Aller au contenu principal

L'arboriculture doit faire reconnaître ses atouts par la société

La société civile connaît peu les pratiques de l'arboriculture, ce qui engendre parfois de la méfiance. La filière possède pourtant de nombreux atouts qu'elle doit faire reconnaître.

Depuis une dizaine d’années, l’agriculture et l’arboriculture en particulier sont montrées du doigt par la société civile sur ses pratiques phytosanitaires. Les démarches comme celle des vergers écoresponsables ou la HVE misent sur des messages positifs pour infléchir cette représentation erronée. « Si on se fie à l’expression la plus médiatisée, on remarque une méconnaissance des pratiques professionnelles. Il y a une forme d’incompréhension car les efforts déjà engagés  par la filière, sur la partie protection notamment, restent encore largement ignorés, indique Yann Bintein, CTIFL. Mais on peut observer que dès qu’il y a une explication et un apport de références objectives la perception change. Il y même une prémisse de reconnaissance dans des services que la filière peut fournir,  comme la captation du carbone. » C’est un sujet dont la filière est en train de s’emparer. Un travail est en cours dans la filière amande et un projet déposé à l’ADEME par l’Association nationale pomme poire. « Nous souhaitons rattacher la démarche vergers écoresponsables à un label bas-carbone, présente Josselin Saint-Raymond, directeur de l’ANPP. Pour cela nous devons travailler à maximiser le stockage dans les vergers et ses aménagements, gérer la fin de vie des vergers pour limiter le relargage de carbone et adapter nos pratiques ». Ce projet est mené avec Pink Lady Europe la coopérative Bluewhale et l’Afidem (Association Française Interprofessionnelle des Fruits et Légumes à Destinations Multiples). « Plus largement l’arboriculture a quelques atouts à faire valoir, renchérit Yann Bintein. Elle a beaucoup d’infrastructures favorables à  la biodiversité. Le fait de travailler avec des cultures pérennes, souvent associés à des couverts végétaux a un impact sur le long terme sur les cycles du carbone, mais aussi de la matière organique et le cycle de l’eau. Il faut aussi apprécier les services concernant les volets sociaux et économiques.  Si ces deux derniers points sont souvent vus comme des contraintes en France ils pourraient dans le contexte actuel devenir de réels atouts à faire valoir aussi. »

L’atout origine France

« Nous avons aussi un atout avec la grande sensibilité des consommateurs à l’origine France, ajoute Jean-Luc Reigne d’Unicoque. Mais sur ce sujet nous avons besoin d’une législation sur l’affichage qui nous protège. On ne peut pas demander à ce que le territoire France soit un territoire d’exception et accepter tout et n’importe quoi sur les importations. Notamment des produits étrangers, emballés en France, estampillés français. Nous avons besoin de travailler l’origine France avec les distributeurs pour que cette allégation ne soit pas galvaudée. »

A lire aussi : Ce qu’apportent les cultures fruitières à la société 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Maraîchage : les semis papier à l’essai
La technique des semis papier en maraîchage bio a été expérimentée en 2019 par la station d’expérimentation du Sileban, en…
layani
Stéphane Layani, président-directeur général de la Semmaris : « Défendre le modèle vertueux des marchés de gros »
Effet Covid-19, « train des primeurs », développement en région… Stéphane Layani évoque aussi la réflexion en cours concernant un…
Crues en Lot-et-Garonne : d'importants dégâts encore difficilement évaluables pour les producteurs de fruits et légumes
La crue exceptionnelle de la Garonne en Lot-et-Garonne va compromettre de nombreuses cultures. Les pertes de récoltes de légumes…
Prince de Bretagne lance la vente à la pièce pour le drive
Pour répondre aux nouvelles habitudes de consommation et au drive, Prince de Bretagne lance une offre de légumes vendus à la…
La fraise Label Rouge veut oublier 2020 et mise sur une nouvelle variété pour dynamiser la campagne
Très impactée par la crise en 2020, la fraise Label Rouge espère 2021 sous de meilleurs auspices. Les voyants en production et en…
La pomme de terre primeur de Noirmoutier revient en 2021 avec l’IGP et des emballages sans plastique
Alors que la saison 2021 débute dans un mois, le directeur de la coopérative de Noirmoutier fait le point avec FLD sur les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes