Aller au contenu principal

MIN
Comment les marchés de gros provençaux veulent-ils mieux collaborer à l’avenir ?

Sur le MIN de Chateaurenard, plusieurs responsables de marché de gros de la région Sud se sont retrouvés pour échanger sur leurs bonnes pratiques et les pistes de collaboration à explorer. C’est une première.

Les responsables des Min de Cavaillon, de Carpentras, de Chateaurenard, d’Avignon et de Nice, avec la Fédération des marchés de gros de France, ont réfléchi à l’ébauche d’une dynamique commune Le 28 juin.
© Philippe Gautier-FLD

Le 28 juin, les responsables des Min de Cavaillon, de Carpentras, de Chateaurenard, d’Avignon et de Nice (le Min des Arnavaux de Marseille était excusé) se sont réunis pour échanger leurs réflexions et leurs expériences. L’objectif de cette rencontre était de dresser la méthodologie et l’organisation de Min de la région PACA afin qu’ils s’adaptent au mieux aux différentes évolutions sociétales en matière de distribution alimentaire et de consommation. A travers les différents échanges, l’ébauche d’une dynamique commune, d’un maillage entre les différents marchés, s’est fait jour.

Pour aller plus loin :

Bouches-du-Rhône/Vaucluse : une navette entre les MIN de Châteaurenard et de Carpentras

Le Min de Châteaurenard voit son avenir en grand

Bouches-du-Rhône : le Min de Marseille se veut en pointe sur la logistique urbaine

 

Une telle réunion peut paraitre simple sur le papier mais c’était bien la première fois que les Min provençaux se prêtaient au jeu. « Nous avons rarement l’habitude de nous retrouver ainsi pour évoquer l’avenir des marchés de gros de la région, a convenu Marcel Martel, président du Min de Châteaurenard (et par ailleurs vice-président de la Fédération des marchés de gros en charge des circuits courts et des productions locales)

Les PAT, la loi Egalim, les réflexions à l’échelle des territoires et des collectivités, l’autonomie alimentaire concourent au développement des circuits de proximité. Et les marchés de gros doivent être le pivot dans ce contexte. C’est le message d’ailleurs passé par la Fédération, représentée le 28 juin par son Président, Jean-Jacques Bolzan et sa secrétaire générale, Frédérique Wagon.

 

Le Min de Châteaurenard, engagé dans un important projet de redéploiement, demeure une place importante de la mise en marché des fruits et légumes locaux : environ un millier de producteurs le fréquentent
© Philippe Gautier-FLD

 

Des actions innovantes

Et sur les différents thèmes qui intéressent la société française, les Min de Provence ne sont pas en reste. Par exemple, la navette mise en place entre les producteurs locaux et les marchés de Carpentras et de Châteaurenard s’avère être un succès. L’impact environnemental est aussi là : un seul camion pour la ramasse au lieu de plusieurs se rendant sur le marché. L’ambition est aujourd’hui d’étendre de l’étendre à d’autres Min pour atteindre une dimension territoriale.

Le marché de gros d’Avignon est très impliqué dans la réduction des déchets : il travaille actuellement sur une réutilisation des fruits et légumes non vendables en co-produits ou sous-produits. Dans le même registre, depuis le 1er janvier, 100% des déchets de celui de Cavaillon sont utilisés par une « ferme à insectes » spécialisée dans la production durable de protéines pour l’aviculture et l’aquaculture.Par ailleurs, dans le domaine de la numérisation des échanges, le Min de Nice a développé un modèle très efficace.

Favoriser la massification des flux locaux

Il demeure que les six marchés de gros provençaux présentent des profils différents, certains étant plus axé amont, d’autres plus sur la distribution. Comment faire alors pour que le maillage attendu puisse prendre forme ? Les marchés ont tous leur spécificité, c’est certain, mais ils sont aussi complémentaires : « Par exemple, un fruit ou un légume vendu sur le marché de Chateaurenard  et celui attendu par le grossiste de Nice est souvent similaire. Une action commune pourrait être de mettre en place des navettes entre les deux marchés de gros » a expliqué Gilles Bertrand, directeur de l’Actium Grand Marché de Provence.

En conclusion, Jean-Jacques Bolzan a réaffirmé l’importance des Min : « La région Sud est fortement productrice pour le local et le national et dispose d’un réseau de six marchés de gros. Il n’est pas nécessaire de réinventer le monde en multipliant les plateformes logistiques, consommatrices d’argent public ». Les participants ont convenu de se retrouver prochainement, cette fois-ci sur le Min d’Avignon.  

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Jacques Mathé : « Le problème du circuit court se pose en termes de différenciation de l’offre, de haute technicité et de productivité du travail. La binette, c’est bien mais ça prend du temps ! »
« Les circuits courts en fruits et légumes doivent sortir de l’artisanat »
La commercialisation en circuit court, notamment en maraîchage, peut apparaître très séduisante. « Le potentiel phénoménal…
Pourquoi le distributeur de fruits et légumes italien Orsero rachète les Français Blampin et Capexo ?
L’importateur et distributeur italien de fruits et légumes Orsero renforce sa présence sur le marché français en entrant au…
Kiwi jaune : accord historique en Italie entre NKP et Rivoira
Les deux entreprises ont signé un accord de développement commercial au niveau mondial pour deux variétés de kiwis à chair jaune.
[MISE A JOUR] Des récoltes de pommes et poires attendues en hausse dans un contexte économique compliqué
Wapa a dévoilé ses traditionnelles prévisions pour l’hémisphère nord et rappeler les défis que le secteur doit être prêt à…
La France produit environ 35 000 t de cerise douce, ce qui la place au 8e rang européen.
Production de cerises : l’Italie, l’Espagne et la Grèce en tête des pays européens

La production mondiale de cerise douce atteint 2,6 millions de tonnes par an. La Turquie est le…

La plus grande ferme hydroponique au monde ouvre ses portes à Dubaï
Plus de 3 hectares de ferme hydroponique viennent d’être inaugurés près de l’aéroport de Dubaï. Les légumes-feuilles cultivés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes