Aller au contenu principal

La tomate pour les millenials

La conférence « We love tomato », consacrée aux tendances de consommation de tomate petits fruits, a aussi exploré les nouvelles formes de distribution.

E.commerce, marketing, packaging, communication, et innovation génétique font partie des innovations qui entourent la consommation de la tomate.
© RFL

« We love tomato » a accueilli plus de 200 professionnels du secteur de la tomate. L’événement européen organisé par Syngenta à Almeria en mars avait pour objectif d’échanger autour des évolutions du marché de la tomate et des nouvelles tendances de distribution et de consommation des segments petits fruits.

Une marque plutôt qu’un produit

« Aux Pays-Bas, l’augmentation de la valeur des fruits et légumes est plus rapide que celle des volumes consommés », notait Edwin Vels, FMCG consulting. Une tendance qui satisfait pleinement le marché de la tomate, notamment celui de la segmentation qui affiche la plus forte croissance, + 20 %. Selon Jeger De Vriend, d’Innovative Fresh Consultant, les tomates mini-plum ont développé leur part de marché en accédant à d’autres moments de consommation (snaking-times) et en s’assurant une qualité gustative. « Goût + visibilité + disponibilité est la formule de croissance de la consommation. La base de renouvellement d’un achat est la qualité gustative et non le prix », assure-t-il. Les différents conférenciers ont mentionné la progression des innovations qui entourent la consommation. A commencer par le e-commerce. L’exemple du marché chinois montre que les ventes en ligne de fruits et légumes y représentent déjà 15 %. Les initiatives dans différents pays européens montrent aussi les opportunités que le e-commerce peut représenter pour les fruits et légumes. Pour Pierre Escodo, directeur du magazine Eurofresh, « le premier achat se fait en magasin. Puis les ventes par internet se renouvellent qu’avec une adaptation des produits à ses contraintes particulières ». La première étant une unité de vente adaptée aux contraintes du e-commerce : c’est-à-dire un packaging qui préserve le produit plus qu’il ne le montre et une marque bien identifiée et non un produit banalisé. La première de ces obligations va pourtant à l’encontre de la forte diminution de l’emballage, surtout plastique, et des campagnes Zéro packaging, mentionnée par Rafa Povo, manager de Match Point. Pourtant, l’emballage correspond aussi à la demande du consommateur de toujours plus d’informations sur le produit. D’où la nécessité de communiquer via des outils numériques comme les flashs codes ou sites internet. Eelke Westra propose également de développer l’emballage bio à partir de feuilles de tomate !

L’innovation génétique est-elle acceptable ?

« L’importance de créer les différences entre le produit et la marque pour générer de la valeur ajoutée » fait partie des stratégies proposées par Edwin Vels, FMCG consulting. Pour capter le consommateur de demain, le spécialiste relève également de l’accompagner dans une proposition d’utilisation (soupe, salade, sauce…) pour éviter qu’il ne se perde dans un rayon tomate parfois composé de plus de 15 références. Ses énoncés ont largement été illustrés avec la démarche Kumato, initiée par Syngenta, pour laquelle l’obtenteur a mis en œuvre d’importants outils de communication auprès des consommateurs dans certains pays. Alors que les obtenteurs mettent en œuvre d’importants moyens de création et de sélection de nouvelles variétés destinées aux nouveaux consommateurs séduits par le e-commerce ou futurs clients de Amazon go (magasin sans zone de paiement), une question a été posée pour conclure ce « We love tomato » : est-ce que la génération Millénium peut accepter toute l’innovation y compris celle de la génétique ?

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
Une Boussole des Labels pour guider le consommateur dans les rayons alimentaires
Les trois ONG ActionAid France, Bio Consom'acteurs et FAIR[e] un monde équitable publient un guide pratique téléchargeable…
Kiwi : SCAAP Kiwifruits de France et Euralis, partenaires pour développer la production

SCAAP Kiwifruits de France et la coopérative Euralis ont signé le 17 mai un partenariat pour le développement local de…

Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Demain La Terre veut amplifier sa visibilité auprès du grand public
L’association, riche de projets et de nouveaux adhérents, prévoit d’étoffer encore davantage sa gamme et met le paquet sur la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes