », complète Christophe Paillaugue, président de l’AOP. Ce qui place l’asperge parmi les légumes les plus « consommateurs » et les plus « exposés » aux besoins en main-d’œuvre et difficultés de recrutement. D’autant que la période de récolte est courte, deux mois et demi environ, variable selon l’année, et parfois dans des zones éloignées des bassins de population. Sébastien Benne, consultant en gestion de ressources humaines, a animé une matinée riche en échanges et discussions. Prenant exemple dans des secteurs professionnels très divers comme la restauration, l’aéronautique, la logistique… l’intervenant a bouleversé certaines certitudes. « Les difficultés de recrutement et de fidélisation se retrouvent dans tous les secteurs et dans tous les pays, même en Chine… », a-t-il résumé en promettant « la guerre sur la main-d’œuvre ».

« Manager » devient déterminant

Selon lui, « la première action est de rendre vos entreprises et vos métiers attractifs. Pour cela, il faut identifier vos valeurs ajoutées. Sachez vendre vos initiatives et chasser en meute pour affronter les autres secteurs. » La seconde action a bousculé certains professionnels. « Vous devez sortir d’une posture de fournisseurs de travail à des employés et entrer dans la démarche de valorisation de compétences que des collaborateurs vous proposent », affirme Sébastien Benne. D’après lui, le recrutement, la fidélisation et la performance des personnes passent par là. De nombreux témoignages ont montré que cette prise de conscience est déjà réalisée par les asparagiculteurs : recrutement par parrainage, « chocolatines » du samedi matin, prime de régularité, page Facebook…Tout est bon pour faire preuve de bienveillance, sans pour autant délaisser un cadre de fonctionnement avec des règles établies, énoncées à l’avance et respectées de tous. A ce stade, le rôle de « manager » devient déterminant. « C’est un vrai métier pour lequel il faut être formé », précise l’intervenant. L’exemple sur la formation et l’encadrement managérial apporté par Caroline Granado et Evanie Palu, AOPn Fraises, a été convaincant. L’après-midi de démonstrations de terrain a permis présenter différentes solutions de pilotage de la parcelle (sondes tensiométrique, drone) et d’allégement de tâches de récolte.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
Une Boussole des Labels pour guider le consommateur dans les rayons alimentaires
Les trois ONG ActionAid France, Bio Consom'acteurs et FAIR[e] un monde équitable publient un guide pratique téléchargeable…
Kiwi : SCAAP Kiwifruits de France et Euralis, partenaires pour développer la production

SCAAP Kiwifruits de France et la coopérative Euralis ont signé le 17 mai un partenariat pour le développement local de…

Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Demain La Terre veut amplifier sa visibilité auprès du grand public
L’association, riche de projets et de nouveaux adhérents, prévoit d’étoffer encore davantage sa gamme et met le paquet sur la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes