Aller au contenu principal

Endiviers : « La sécurité, c’est l’affaire de tous »

Les endiviers emploient plus de 3 000 salariés dans les Hauts-de-France. Le respect des règles de sécurité dans l’entreprise est une priorité que tout chef d’entreprise doit savoir notamment anticiper.

Claire Lefèvre, co-présidente de l'Udef
© T. Becqueriaux

Le décès brutal d’un salarié d’une endiverie du Pas-de-Calais, écrasé par son Manitou en octobre 2018, a créé un choc parmi les 389 endiveries des Hauts-de-France et sûrement bien au-delà. De quoi multiplier les prises de conscience et faire réagir pour qu’un tel drame ne se reproduise plus. C’est donc sur le thème de « la sécurité l’affaire de tous ! » que l’Union nationale des endiviers de France (UDEF) a tenu à consacrer son assemblée générale en mars dernier. Dommage que moins d’une vingtaine d’endiviers (sur les 121 adhérents) n’étaient présents ! « Les endiviers sont des chefs d’entreprise et doivent être capables de manager leurs équipes de salariés », expliquait Claire Lefevre, co-présidente de l’UDEF. Tout comme ils doivent mettre en place des politiques salariales adaptées pour motiver et fidéliser un personnel de plus en plus difficile à recruter. « La sécurité est l’affaire de tous », poursuivait-elle. La législation les y oblige, mais pas que. Notamment si les endiviers veulent instaurer « un meilleur climat de confiance dans leur entreprise ».

Diminuer les risques quotidiens

Une représentante de la MSA 59-62 a souligné qu’« un accident du travail n’était jamais anodin, car tout le monde était impacté ». Avec une première mise en garde : « un accident avec arrêt sur deux se déroule durant les deux premières années suivant l’embauche. Un sur deux concerne les TMS. Un sur trois est une chute » (chiffre MSA 2016). De quoi donner à réfléchir sur la nécessité absolue de la prévention ! Mais aussi au respect des règles et consignes édictées dans l’entreprise. Les moments d’échanges entre salariés sont primordiaux, notamment s’il y a un accident. Dès son entrée, le salarié doit bien sûr se faire remettre un livret d’accueil avec mention des consignes et du règlement intérieur à respecter. Dans le cas de la conduite d’engins de levage, « l’endivier doit également s’assurer que le salarié est apte à la conduite et possède l’aptitude médicale ». C’est sans compter sur la formation et l’information permanente des salariés qui permettent également de diminuer les risques quotidiens. Plus que jamais, les endiveries doivent procéder au diagnostic complet de leur exploitation endivière pour mettre en place les outils indispensables de prévention et d’information.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Demain La Terre veut amplifier sa visibilité auprès du grand public
L’association, riche de projets et de nouveaux adhérents, prévoit d’étoffer encore davantage sa gamme et met le paquet sur la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes