Aller au contenu principal

Légumes industrie : les débuts du désherbage mécanique de l'épinard sont prometteurs

L'Unilet expérimente le désherbage mécanique des cultures d'épinard, en conventionnel et en bio.

Le binage de précision se montre  respectueux de l’épinard, notamment pour les faibles écartements (16 et 18 cm) © Unilet
Le binage de précision se montre respectueux de l’épinard, notamment pour les faibles écartements (16 et 18 cm)
© Unilet

La propreté d’une parcelle d’épinard est la principale clé de réussite de la culture. Mais la restriction de la gamme herbicide a conduit l’Unilet à engager plusieurs types d’expérimentation de désherbage mécanique en complément des herbicides de synthèse, voire des itinéraires « zéro herbicide » évalués en parcelles AB ou en plateforme expérimentale. Après une première année d’observation, la herse étrille pose le plus de problèmes sur le plan de l’agressivité vis-à-vis de la culture. Son réglage est loin d’être aisé pour obtenir le bon compromis entre l’efficacité et le maintien de la densité de semis.

A lire aussi : L’épinard exigeant en fertilisation

Le binage de précision se montre en revanche plus respectueux de l’épinard une fois son réglage maîtrisé, notamment pour les faibles écartements (16 et 18 cm). Il donne également satisfaction dans les essais conduits en parcelle AB en Picardie avec des inter-rangs de 26 cm. Le binage de précision permet de contrôler plus efficacement les adventices et laisse plus de souplesse sur les stades d’intervention par rapport à la herse dont l’efficacité est maximale jusqu’au stade 2 feuilles cotylédonaires des adventices seulement. Les passages mécaniques sont précoces en AB, afin d’intervenir sur des adventices au stade filament (passage de la herse étrille dès le stade 2 feuilles cotylédonaires - 2 feuilles vraies de l’épinard).

Une absence de travail sur le rang

Le compromis entre efficacité et agressivité est très délicat à trouver dans ces conditions. En AB, le nombre plus élevé de passages mécaniques accroît également le risque de perte de densité et pénalise la qualité de la récolte. Outre le débit de chantier, l’inconvénient du binage reste l’absence de travail sur le rang, d’où l’intérêt d’un complément chimique, ou mécanique avec la herse étrille dans les itinéraires AB. De plus, son utilisation à de faibles inter-rangs (18-26 cm) impose une correspondance parfaite entre semoir et bineuse. L’Unilet combine ces travaux d’expérimentation à l’évaluation de leviers complémentaires tels que le faux-semis ou la vigueur variétale. L’objectif est d’associer l’ensemble de ces méthodes pour limiter au maximum la présence d’adventices à la récolte.

Tiré de Unilet infos novembre 2020

A lire aussi : « La filière des légumes industrie est concentrée pour assurer la continuité alimentaire »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
Une Boussole des Labels pour guider le consommateur dans les rayons alimentaires
Les trois ONG ActionAid France, Bio Consom'acteurs et FAIR[e] un monde équitable publient un guide pratique téléchargeable…
Kiwi : SCAAP Kiwifruits de France et Euralis, partenaires pour développer la production

SCAAP Kiwifruits de France et la coopérative Euralis ont signé le 17 mai un partenariat pour le développement local de…

Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Demain La Terre veut amplifier sa visibilité auprès du grand public
L’association, riche de projets et de nouveaux adhérents, prévoit d’étoffer encore davantage sa gamme et met le paquet sur la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes