Aller au contenu principal

Alsace
La Choucroute d’Alsace IGP communique pour sauver ses volumes

Suite à la perte d'une partie de ses débouchés, mesures sanitaires oblige, la filière de la choucroute d'Alasce IGP lance un appel aux Français à consommer local. L'objectif : écouler les volumes de choucroute et de choux qui s'accumulent dans les cuves et dans les champs.  

Les cuves des choucroutiers alsaciens sont pleines, faute de débouchés.
© Julia Commandeur - Archives FLD

L’Interprofession des Fruits et Légumes d’Alsace, l’Association pour la Valorisation de la Choucroute d’Alsace, le syndicat des producteurs de choux à choucroute d’Alsace et le syndicat des choucroutiers d’Alsace ont lancé le 13 novembre un appel aux Français à consommer de la choucroute d’Alsace IGP. Un plan de communication va aussi être mis en place pour dynamiser les achats sur les circuits encore disponibles (GMS, boucheries-charcuteries, sociétés de restauration, vente à la ferme) : campagnes média dans les quotidiens DNA et L’Alsace, sur Facebook, PLV...

En effet, dans le contexte sanitaire actuel, la commercialisation est réduite de moitié (fermeture des restaurants, diminution du marché de la restauration collective, absence de festivités...), rapportent les organisations alsaciennes. En production, les indicateurs sont « préoccupants », avec une « accumulation de stocks de choucroute dans les cuves chez les choucroutiers ». Les producteurs peuvent attendre encore trois à quatre semaines pour finir la récolte si la météo le permet mais « passé ce délai, ce seront 5 000 t de choux qui risquent de se faire broyer, faute de trouver preneur ».

choucroute appel affiche
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Le marketing alimentaire peut-il être "responsable" ?
Comment impulser une démarche responsable dans le secteur agroalimentaire ? Le marketing alimentaire peut-il être responsable ?…
« L’intérêt pour nous de la serre est de protéger les cultures du Mistral », témoignait Julien Bernard aux invités de Légumes de France. © RFL
Des légumes sous serre photovoltaïque pour la vente directe
Légumes de France a organisé mi-octobre une visite de la serre photovoltaïque d’un de ses adhérents.
Un virus s’attaquant aux courgettes, concombres et melons détecté pour la première fois en France

Un virus affectant des cultures maraîchères a été détecté pour la première fois en France. Selon un communiqué du ministère de…

Du bio et des allégations “sans” aux labels Climat : les nouvelles priorités du consommateur
Le consommateur veut désormais plus que du bio. La crise de la Covid-19 et le changement climatique ont accéléré les nouvelles…
Asperge : une campagne 2020 atypique qui a recruté de nouveaux consommateurs
Des volumes d'asperges commercialisés en baisse, mais une consommation en hausse, à conforter en 2021 par des…
Alain Alarcon Banagrumes
Banagrumes lance Orlana, une marque pour les fruits et légumes conventionnels « avec un plus »

Le grossiste rungissois Banagrumes vient de lancer une nouvelle marque Orlana. Celle-ci s’adresse aux fruits et légumes…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes