Aller au contenu principal

La pomme de terre face aux défis du changement climatique

Le 18 mai, le CNIPT a convié la filière pommes de terre à une conférence portant sur l’avenir de la production face à l’évolution climatique.

© Europatat

C’est à Paris que le CNIPT avait convié producteurs, distributeurs et détaillants à sa traditionnelle conférence. Le sujet retenu cette année était d’actualité : le défi du changement climatique pour la filière pommes de terre fraîches. Avec l’intervention d’un grand témoin : Bernard Valiorgue, professeur à l’EM Lyon Business School et auteur de « Refonder l’agriculture à l’heure de l’anthropocène ».

Lire aussi : Repenser la place de la pomme de terre dans les linéaires

Devenir une filière à impacts ?

« L’agriculture est la première victime du changement climatique », a expliqué l’universitaire après avoir dressé un tableau – parfois un peu glaçant – de ce pourrait être le climat de demain, en se basant sur les scénarios élaborés par le GIEC. Pour lui, le secteur va être sous le feu de trois grands faits : la multiplication des aléas climatiques et biologiques, la forte imprévisibilité à laquelle les opérateurs vont devoir faire face (quel type de culture pour quel rendement attendu ?) et l’augmentation forte d’une critique sociale, parfois radicalisée.

 

« Une production bas carbone, ce n’est pas une adaptation à l’avenir qui va demander un changement total de paradigme » a expliqué Bernard Valiorgue, professeur à l’EM Lyon Business School.
© Philippe Gautier -FLD

 

Face à cette situation, Bernard Valiorgue discerne deux façons de réagir. « Il s’agit soit de travailler à réduire les effets à impacts négatifs, soit adopter une trajectoire d’adaptation, a-t-il expliqué. Une production bas carbone, ce n’est pas une adaptation à l’avenir qui va demander un changement total de paradigme ».

Pour lui, l’agriculture régénératrice serait la solution. Et qu’en serait-il pour le secteur de la pomme de terre ? « Il doit devenir une filière à impacts : limitation des intrants (sujet déjà bien engagé), stockage du CO2 dans le sol, un point délicat car la production de pommes de terre demande un travail du sol, le développement de la biodiversité, la gestion de l’irrigation, qui va faire rapidement l’objet d’une forte pression sociale, amélioration du rendement énergétique ».  

L'impact environnemental entre désormais dans l'équation

Mais pour l’universitaire, le secteur fait face à un encore plus gros défi : « lexcellence de la filière pomme de terre française s’est fondée sur un rapport qualité/prix. Cette équation est aujourd’hui en bout de course car une nouvelle variable est entrée : l’impact environnemental ». En d’autres termes, après avoir maximaliser le duo qualité et prix, il faut maximaliser les impacts.

 

La table ronde a rassemblé (de gauche à droite) Justine Gomez (Carrefour), Cyril Hannon (Arvalis), Bernard Valiorgue (EM Lyon), Luc Chatelain (CNIPT) et Dominique Père (Fedepom)
© Philippev Gautier-FLD

 

Agir face à un consommateur peu au fait des enjeux

Autant dire que les propos de Bernard Valiorgue ont apporté du grain à moudre aux participants de la table ronde qui a suivi son intervention. « Nous vivons un paradoxe : notre produit est beau et reconnu mais faut-il demander au consommateur de baisse son niveau d’exigences » s’est interrogé Luc Chatelain, président du CNIPT. Car, les prochaines variétés de pommes de terre – des travaux importants sont en cours – pourraient être mieux adaptées aux enjeux du climat à venir, mais ne pas avoir les mêmes qualités esthétiques que les précédentes. 

Ce que pourrait attendre le consommateur est rapidement venu au centre des échanges dans les échanges. Justine Gomez, chargée de programme « agroécologie » Filières fruits et légumes Carrefour, a expliqué : « La grande distribution fait face plus aux ONG qu’aux consommateurs sur ces thèmes. En revanche, les réclamations sont encore nombreuses si le consommateur remarque une baisse de la qualité esthétique des pommes de terre. Il y a clairement un important travail de sensibilisation à faire. Le consommateur n’est pas conscient des enjeux et il faut aussi savoir où placer le curseur ».

Pour Dominique Père, président de Fédépom, si la filière doit en effet accomplir d’importants progrès sur le sujet, l’obligation ne doit pas être seulement considérée : « Des devoirs oui, mais aussi des droits. Et le premier est qu’une pomme de terre à impact doit être une pomme de terre payée plus chère ».  Le consentement à payer du consommateur-citoyen demeure encore la grande inconnue.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

La France perd sa seule usine de transformation des artichauts
La seule usine française (installée en Bretagne) assurant la transformation des artichauts a fermé ses portes. Un manque à gagner…
[Mise à jour] Espagne : la menace d'une grève des transports de marchandises s'éloigne
La menace d'un grève venant des principaux syndicats de transport de marchandises espagnols s'éloigne. Elle devait commencer le…
Les producteurs de fruits à noyaux visitent des magasins et protestent contre les opérations “prix coûtant”
Des arboriculteurs ont rendu visite à des commerçants pour échanger « sur le terrain ». Carrefour et Super U ont été visités.
Vivien Paille veut booster la libido des Français pour les légumineuses
La marque lance sa propre campagne de communication et de sensibilisation “Sec is Good” autour des légumes secs. Phrases chocs et…
Récolte 2022 de poires : quelles sont les premières tendances ?
Le Congrès de la poire, organisée par l’AREFLH et DPA à Rotterdam le 29 juin, a donné les premières prévisions de récolte 2022.…
Preview image for the video "Brocoli Bimi éclaircissage pré-récolte".
[Vidéo] Brocoli Bimi origine France : comment compte-t-il conquérir le marché français ?
Le producteur Picvert et Sakata, sélectionneur de ce brocoli croisé au chou kale, sont fiers de vous annoncer la naissance de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes