Aller au contenu principal

L’abricot cherche un équilibre

Très concurrentiel, le marché européen de l’abricot a connu des dernières années difficiles et cherche à se redresser.

La production française a reculé face aux volumes et à la compétitivité des productions italiennes et espagnoles.
© A. Lasnier

Ces dernières années, les surfaces européennes d’abricot ont augmenté, particulièrement en Espagne et en Italie, montre le document d’Europêch’2019 réalisé par Eric Hostalnou, de la Chambre d’agriculture des Pyrénées-Orientales. Un transfert de surfaces de la pêche vers l’abricot s’est notamment effectué, compte tenu des difficultés rencontrées dans les années 2010 sur le marché européen de la pêche et de la nectarine. La progression des surfaces a généré un développement des ventes à l’export. La production française, bien installée sur le créneau de saison et tardif du marché européen, a reculé face aux volumes et à la compétitivité des productions italiennes et espagnoles. Elle s’est repliée sur le marché national, entraînant un déséquilibre offre-demande et une chute des prix. Si l’offre de nouvelles variétés est pléthorique, « la qualité gustative n’est parfois pas au rendez-vous, soit intrinsèquement, soit à cause du mode de production et surtout d’une récolte anticipée », précise le document. Les trois dernières campagnes difficiles ont tempéré les projets de plantation des producteurs européens : le développement des surfaces ralentit. Le marché de l’abricot garde un équilibre difficile à trouver avec une pression espagnole de plus en plus forte en début de saison et un marché à l’export plus concurrentiel que par le passé.

Echanger des informations au niveau européen

« Sans concertation, avec les évolutions actuelles de la production et une consommation qui évolue lentement, le marché européen est sujet à des crises, avec des répercussions sur le marché français, estime Bruno Darnaud, président de l’AOP pêches et abricots de France. Nous sommes rentrés dans une phase difficile qui ressemble à ce que nous avons connu en pêches-nectarines. Les marchés se ressemblent de plus en plus. » Pour le professionnel, il faut continuer d’échanger des informations, une vision du marché, et une organisation solide des filières au niveau européen. « Sur le plan national, notre action doit être double, poursuit Bruno Darnaud. Il faut maintenir une présence sur les marchés d’exportations et progresser vis-à-vis des consommateurs, tant sur le plan du respect de l’environnement que de la qualité des produits. » Sur ce dernier point, l’AOPn est en phase de test de son « plan qualité 2020 », avec des orientations marquées vers la qualité gustative : choix variétaux, méthodes de conduite et mesure de la qualité.

D’après le document Europêch' 2019 - Les prévisions européennes de récolte de fruits d’été

 

A lire aussi :

L’abricot défend sa qualité

Le lancement de campagne sera décisif

Une récolte française prometteuse

 

L’Espagne ralentit les plantations

En Espagne, dans les principales régions productrices (Murcie, Catalogne), l’augmentation de la superficie a ralenti, bien que les volumes continuent d’augmenter en raison de la hausse des rendements des jeunes plantations. Dans la région de Valence, la superficie consacrée aux fruits à noyau continue de diminuer. En Estrémadure, on assiste à un renouvellement variétal important, en misant sur des variétés mieux adaptées aux nouveaux marchés et aux goûts des consommateurs, et en recherchant la précocité pour éviter les mois de plus forte concentration de l’offre. De nouvelles plantations d’espèces fruitières non traditionnelles (kakis, grenades…) commencent également à occuper une place centrale. « Toutes les régions productrices ont un intérêt croissant pour l’ouverture de nouveaux marchés, ce qui nécessite d’adapter la structure commerciale des exportateurs, explique Javier Basols, de Cooperativas agroalimentarias. Des problèmes structurels sont dus principalement au degré encore insuffisant de concentration et d’organisation de l’offre et la nécessité de renforcer l’organisation des producteurs autour de coopératives et OP de taille suffisante ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
Demain La Terre veut amplifier sa visibilité auprès du grand public
L’association, riche de projets et de nouveaux adhérents, prévoit d’étoffer encore davantage sa gamme et met le paquet sur la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes