Aller au contenu principal
Font Size

Hauts-de-France : Le Marché de Phalempin en route vers les 50 000 tonnes par an

La coopérative « Le Marché de Phalempin » poursuit son développement, notamment avec l’arrivée des 23 producteurs de Sipenord. Avec de nombreux projets, elle est en route vers les 50 000 tonnes par an.

Avec un chiffre d’affaires de 49,1 M€ (activités collecte et vente), réalisé sur l’exercice 2017-2018 par les 197 producteurs, la coopérative « Le Marché de Phalempin » poursuit sa croissance (+6 %).

Fusion réussie avec Sipenord

La coopérative, qui fêtera ses 25 ans en septembre 2019, a encore de nombreux projets de développement pour les campagnes prochaines. Après avoir réalisé un important effort de renouvellement de ses adhérents en accueillant de jeunes producteurs, elle a officialisé sa fusion avec la coopérative Sipenord depuis le 1er septembre 2018. « Ce renouvellement a été un succès et les jeunes s’impliquent dans la coopérative », a estimé André Tondeur président. La coopérative soutient leur installation en finançant 60 % des investissements par le biais de son programme opérationnel. « Nos producteurs n’ont jamais autant investi qu’en 2018 », a-t-il souligné en rajoutant : « ces investissements permettent de moderniser les outils de production, d’augmenter les volumes produits et d’élargir la gamme ». Cette fusion a permis d’accroître la production de poireaux (3 000 t), de pommes et de poires (690 t) et de salades 4e gamme à destination de l’industrie (1 400 t). « A ce jour, le bilan de la fusion est largement positif », a-t-il souligné en tablant sur un apport de près de 50 000 tonnes de légumes sur l’exercice 2018-2019. Enfin, la coopérative réfléchit à l’implantation d’une endiverie collective qui pourrait jouxter ses installations de Phalempin. Cela lui permettrait de répondre à plusieurs enjeux : faire face à une diminution des volumes d’endives dans l’avenir, répondre à d’éventuelles disparitions d’outils devenus non transmissibles, mais surtout permettre d’être plus réactif et en totale adéquation avec le commerce (qualité, calibre, emballage…).

Les jeunes pousses d’endive en développement

En 2018, les apports d’endives, représentant 79 % des ventes, se sont élevés à 27 100 t (+1,1 %). Elles sont fournies par 53 producteurs de salle et 33 producteurs d’endives de terre. L’exercice est marqué par un fort développement des jeunes pousses d’endives (+44 % à 746 t), endives bio (+24 % à 225 t) et de terre (+23 % à 250 t). Dans le même temps, les volumes des carmines, endive rouge et de salle sont en baisse. La production d’oignons bio est en forte hausse, grâce notamment à une bonne valorisation (900 €/t comparé à 178 €/t en conventionnel). Pour les conditionner, une nouvelle chaîne a été installée à la CUMA Nord-Oignons de Violaines (62). Les choux-fleurs ont baissé (1,59 million de têtes), les poireaux également (670 t) ainsi que les fraises, dont les volumes sont passés de 782 t à 688 t (-14 %), conséquence des chaleurs excessives de l’été dernier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

« On ne dessine pas un arbre en commençant par les feuilles, mais par le tronc : c’est que nous avons fait avec cette nouvelle offre pour les fruits et légumes en vrac », souligne Stefano Volpi, cofondateur de Connecting Food.  © Connecting Food
La blockchain adaptée aux fruits et légumes en vrac
Garantir l’origine tout au long de la chaîne d’approvisionnement n’est pas aisé avec des fruits et légumes en vrac. Connecting…
L'installation du bambou nécessite 4 à 5 ans puis les pousses sont ramassées à 25-30 cm pour être vendues en frais.
Du bambou alimentaire planté en Normandie
Matthieu Lerdu et ses deux fils, Rodolphe et Baptiste, ont planté 6 ha de bambou alimentaire, en contrat avec Onlymoso, société…
En ail blanc, les calibres sont plutôt moyens cette année.  © Archives FLD
« On va avoir besoin de l’ail français »
C’est le début de la campagne de l’ail français. Une année plutôt bonne, sans stock dans les frigos avec moins d’ail espagnol.…
La future organisation de producteurs  légumes d’Eureden sera centrée sur les légumes surgelés et appertisés.  © Claire Tillier - FLD
Une nouvelle grande organisation de producteurs pour les légumes transformés

Au 1er janvier 2021, les deux organisations de producteurs (OP) de légumes des coopératives Cecab/d’aucy et…

Jean Castex annonce la réouverture de la ligne Perpignan-Rungis pour le transport des fruits et légumes
En déplacement à sur la plate-forme multimodale de Valenton (Val-de-Marne), le Premier ministre a déclaré la réouverture dans un…
Pascal Prat, directeur général de Fleuron d’Anjou : « Deux nouvelles lignes ont été installées à la station. L’une d’entre elles permet le développement d’une nouvelle offre en radis équeutés en sachet prêt-à-consommer. C’est une ligne pilote, la première sur le marché français ».  © Fleuron d Anjou
Fleuron d’Anjou poursuit sa politique de développement
Asperges, patates douces, radis, mâche : autant de légumes appelés à croître dans le portefeuille produit de la coopérative qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes