Aller au contenu principal
Font Size

Siqo
IGP et AOP doivent évoluer pour répondre aux attentes

Les Assises de l’Origine ont fait le point, le 5 juin, sur les nouveaux enjeux des AOP et IGP et les différents moyens de les protéger.

La 21e édition des Assises de l’Origine qui se sont déroulées le 5 juin au Salon de l’Agriculture de Nouvelle-Aquitaine à Bordeaux avaient pour thème : “IGP/AOP, véritables outils de protection des producteurs et des consommateurs”.
© Pierre Frei_Assises de l Origine

Pour leur 21e édition, les Assises de l’Origine, le 5 juin, au Salon de l’Agriculture de Nouvelle-Aquitaine à Bordeaux, avaient pour thème : “IGP/AOP, véritables outils de protection des producteurs et des consommateurs”. Si on y a bien parlé consommateurs et producteurs, la plupart des interventions ont tourné sur les différentes usurpations des indicateurs d'origine (IG), en France et à l’international et les moyens de les protéger (résumé dans FLD Mag de juin). Les débats de la table ronde ont aussi porté sur les nouveaux enjeux.

Les producteurs de la salle ont dénoncé « la multiplication des labels et logos privés qui jouent sur le local » (“origine France”, “produit en Aquitaine”…), notamment de la part « des enseignes de la GMS qui lancent leurs propres démarches sans y associer les IG ». « Oui le local est à la mode, reconnaît Marc Duret, directeur Partenariat PME et monde agricole à Carrefour. Mais Carrefour n’est pas sur un local opportuniste. Pour beaucoup de PME, Reflets de France, créé en 1996, a été un formidable tremplin, notamment pour les IG puisque notre ADN c’est le territoire. Votre force, c’est la qualité de vos cahiers des charges. Mais attention, car en notoriété spontanée, les consommateurs connaissent le bio et le Label Rouge mais pas les IGP et AOP. Il y a des choses à faire. Oui, vos cahiers des charges doivent évoluer, sur toutes les nouvelles attentes : environnement, durabilité, bien-être animal, valeurs sociétales… Enfin, je crois beaucoup à la blockchain. Je pense que c’est l’outil qui séparera les bons des mauvais. En développant cette traçabilité, vous, les représentants des IG, serez plus à l’aise à la commercialisation ».

En fin de session, Claude Vermot-Desroches, président d’Origine France et d’OriGIn Monde, a appelé à « une accession des IG aux financements du développement rural », à « des mesures de simplification quand une IG veut évoluer », et à « des moyens de communication plus forts ». « Soyez plus acteurs, plus promoteurs !, a-t-il conclu. Les IG c’est le bon modèle agricole qui a le vent en poupe. »

Lire aussi Protéger les IGP et AOP, mission impossible ?

« En notoriété spontanée, IGP et AOP ne sont pas connus. Seuls le bio et le Label Rouge le sont ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

En médaillon, Sébastien Lacombe commercialise sa production sous la marque Gouttes du Soleil, qu'il a acquise en 2015. © A. Lasnier
Dans le Tarn-et-Garonne, une parcelle de cerisiers entièrement close par un système de filets et de bâches
Dans le Tarn-et-Garonne, Sébastien Lacombe expérimente un nouveau type d’installation pour protéger ses cerisiers contre…
Les jardiniers produisent un volume de tomates de l'ordre de 400.000 tonnes, selon une estimation du CTIFL. © DR
Tomate : Les potagers pénalisent-ils les ventes ?
Le CTIFL a mené une étude afin de déterminer l’impact de tomates produites dans les potagers des particuliers sur les achats en…
Didier Marques , président de l'UNCGFL : « Les grossistes fruits et légumes ont démontré leur capacité d’adaptation lors de la crise Covid-19 »
Élu le 11 juin, le nouveau président de l'Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes (UNCGFL) livre, pour FLD, ses…
United fresh live promo
United Fresh 2020 : la crise sanitaire a fortement touché la filière américaine
United Fresh Produce Association, l’interprofession américaine fruits et légumes tient son Salon de façon dématérialisée cette…
promus box
Promus veut aider tous les producteurs à vendre en circuits courts
La start-up souhaite démocratiser l’approvisionnement local en accompagnant les producteurs dans leur diversification en circuit…
Mâche, blette, épinard, roquette s'accommodent de la moindre luminosité des serres photovoltaïques avec une baisse du rendement de 25% à 40%.
Serres photovoltaïques : « La perte de rendement est acceptée par certains producteurs qui ont des abris surdimensionnés»
Témoignage de Thierry Corneille, conseiller au Ceta de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône).
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes