Aller au contenu principal

Maraîchage : Claire et Geoffrey Andna cultivent au cœur de Strasbourg

L’îlot de la Meinau accueille jusqu’à 250 personnes par jour. Ici, aux portes d’un bassin de consommation de 40 000 personnes, Claire et Geoffrey Andna écoulent 50 % de leur production à travers un drive et un magasin de producteurs.

La vente directe comme une évidence… Claire et Geoffrey Andna ont remporté l’édition 2021 du Trophée du Maraîchage organisé par Légumes de France. Installés en Alsace, ils gèrent depuis 2014 une exploitation maraîchère de 11 hectares, l’îlot de La Meinau. Implantée dans Strasbourg intra-muros, la ferme dispose à ses portes d’un bassin de consommation de 40 000 personnes avec les seuls quartiers de La Meinau et du Neudorf. « Cela nous paraissait évident d’avoir un point de vente sur place », se rappelle Geoffrey, ancien conseiller agricole pour une station d’expérimentation.

Le terrain, qui était dédié jusque-là aux céréales, est donc orienté vers les cultures légumières, avec l’installation de 6 000 m2 de serres multi-chapelles. Avec ses associés de l’époque, il part de zéro « dans l’objectif de créer une exploitation de cultures légumières qui aurait pour vocation de créer un point de distribution en vente directe à la ferme, et d’écouler sa production via la restauration notamment ». Plus d’une cinquantaine de légumes (et des fraises) parmi lesquels l’asperge blanche ou le pissenlit sont cultivés. « On produit douze mois sur douze en plein champ et sous abri », précise Geoffrey Andna.

Pour assurer ses rotations sur un terrain difficile très argileux, le maraîcher travaille par blocs. Les pommes de terre assurent la tête de rotation. Le reste est regroupé par familles : alliacées, ombellifères et crucifères… auxquelles s’ajoutent les cultures qui bougent peu : les fraises (deux à trois ans) et les asperges (six à huit ans). Restent les autres cultures maraîchères de « petites séries ». « Une fois qu’on a ces blocs, on essaie de faire en sorte que ça tourne régulièrement sur les parcelles. On est équipé maintenant en autoguidage RTK donc on arrive à reproduire des lignes et des champs d’une année sur l’autre. On arrive grâce à ça, et au quadrillage naturel du terrain, à organiser la rotation. »

100 000 euros d’investissement dans le magasin

Si la production s’est développée doucement avec un point de vente qui a débuté sur quelques planches et des tréteaux, le virage a eu lieu en 2017-2018. Là, Geoffrey reprend la totalité des parts de l’exploitation, et surtout, il accueille son épouse qui le rejoint indirectement à travers une SAS dédiée à la commercialisation. « C’est ce qui a lancé le vrai développement de la structure, assure Geoffrey. Elle a pris en charge la partie commerciale et administrative et on a fait des embauches supplémentaires pour développer la vente directe, en multipliant les créneaux horaires. »

Engageant les moyens nécessaires à ses ambitions, le couple investit 100 000 euros en 2019 dans l’aménagement de son point de vente, toujours abrité sous les serres. Un investissement lourd, mais réfléchi. « Aujourd’hui, ça nous permet d’écouler 600 000 à 1 million d’euros de produits de notre ferme, complétés par de l’achat revente de produits de nos confrères », défend Geoffrey.

Ces ventes complémentaires représentent 50 % des ventes du magasin. Une dizaine de producteurs locaux sont sollicités pour la viande, les produits laitiers, les produits transformés, les jus… Les produits « exotiques » comme les bananes ou même les fromages sont achetés chez un grossiste. « Ce n’est pas parce qu’on est en Alsace que les gens se nourrissent uniquement du Munster, sourit Geoffrey Andna. Aujourd’hui, on a un vrai magasin de vente dans lequel notre clientèle peut faire ses courses de A à Z. »

Des produits transformés

D’autant qu’en parallèle, l’îlot de la Meinau développe aussi ses propres produits transformés. Un pressoir permet de réaliser des jus et gaspachos. « Au début, c’était de la transformation un peu « sauve-qui-peut », avoue le maraîcher. Une tonne de tomates sur les bras dont on ne sait pas quoi faire… Mais on a trouvé un pressoir suffisamment souple et complet dans ses possibilités pour transformer tout une plage de légumes. » Et, finalement, tout une gamme de recettes originales vient valoriser une partie de la production. « On vend également des tourtes, des soupes, qui sont faites en partie avec nos produits par un partenaire traiteur. »

Une fois toutes ces briques emboîtées, c’est environ 50 % de la production de l’exploitation qui est écoulée. Pour le reste, 30 à 40 % sont destinés au demi-gros via la restauration, notamment collective, mais aussi quelques revendeurs (des confrères notamment). L’îlot de la Meinau propose même un service de livraison aux professionnels de la restauration, assuré 6 jours sur 7, selon un système proche de ce qui est proposé par les grossistes. « Mais avec du produit frais », précise Geoffrey Andna. Les 10 à 20 % restant intègrent des circuits un peu plus longs, via la GMS (en direct), ou même quelques grossistes. Juste histoire de ne vraiment pas avoir tous ses légumes dans le même panier…

4 000 m2 sous abri en cours de conversion bio

 

 
De nouvelles serres viennent d'être construites. Elles sont destinées à une production biologique. © Aletheia Press / Aysan Jalali

2021 a été marquée par la construction de 4 000 m2 de serres supplémentaires, ce qui porte la surface couverte à un hectare. Ces nouveaux abris vont être convertis à l’AB. En effet, la loi Egalim pousse les collectivités à intégrer plus de produits bio dans leurs repas, risquant de fermer des marchés à l’îlot de la Meinau. Se sentant très proche des techniques bio dans sa production sous abri, Geoffrey Andna a donc décidé de sauter le pas.

« La serre nous paraissait être la chose la plus simple à mettre en place, pour une transition maîtrisée techniquement, insiste-t-il. Est-ce qu’il va avoir de la surface de plein champ qui va l’accompagner ? Rien n’est moins sûr. » En effet, l’exploitation reste sur une zone inondable, très argileuse. Si la pénurie d’eau n’est jamais à craindre, son abondance, elle, pose problème. 2021 en aura été un douloureux exemple. « Il faudrait qu’il y ait des opportunités foncières pour allonger les rotations, pour qu’on décide d’y aller pleinement », conclut-il.

 

En vente directe et en vélo

 
La plupart des premiers clients sont toujours là, ce qui crée " la première source de motivation ". © Aletheia Press / Aysan Jalali
Jusqu’à 250 personnes par jour passent au magasin de l’îlot de la Meinau. Cette vente au détail bénéficie même d’un nouvel élan avec le développement des livraisons. Avec la crise de la Covid 19, le site web et son drive, qui jusqu’ici vivotaient, ont trouvé tout leur intérêt. De quoi conduire le couple à investir dans un vélo cargo à assistance électrique et à embaucher un livreur. « On a lancé un financement participatif. Ce sont les clients qui ont permis de financer le triporteur et de faire un contrat en CDI à notre jeune livreur. » Ce dernier vient compléter une équipe déjà très étoffée de 20 ETP. Plus de la moitié sont salariés en CDI à temps complet ou temps partiel. La structuration en deux pôles (production et vente) simplifie la gestion du personnel, même si les deux structures interagissent l’une avec l’autre. Côté cultures, Geoffrey Andna s’appuie sur un ancien apprenti devenu chef de culture : « il me seconde sur la mise en place et le suivi jusqu’à la récolte. » Et côté vente, Claire Andna peut aussi compter sur un second et des salariés motivés et autonomes. « Ça nous permet aussi de dégager un peu de temps pour partir en congé », souligne le chef d’entreprise.

 

Parcours

2005-2008 – DUT et licence pro d’agronomie et phytotechnie
2008-2013 – Conseiller agricole à Planète Légumes
2014 – Installation avec 6 000 m2 de serres
2017 – Création d’une SAS pour la commercialisation gérée par Claire
2019 – Investissement de 100 000 € dans le magasin
2021 - Trophée du Maraîchage de Légumes de France

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

“Coup de fatigue” pour la consommation de fruits et légumes frais et un vrai décrochage du bio
Les Français sont fatigués de cuisiner maison et se retournent désormais vers les produits transformés. Sous la contrainte…
Pour faire face aux aléas climatiques, ces serres peuvent être chauffées avec une énergie renouvelable.
FranceAgriMer ouvre un programme d'aide aux investissements pour les serres pour faire face aux aléas climatiques
FranceAgriMer met en place un programme d’aide de 10 millions d’euros pour des investissements dans les serres, tunnels et…
Les futures fermes contiendraient 400 systèmes de culture empilés les uns sur les autres.
Bouches-du-Rhône : une ferme verticale teste la "géoponie rotative"
La géoponie rotative est testée par la ferme verticale Futura Gaïa avec comme objectif de vendre la technologie dans l’industrie…
Des Producteurs de tomates et concombres de l'Ouest de la France créent une AOP de mise en marché
Quatre coopératives productrices de tomates et concombres (Solarenn, Kultive, Océane et Vitaprim) lancent une association d'…
Sécuriser et développer la production d'amandes de façon qualitative et garantir un niveau de valorisation, tels sont les enjeux de  la jeune filière "Pistache en Provence".
Provence : la pistache structure sa filière
Réimplanter la culture de la pistache dans le paysage provençal est bien loin de l’utopie, la filière s’organise pour renaître de…
Pays de la Loire : une nouvelle association voit le jour
Créée à l’initiative de producteurs, l’association Pays de la Loire Fruits et Légumes vise à structurer la filière régionale de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes