Aller au contenu principal

Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero

La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de noisette qui s’étend dans l’Hexagone.

Créée en 1979, la coopérative Unicoque a une quarantaine en plein épanouissement, avec des projets et une dynamique d’innovation, qui pourraient faire envie à de nombreux autres secteurs. Et ce mois de mai était riche en actualités diverses. Regroupant 6 000 ha de noisetiers, dont 2 500 ha de jeunes vergers, la structure lot-et-garonnaise basée à Cancon ne s’arrête pas là. Son développement sur le marché de la noisette industrie lui donne des perspectives de plantation de 10 000 ha de vergers en élargissant notamment l’aire géographique d’implantation et en nouant de nouveaux partenariats. Ceux signés avec la coopérative Terre Atlantique en Charente-Maritime et la coopérative Natup en Normandie témoignent de l’extension des zones de production de la noisette en France.

A lire aussi : les noisettes Koki veulent se démarquer en rayon

Cette dynamique est directement rattachée aux liens qu’a su créer Koki avec le géant agro-alimentaire de la noisette Ferrero. Si la société est italienne, son site français de Rouen produit un tiers de la fameuse pâte à tartiner. L’unité est approvisionnée majoritairement avec des noisettes turques et italiennes. Seules 100 t, soit une demi-journée de fonctionnement de l’usine, sont d’origine française et livrées par Koki.

Plus de noisettes françaises

« L’accord de partenariat sur l’approvisionnement signé avec Ferrero nous apporte une lisibilité et une stabilité pour développer le verger et nos investissements », reconnaît Thierry Descazeaux, président de Koki. Pour M. Bordin, directeur de l’engagement sociétal, Ferrero France, c’est aussi un engagement dans le soutien de la filière qui va jusque dans le domaine agronomique. Car les critères qualitatifs de Ferrero sont élevés. Cette vision du long terme s’est aussi traduite par la pose de la première pierre d’un bâtiment de stockage pour les produits finis de Koki sur l’un des sites de Cancon, financé dans le cadre du plan de relance pour un montant de 1,5 million d’euros.

Un espoir contre la punaise diabolique

Dans le cadre du projet « Replik », l’équipe de recherche de l’ANPN (Association nationale des producteurs de noisettes), en partenariat avec l’INRAE de Sophia-Antipolis, a annoncé la détection pour la première fois sur le territoire français de l’un des parasitoïdes de la punaise diabolique : Trissolcus mitsukuri, déjà présent en Italie. Cette identification ouvre la voie du biocontrôle de ce ravageur dans les années à venir en France. Elle donnera lieu à une publication scientifique par l’équipe de recherche.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
Fruits à coque : Amandera lève 1 M€ et se lance dans les noisettes
Actualités riches pour Amandera, la société de l’économie sociale et solidaire spécialisée dans le développement de filières de…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes