Aller au contenu principal

Hauts-de-France : Le Marché de Phalempin en route vers les 50 000 tonnes par an

La coopérative « Le Marché de Phalempin » poursuit son développement, notamment avec l’arrivée des 23 producteurs de Sipenord. Avec de nombreux projets, elle est en route vers les 50 000 tonnes par an.

Avec un chiffre d’affaires de 49,1 M€ (activités collecte et vente), réalisé sur l’exercice 2017-2018 par les 197 producteurs, la coopérative « Le Marché de Phalempin » poursuit sa croissance (+6 %).

Fusion réussie avec Sipenord

La coopérative, qui fêtera ses 25 ans en septembre 2019, a encore de nombreux projets de développement pour les campagnes prochaines. Après avoir réalisé un important effort de renouvellement de ses adhérents en accueillant de jeunes producteurs, elle a officialisé sa fusion avec la coopérative Sipenord depuis le 1er septembre 2018. « Ce renouvellement a été un succès et les jeunes s’impliquent dans la coopérative », a estimé André Tondeur président. La coopérative soutient leur installation en finançant 60 % des investissements par le biais de son programme opérationnel. « Nos producteurs n’ont jamais autant investi qu’en 2018 », a-t-il souligné en rajoutant : « ces investissements permettent de moderniser les outils de production, d’augmenter les volumes produits et d’élargir la gamme ». Cette fusion a permis d’accroître la production de poireaux (3 000 t), de pommes et de poires (690 t) et de salades 4e gamme à destination de l’industrie (1 400 t). « A ce jour, le bilan de la fusion est largement positif », a-t-il souligné en tablant sur un apport de près de 50 000 tonnes de légumes sur l’exercice 2018-2019. Enfin, la coopérative réfléchit à l’implantation d’une endiverie collective qui pourrait jouxter ses installations de Phalempin. Cela lui permettrait de répondre à plusieurs enjeux : faire face à une diminution des volumes d’endives dans l’avenir, répondre à d’éventuelles disparitions d’outils devenus non transmissibles, mais surtout permettre d’être plus réactif et en totale adéquation avec le commerce (qualité, calibre, emballage…).

Les jeunes pousses d’endive en développement

En 2018, les apports d’endives, représentant 79 % des ventes, se sont élevés à 27 100 t (+1,1 %). Elles sont fournies par 53 producteurs de salle et 33 producteurs d’endives de terre. L’exercice est marqué par un fort développement des jeunes pousses d’endives (+44 % à 746 t), endives bio (+24 % à 225 t) et de terre (+23 % à 250 t). Dans le même temps, les volumes des carmines, endive rouge et de salle sont en baisse. La production d’oignons bio est en forte hausse, grâce notamment à une bonne valorisation (900 €/t comparé à 178 €/t en conventionnel). Pour les conditionner, une nouvelle chaîne a été installée à la CUMA Nord-Oignons de Violaines (62). Les choux-fleurs ont baissé (1,59 million de têtes), les poireaux également (670 t) ainsi que les fraises, dont les volumes sont passés de 782 t à 688 t (-14 %), conséquence des chaleurs excessives de l’été dernier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Fruits à coque : Amandera lève 1 M€ et se lance dans les noisettes
Actualités riches pour Amandera, la société de l’économie sociale et solidaire spécialisée dans le développement de filières de…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes