Aller au contenu principal

Un tatouage sur les kiwis pour remplacer le sticker

Pour limiter les étiquettes, la coopérative girondine KSO, référente dans le kiwi bio, marque ses fruits au laser.

Pour résoudre le problème d’étiquetage, la coopérative KSO a opté pour le marquage de ses kiwis bio au laser.
Pour résoudre le problème d’étiquetage, la coopérative KSO a opté pour le marquage de ses kiwis bio au laser.
© M. Robert

Lors du Salon international de l’agriculture, la coopérative Kiwis du Sud-ouest (KSO), a assuré la démonstration de la machine qui marque les kiwis au laser. En quelques secondes, les kiwis ressortent avec « Bio by KSO » gravé sur la peau. « Nous avons été les premiers à le faire. Nous avons débuté en 2021 », sourit Franck de Biasi, kiwiculteur à Barie (Gironde) et président de KSO. « Cela remplace le sticker et nous n’avons plus de questions sur la toxicité de la colle ou sur le recyclage des étiquettes. » Un geste « écolo » qui colle bien à l’âme de la coopérative. En effet, KSO produit quasi exclusivement en bio. « 96 % de la production », précise Christophe Gautheron, directeur de KSO. La coopérative restée à taille humaine est avant tout un outil pour « assurer un bon revenu aux producteurs ».

Des perspectives positives sur un marché tendu

La moyenne des surfaces dédiées au kiwi dans chaque exploitation tourne aux alentours de deux à trois hectares. KSO a engagé un travail il y a trois ans pour remplacer les exploitants partant en retraite. « A sa création dans les années 1990, la coopérative comptait 80 producteurs mais la crise des années 2000 a divisé ce chiffre quasiment par deux. Aujourd’hui, on est remonté », se félicite le président. Avec son directeur - en poste depuis trois ans -, il a réussi à recruter une vingtaine de producteurs. « Aujourd’hui, nous sommes la première coopérative de France pour les kiwis bio et nous sommes référents dans ce segment. Nous produisons, en moyenne, 1 500 tonnes de kiwis bio par an. »

Mais, cette année, le gel est passé par là ! La production de KSO est tombée à 950 tonnes. Toutefois avec des prix de marché avantageux, cela peut donner envie de se lancer dans ces temps de marasme viticole. « Il ne faut pas vendre du rêve. Il faut dix ou quinze ans avant de rentabiliser une plantation », met en garde Franck de Biasi. « Nous sommes les premiers metteurs en marché de kiwis bio sur la façade ouest et nous livrons partout en France », indique le directeur de KSO. Aujourd’hui, un tassement de la différence de prix entre kiwis bio et conventionnel s'observe. Pour autant, les perspectives restent positives sur un marché tendu.

Les plus lus

Colère des agriculteurs français : en Espagne, le secteur dénonce l’entrave à la circulation de ses camions de fruits et légumes

La Fédération espagnole des producteurs et exportateurs de fruits et légumes a dénoncé dans un communiqué en fin de semaine…

Tomates bio espagnoles : pourquoi Ségolène Royal se trompe de combat

Des accusations de « faux bio » de la part de Ségolène Royal pour leurs tomates bio sur une chaîne de TV ont empiré…

Bruno Ferret, arboriculteur et maraîcher dans le Rhône, a détaillé au Premier ministre les problèmes auxquels sont confrontés les agriculteurs.
« On voit des agriculteurs de 30-40 ans qui arrêtent » : le cri du cœur d'un producteur de fruits et légumes adressé au Premier ministre

Bruno Ferret, arboriculteur et maraîcher dans le Rhône, a interpellé le Premier ministre Gabriel Attal sur les problèmes de l'…

Colère des agriculteurs : quelles sont les demandes des filières fruits et légumes ?

Alors que des premières mesures doivent être annoncées par le Premier ministre face au mouvement de protestation des…

Virginie Boisseau et Mickaël Girard veulent développer et rationaliser leurs débouchés.
« Nous avons développé les légumes pour améliorer la rentabilité de l’exploitation »

Installés près d’Angers, Mickaël Girard et Virginie Boisseau ont fait le choix des légumes bio et de la vente directe pour…

Lors de la signature du partenariat entre Sikig et Maïsadour le 16 janvier : Julien Pedelucq, président directeur général du groupe SIKIG, Michael Dolet Fayet ...
Plantations de kiwi dans les Landes : quels sont les objectifs de Maïsadour et Sikig ?

Le partenariat entre Maïssadour et Sikig a pour but de développer la culture du kiwi dans les Landes et de proposer une…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes