Aller au contenu principal

« Il faut restaurer les cycles de l’eau »

Samuel Bonvoisin, consultant et formateur en hydrologie régénérative, préconise la restauration des cycles de l'eau par l'aménagement des territoires.

Samuel Bonvoisin, consultant et formateur en hydrologie régénérative.
Samuel Bonvoisin, consultant et formateur en hydrologie régénérative.
© V. Bargain

Pourquoi faut-il restaurer les cycles de l’eau ?

Samuel Bonvoisin : « 55 % des précipitations, l’eau verte, vient de l’évaporation des sols et de la végétation. Quand le cycle de l’eau verte fonctionne, une molécule d’eau peut être renvoyée cinq à six fois dans l’atmosphère avant de retourner à l’océan. Or ce cycle, qui garantit une bonne répartition des pluies dans le temps et l’espace, a été cassé. Par la destruction des haies, mares et zones humides, le remembrement a diminué la capacité des paysages à infiltrer, stocker et évapotranspirer l’eau. Les pratiques agricoles ont réduit l’épaisseur du sol et son taux de matière organique, qui stocke beaucoup d’eau. Et la politique du « tout tuyau », le drainage et le recalibrage et la rectification des cours d’eau ont raccourci le cycle de l’eau en diminuant le temps de retour à l’océan. »

Qu’est-ce que l’hydrologie régénérative ?

S. B. : « C’est la science de la régénération des cycles de l’eau douce par l’aménagement du territoire. Elle repose sur quatre principes : ralentir, infiltrer, stocker dans le paysage et évapotranspirer. Dans cette approche, l’eau est stockée dans le paysage au sens large, dans le sol, le sous-sol, la végétation et les cycles atmosphériques de l’eau. La gestion horizontale consiste à prioriser les aménagements qui ralentissent les chemins de l’eau. La gestion verticale vise à réduire le ruissellement, stocker l’eau dans les éléments biologiques et favoriser l’infiltration. »

En pratique, que peut-on faire ?

S. B. : « L’agriculture de conservation, l’agroforesterie, l’enherbement, les couverts végétaux sont à encourager. Un sol vivant, couvert en permanence, riche en matière organique, est la clé à court terme. Les arbres sont la clé sur le long terme, en infiltrant l’eau, la remontant en surface, favorisant l’évaporation et la condensation, hébergeant des composants glaçogènes pouvant créer des nuages et des pluies. Des aménagements peuvent ralentir l’eau, comme des sillons de culture qui suivent les courbes de niveaux, des fossés d’infiltration, des fascines, terrasses, empierrements, bassins d’infiltration. Il faudrait aussi « débuser » les parcelles drainées, recréer des méandres sur les cours d’eau. Et il faudrait favoriser les paysages multi-étagés, où cohabitent des zones chaudes et froides pouvant créer des courants ascendants qui renvoient l’humidité vers l’atmosphère et favorisent la condensation. Il faudrait aussi favoriser les mycorhizes, protéger le castor… »

Les plus lus

Changement climatique : pour Serge Zaka, « il faut sortir de la stratégie de pansement avec une vraie diversification fruitière »

Avec le changement climatique, à quoi ressemblera la France fruitière et légumière en 2050 ? Le salon Medfel, ces 24 et 25…

Grégory Spinelli, champignonnière du Clos du Roi
Grégory Spinelli, producteur de champignons dans le Val d'Oise : « Nous ne sommes plus que quatre producteurs franciliens »
Grégory Spinelli est à la tête de la champignonnière souterraine du Clos du Roi, en plein cœur d’une zone résidentielle de Saint-…
L’intelligence artificielle peut-elle révolutionner la filière fruits et légumes ?

Medfel 2024 a mis en débat cette question brûlante : à quoi donc pourrait servir l’IA dans les entreprises de fruits et…

Les tomates cerise marocaines à des prix défiant toute concurrence, côtoie l’offre française en saison.
Tomates marocaines : pourquoi les producteurs français ont mené une opération de sensibilisation

Des producteurs de tomates ont envahi vendredi 26 avril les rayons fruits et légumes de plusieurs supermarchés dans quatre…

Fraises françaises : quel bilan à mi-saison ?

Après un début de campagne tardif dans plusieurs régions de production et des conditions climatiques fluctuantes, l’AOPn…

La couleur préférée des abricots par les consommateurs est l’orange et l’orange pigmenté de rouge.
Gel, alternance, coulure : à quoi s’attendre pour la récolte française d’abricot en 2024 ?

A Medfel, les prévisions de récolte pour la France annonce une forte baisse après une forte récolte 2023. A quoi cette baisse…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes