Aller au contenu principal

Europe
L'AREFLH réélit sa présidente et son vice-président et alerte des difficultés sur les marchés

Dans le cadre de son assemblée générale, l'AREFLH a organisé le 16 juin une conférence publique sur les impacts de la crise géopolitique et de l'urgence climatique sur le secteur européen des fruits et légumes.

Le 16 juin, l’AREFLH (Assemblée des régions européennes fruitières, légumières et horticoles), a élu de nouveau Simona Caselli à sa présidence et Jean-Louis Moulon à sa vice-présidence, pour leur troisième mandat.
© AREFLH

A Trente en Italie, à l’occasion de son assemblée générale le 16 juin, l’AREFLH (Assemblée des régions européennes fruitières, légumières et horticoles), a élu de nouveau Simona Caselli à sa présidence et Jean-Louis Moulon à sa vice-présidence, pour leur troisième mandat. Celui qui est aussi président d'IDfel Val de Loire a indiqué qu'au cours de ce troisième mandat il demandera « encore plus d’implication collective dans l’AREFLH, ce qui permettra une addition de compétences au service de la Stratégie de la ferme à la table ».

Le réseau des régions et des OP/AOP de l'AREFLH continue de s'étendre : l'Assemblée générale a validé l’adhésion de deux nouvelles AOP nationales françaises comme membres associés : Abricots et Pêches de France et l'ANPP (Association Nationale Pommes et Poires).

Le message principal de l'Assemblée générale de l'AREFLH, qui a été coorganisée par Assomela (association italienne des producteurs de pommes), a été « l'importance et la force du regroupement » dans une situation complexe d'instabilité alimentaire, de guerre, de ses effets collatéraux, de changement climatique et de contexte post-pandémie. « Cette force s'explique par le "carrefour d’intelligences" et la diversité que représentent les régions membres et les producteurs de l’association », selon Jean-Louis Moulon.

 

Situation économique : un marché des fruits et légumes en difficulté, de nouvelles opportunités à saisir

En ce qui concerne le marché des fruits et légumes, le premier point important mis en évidence par Claudio Scalise de SG Marketing est la « détresse de la production européenne, surtout pour les fruits : pêches, nectarines, poires ». Les productions de pommes et de kiwis souffrent également, mais dans une moindre mesure. En ce qui concerne les légumes, la production de tomates est également en baisse, notamment à cause du « manque d'innovation et d’adhérence avec les tendances du marché ».

Deuxième point : le marché est polarisé, avec des produits à bas prix qui augmentent en raison de la guerre, mais qui rapportent peu aux producteurs. La gamme qui intéresse davantage le consommateur est celle liée à la durabilité, à la production bio, à la santé ou au végétalisme. Les produits les plus recherchés sont ainsi les légumineuses et les fruits secs. Ils offrent de nouvelles opportunités au secteur.

« La situation devient de plus en plus difficile pour les producteurs. La baisse des prix, la concurrence, l'augmentation des coûts mettent les entreprises sous pression. Le secteur est résilient, il survivra, mais les producteurs ont besoin d'un cadre réglementaire avec une Commission européenne qui puisse bien réfléchir lorsque de nouvelles mesures sont mises en place », a réagi Luc Vanoirbeek, président du groupe de travail fruits & légumes du Copa-Cogeca.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

La France perd sa seule usine de transformation des artichauts
La seule usine française (installée en Bretagne) assurant la transformation des artichauts a fermé ses portes. Un manque à gagner…
Entre Le Marché de Léopold et les Comptoirs de la Bio, c’est fini !
Le Marché de Léopold table désormais sur son modèle actionnarial et opérationnel pour assurer son développement.
[Mise à jour] Espagne : la menace d'une grève des transports de marchandises s'éloigne
La menace d'un grève venant des principaux syndicats de transport de marchandises espagnols s'éloigne. Elle devait commencer le…
bananes équitables en rayon
100 % certifiées et projets pilote en production : comment Lidl s’engage pleinement pour la banane ?
Biodiversité, rémunération, environnement, pesticides… Lidl France s’est engagé dans la responsabilisation de ses filières de…
Pommes de terre bio : « Il est urgent de relancer la consommation !»
La baisse de consommation et les incertitudes sur les rendements amènent certains opérateurs à se désintéresser de la pomme de…
« On observe moins de pucerons sur pommier en présence de romarin »
Sylvaine Simon, ingénieure de recherche INRAE, expose les résultats d'un essai mené dans un verger de pommiers bio, visant à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes