Aller au contenu principal

La canicule frappe le cassis

La canicule de fin juin a détruit la moitié de la production française de cassis, ce qui met des producteurs en difficulté économique et des transformateurs face à une pénurie de fruits.

La canicule exceptionnelle de fin juin a touché de plein fouet la production de cassis, entraînant des dégâts considérables. « Si la chute des baies est variable d’une parcelle à l’autre, elle est constatée partout. Elle touche en moyenne 50 % de la récolte et peut même atteindre 100% dans certaines situations », mentionne l’Afidem (association des fruits et légumes transformés). Les pertes se traduisent par des baies de cassis cuites, desséchées et totalement perdues, chutant au sol avant récolte. Un phénomène d’une telle ampleur n’avait jamais été observé auparavant. Les dégâts vont même jusqu’à toucher la plante elle-même, avec des feuillages grillés, brûlés par la chaleur, pouvant faire craindre des répercussions sur la prochaine récolte. Toutes les régions de production (Bourgogne, Val de Loire, Rhône-Alpes et Oise) sont affectées, sur toutes les variétés, en particulier « Noir de Bourgogne » et « Blackdown », cultivées uniquement en France et caractéristiques du terroir national. Le verger français couvre une surface de 2 000 ha pour un potentiel de production de 7 000 tonnes. Pour les producteurs de cassis dont la récolte débutait le 1er juillet, c’est la rentabilité économique de la culture qui est largement compromise. « La pénurie de fruits va conduire les transformateurs à ne pas pouvoir répondre à toutes les demandes », commente l’association. La filière cassis Afidem représente 30 entreprises de production et de transformation et réalise un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros. La France est le troisième pays producteur de cassis en Europe.

Les plus lus

« Contre toute attente j’ai rejoint l’aventure familiale dans la pomme de terre et j’y ai découvert un métier riche dont je partage les valeurs »

Joanny Dussurgey, dirigeant de l’entreprise de négoce Select’up, est depuis le 14 mai président du CNIPT pour 18 mois. Pour…

Artichaut : pourquoi l’ouverture prochaine d’une usine de transformation par Prince de Bretagne est une bonne nouvelle pour les producteurs bretons ?

Prince de Bretagne va ouvrir son usine de transformation de l’artichaut breton, à Calmez dans les Côtes d’Armor. A ce jour, il…

« Il n’y aura pas de dérogation pour ces molécules », a confirmé la ministre déléguée, malgré l'insistance des professionnels.
Endive : « il n’y aura pas de dérogation » pour les trois molécules qui vont être retirées, prévient la ministre Agnès Pannier-Runacher

Les producteurs d’endives restent sans solution, ni espoir de dérogation, pour désherber et lutter contre les pucerons, suite…

Le capteur Burkard permet une détection et un dénombrementdes spores de mildiou dans l’air.
Comment mieux contrôler le mildiou de l'oignon
Le pro­jet Orion a permis de tester plusieurs leviers pour contrôler le mildiou de l’oignon. Les adjuvants jouent un rôle…
Plusieurs références de fraises françaises en rayon en juin 2024
Retard des fraises françaises : les producteurs lancent un « appel urgent » à la GMS et aux consommateurs

Face à un pic de production de fraises françaises attendu en juin, l’AOPn Fraises Framboises de France lance un appel à la…

Fret ferroviaire : mort du train des primeurs Perpignan-Rungis ou arrêt temporaire ?

La liquidation de Fret SNCF met l’avenir du train des primeurs en grande incertitude. Le futur terminal mixte sur le Min de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes