Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedIn

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Interprofession fruits et légumes : « Nous voulons être consultés ! »

Laurent Grandin (Interfel), Jacques Rouchaussé (CTIFL) et Christel Teyssèdre (Aprifel) ont évoqué devant la presse quelques souhaits pour 2020.

Aprifel, Interfel et le CTIFL ont réuni la presse à la Maison des Fruits et Légumes pour aborder les sujets 2020.  © Interfel Claire Tillier FLD
Aprifel, Interfel et le CTIFL ont réuni la presse à la Maison des Fruits et Légumes pour aborder les sujets 2020.
© Interfel Claire Tillier FLD

« Le président de la République nous a fait confiance avec le plan de filière, mais nous n’avons pas été concertés sur des dossiers tels que les  plastiques et stickers ou sur les questions bio », a lancé le président d’Interfel, Laurent Grandin, lors d’un déjeuner de presse donné en compagnie de Jacques Rouchaussé (président du CTIFL) et Christel Teyssèdre (présidente d’Aprifel). « S’attaquer au plastique dans notre filière qui en utilise le moins est un peu surprenant », a-t-il ajouté alors que la filière travaille déjà dans ce sens. « Nous souhaitons que les interprofessions soient consultées lorsqu’elles sont impliquées et aussi être associées sur les décrets qui en découlent. Nous respectons l’organe législatif mais souhaitons être au moins consultés ». C’était le message phare de cette intervention. Les trois instances ont ensuite rappelé les avancées de la filière en 2019. Quelques projets 2020 ont été abordés.

Aprifel dans les écoles

Cette année, Aprifel a été missionnée pour « aller dans les écoles », annonce Christel Teyssèdre. « On est sorti du programme Fruits à l’école. On a considéré que la présence des diététiciens dans les écoles relevait plus de l’Aprifel, qui a dans ses conseils, entre autres toutes les associations de consommateurs. En espérant que l’Éducation nationale ne considère pas encore que cela sort de l’intérêt général… », rappelle Laurent Grandin.

Une vision européenne

L’Europe a également été au centre de la réunion. Concernant la restauration collective et la notion de local suggéré par la loi découlant des Egalim, Laurent Grandin préconise par exemple de mettre en concurrence au niveau régional 30 % des produits alimentaires frais. Explication : « La question du local dans les marchés publics n’est pas résolue. Et le problème est le même dans tous les pays d’Europe. Sur 30 % des produits, chaque région pourrait proposer des produits régionaux ». Le principe de concurrence serait préservé, mais au niveau régional. « Si on veut rester de 35 à 40 % de produits français en restauration collective, le local fait partie de la solution », rappelle-t-il.

Jacques Rouchaussé a également fait part de son souhait de créer un colloque européen pour l’ensemble des centres d’expérimentation d’Europe. « On va le mettre en route cette année, anticipe-t-il, afin qu’il puisse avoir lieu en 2021 ». Derrière ce projet, l’idée est de travailler ensemble au niveau européen et d’établir à terme une cohérence sur les molécules autorisées en production dans les différents pays d’Europe.

Des revendications et des idées que Laurent Grandin et Jacques Rouchaussé devaient évoquer mercredi 22 janvier matin avec le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Didier Guillaume.

« Quand les interprofessions sont impliquées sur certains sujets, elles doivent être concertées ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

[Coronavirus Covid-19] L'alimentaire et l'agriculture s'adaptent
Le point, en bref, sur les moyens mobilisés et l'adaptation des filières alimentaires face à la crise sanitaire du Coronavirus.
[Coronavirus Covid-19] Les producteurs de légumes face au manque de travailleurs saisonniers étrangers
Qu’ils soient polonais, roumains, espagnols, portugais, les travailleurs saisonniers étrangers ont des difficultés à rejoindre…
primeur
[Coronavirus Covid-19] Pas de problème d’approvisionnement pour les professionnels des fruits et légumes, mais des inquiétudes
La filière fruits et légumes française fait face à la crise sanitaire liée au Coronavirus Covid-19 tout en étant inquiète pour…
[Coronavirus Covid-19] Cumuler activité partielle et emploi agricole

Afin d’inciter les salariés et indépendants inoccupés à rejoindre temporairement la filière agricole, une nouvelle mesure a…

Si la production tourne à plein régime pour répondre à la demande en poireaux, choux, radis, navets, la situation est actuellement très compliquée pour les salades, notamment à cause de l'arrêt de la restauration.  © Véronique Bargain - FLD
[Coronavirus Covid-19] Inquiétude pour les salades

Au Val Nantais, qui produit de la salade et de la mâche pour le frais…

fruits legumes rungis
[Coronavirus Covid-19] Rungis va livrer les fruits et légumes aux particuliers et s’associe à Epicery

Le marché de Rungis a annoncé la mise en place d’une plate-forme numérique de livraison aux particuliers baptisée « Rungis…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes