Aller au contenu principal

L'arboriculture doit faire reconnaître ses atouts par la société

La société civile connaît peu les pratiques de l'arboriculture, ce qui engendre parfois de la méfiance. La filière possède pourtant de nombreux atouts qu'elle doit faire reconnaître.

Depuis une dizaine d’années, l’agriculture et l’arboriculture en particulier sont montrées du doigt par la société civile sur ses pratiques phytosanitaires. Les démarches comme celle des vergers écoresponsables ou la HVE misent sur des messages positifs pour infléchir cette représentation erronée. « Si on se fie à l’expression la plus médiatisée, on remarque une méconnaissance des pratiques professionnelles. Il y a une forme d’incompréhension car les efforts déjà engagés  par la filière, sur la partie protection notamment, restent encore largement ignorés, indique Yann Bintein, CTIFL. Mais on peut observer que dès qu’il y a une explication et un apport de références objectives la perception change. Il y même une prémisse de reconnaissance dans des services que la filière peut fournir,  comme la captation du carbone. » C’est un sujet dont la filière est en train de s’emparer. Un travail est en cours dans la filière amande et un projet déposé à l’ADEME par l’Association nationale pomme poire. « Nous souhaitons rattacher la démarche vergers écoresponsables à un label bas-carbone, présente Josselin Saint-Raymond, directeur de l’ANPP. Pour cela nous devons travailler à maximiser le stockage dans les vergers et ses aménagements, gérer la fin de vie des vergers pour limiter le relargage de carbone et adapter nos pratiques ». Ce projet est mené avec Pink Lady Europe la coopérative Bluewhale et l’Afidem (Association Française Interprofessionnelle des Fruits et Légumes à Destinations Multiples). « Plus largement l’arboriculture a quelques atouts à faire valoir, renchérit Yann Bintein. Elle a beaucoup d’infrastructures favorables à  la biodiversité. Le fait de travailler avec des cultures pérennes, souvent associés à des couverts végétaux a un impact sur le long terme sur les cycles du carbone, mais aussi de la matière organique et le cycle de l’eau. Il faut aussi apprécier les services concernant les volets sociaux et économiques.  Si ces deux derniers points sont souvent vus comme des contraintes en France ils pourraient dans le contexte actuel devenir de réels atouts à faire valoir aussi. »

L’atout origine France

« Nous avons aussi un atout avec la grande sensibilité des consommateurs à l’origine France, ajoute Jean-Luc Reigne d’Unicoque. Mais sur ce sujet nous avons besoin d’une législation sur l’affichage qui nous protège. On ne peut pas demander à ce que le territoire France soit un territoire d’exception et accepter tout et n’importe quoi sur les importations. Notamment des produits étrangers, emballés en France, estampillés français. Nous avons besoin de travailler l’origine France avec les distributeurs pour que cette allégation ne soit pas galvaudée. »

A lire aussi : Ce qu’apportent les cultures fruitières à la société 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

La France perd sa seule usine de transformation des artichauts
La seule usine française (installée en Bretagne) assurant la transformation des artichauts a fermé ses portes. Un manque à gagner…
Entre Le Marché de Léopold et les Comptoirs de la Bio, c’est fini !
Le Marché de Léopold table désormais sur son modèle actionnarial et opérationnel pour assurer son développement.
[Mise à jour] Espagne : la menace d'une grève des transports de marchandises s'éloigne
La menace d'un grève venant des principaux syndicats de transport de marchandises espagnols s'éloigne. Elle devait commencer le…
Les producteurs de fruits à noyaux visitent des magasins et protestent contre les opérations “prix coûtant”
Des arboriculteurs ont rendu visite à des commerçants pour échanger « sur le terrain ». Carrefour et Super U ont été visités.
« On observe moins de pucerons sur pommier en présence de romarin »
Sylvaine Simon, ingénieure de recherche INRAE, expose les résultats d'un essai mené dans un verger de pommiers bio, visant à…
Vivien Paille veut booster la libido des Français pour les légumineuses
La marque lance sa propre campagne de communication et de sensibilisation “Sec is Good” autour des légumes secs. Phrases chocs et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes