Aller au contenu principal

Diversification
De l’élevage aux légumes bio locaux pour l’industrie, la GMS et la RHD

Créée par des agriculteurs associés à Fleury Michon, la SAS Le Champ du possible fournit des légumes bio à Fleury Michon, mais aussi désormais à Système U et pour la restauration collective.  

En 2021, la SAS pourrait étendre sa gamme au topinambour.
© Le champ du possible

Depuis 2017, huit exploitations de polyculture-élevage proches du site de Pouzauges de Fleury Michon fournissent le groupe en légumes de plein champ bio. « À l’origine, nous étions quatre exploitations d’élevage, explique Jonathan Berson, président de la SAS Le Champ du possible. Nous faisions le constat que la consommation de protéines animales diminue, alors que la demande en légumes bio augmente. Avec Fleury Michon qui recherchait des légumes bio locaux pour ses plats préparés, nous avons fait le pari de produire des légumes au pays de l’élevage. Le fait d’être éleveurs assure une autonomie en fertilisation et permet des rotations longues qui limitent les problèmes sanitaires et d’enherbement. » Une SAS détenue à 70 % par les agriculteurs (huit exploitations aujourd’hui) et 30 % par Fleury Michon, a été créée pour la commercialisation des légumes et l’acquisition du matériel de production.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
Demain La Terre veut amplifier sa visibilité auprès du grand public
L’association, riche de projets et de nouveaux adhérents, prévoit d’étoffer encore davantage sa gamme et met le paquet sur la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes