Aller au contenu principal

Vente directe : les questions à se poser avant de choisir son distributeur automatique de fruits et légumes

Se lancer dans la vente en distributeur automatique ne s’improvise pas. En amont, plusieurs points clés doivent être réfléchis.

Le nombre et le type de références que l’on veut proposer et la fréquence de réapprovisionnement que l’on peut admettre déterminent le nombre de casiers nécessaires et leurs tailles.
© Fibling Distribution

Les distributeurs automatiques permettent de vendre en direct une partie de sa production. L’investissement varie en général de 25 000 à 45 000 € pour 70 à 100 casiers, une moyenne chez les producteurs de fruits et légumes, avec un retour sur investissement annoncé de deux à cinq ans. Plusieurs sociétés en proposent aujourd’hui en France et accompagnent les producteurs dans les options qu’ils doivent prendre. Certains points clés, qui doivent être réfléchis en amont, déterminent l’installation à mettre en place.

Que veut-on vendre et comment ?

Le nombre et le type de références que l’on veut proposer et la fréquence de réapprovisionnement que l’on peut admettre déterminent le nombre de casiers nécessaires et leurs tailles. Il est recommandé d’avoir des produits phares, de saison (fraise, asperge…) et des produits d’appel (pommes de terre, oignons…). Les habitudes varient selon les régions. Dans le Nord, un sac de 5-10 kg de pommes de terre convient car la consommation est élevée. Dans le Sud, 2,5 kg suffisent. Une offre en panier (ratatouille, pot-au-feu, corbeille de fruits, lot de petits fruits…) permet des prix plus élevés par casier.

A lire aussi : La tenue de caisse en vente directe

Certains producteurs font aussi de l’achat revente qui permet de compléter l’offre, avec des fruits quand on ne produit que des légumes, des œufs, de la crémerie, de la charcuterie…, permettant une offre globale pour le repas. Le nombre de casiers doit être suffisant pour qu’il n’y ait pas d’attente, car la vente doit être rapide. Il est possible de commencer petit pour tester le marché et de prévoir un agrandissement. Le type de produits détermine aussi le choix de casiers à sec avec ventilation naturelle, de casiers tempérés ou de casiers ou modules réfrigérés, les trois types pouvant être associés.

A quel emplacement installer le distributeur ?

Le distributeur ne doit pas être trop éloigné de l’exploitation car le réapprovisionnement se fait trois à cinq fois par jour et doit être d’autant plus fréquent que le nombre de casiers est réduit. Le choix de l’emplacement nécessite d’analyser la situation : y a-t-il des possibilités sur un lieu de passage, le lieu peut-il drainer les villages alentour… Certaines mairies proposent un local sur la place du village. Dans tous les cas, le lieu doit être accessible en voiture, avec du parking.

A lire aussi : Maraîchage : des pionniers de la cueillette directe dans la Drôme

Il faut pouvoir y accéder et en sortir sans gêner la circulation, faire des manœuvres facilement… L’orientation du distributeur est également importante. Même si le but n’est pas de conserver les fruits et légumes longtemps (en moyenne 1 h 30 à 3 h), il est conseillé d’éviter le plein soleil. Le distributeur doit aussi être abrité, pour le confort des clients notamment. Les fournisseurs proposent en général des abris, mais il est possible d’installer le distributeur dans un local existant, un chalet, un préfabriqué. Prévoir l’alimentation électrique et internet.

Quels systèmes de commande et de paiement choisir ?

L’accueil des clients sur la colonne de commande est essentiel. Il peut se faire sur un système de clavier ou, de plus en plus, sur un écran tactile permettant d’y insérer des photos des produits ou de l’exploitation, des conseils de conservation ou dégustation, d’annoncer l’arrivée prochaine de nouveaux produits. Les fournisseurs proposent désormais des systèmes Click & Collect. Selon les modèles, le paiement peut se faire en pièces et billets, en pièces, billets et carte bleue avec et sans contact, ou uniquement en carte bleue avec ou sans contact. Le système uniquement à carte évite de devoir faire certifier son logiciel.

Comment préparer et gérer le distributeur ?

Une réflexion doit être menée sur la préparation des produits, leur présentation, les étiquettes, l’information des clients, les outils de communication. Il faut aussi prévoir qui va gérer les réapprovisionnements et l’entretien, le distributeur devant toujours être bien approvisionné et propre. Le producteur reçoit en général des alertes quand les casiers sont vides, par SMS ou sur son portable via une application. Les distributeurs sont le plus souvent ouverts 24h/24 (au moins 19 h/j) et 7j/7. A raison de trois à cinq réapprovisionnements par jour avec 10 à 30 références quotidiennes, l’activité peut être épuisante. Le réapprovisionnement peut être assuré par une personne de l’exploitation ou de la famille ou nécessiter une embauche. Certains producteurs choisissent de ne pas réapprovisionner le dimanche, mais il faut alors l’indiquer.

 

Filbing Distribution

 

 
© Filbing Distribution
Précurseur des distributeurs automatiques en France, Filbing Distribution propose 27 tailles de casiers en inox et plexiglas, avec trois systèmes de paiement possibles (pièces et billets, carte bleue sans contact, pièces, billets et carte bleue sans contact). La gestion à distance se fait par SMS ou application Android ou iPhone. La fonction drive est de série (ouverture par code), avec suivi depuis une page web et une application Android. Dans le dernier système de gestion V3, l’accueil se fait sur un écran tactile 9’7, de grande taille. En mode vente, il est possible de taper un numéro de casier, d’afficher une représentation graphique du distributeur où le client n’a qu’à cliquer sur le casier souhaité ou d’afficher la liste des produits avec leur photo et un texte. Dans ce cas, le système d’exploitation peut gérer le « premier entré, premier sorti ». En option, via le site web du distributeur, le client peut voir en temps réel l’état de remplissage du distributeur et réserver un casier.

 

Providif

 

 
© Providif
Les distributeurs automatiques de Providif sont constitués de casiers en inox 304 à porte vitrée blindée, munis d’un éclairage Led, avec 13 tailles prédéfinies et du sur-mesure. Le paiement est possible en pièces, billets et carte bleue en option. La commande peut se faire sur un modèle à clavier sur lequel la colonne de commande peut gérer 250 casiers. Providif propose aussi un modèle à écran tactile qui peut gérer 1 000 casiers, avec si nécessaire plusieurs colonnes de commande gérées par le même système de gestion. Le Click & Collect est de série. En option, une partie des casiers peut être installée dans un meuble réfrigéré sur mesure réglable de 0° à 20°, à température garantie et dont la porte coulissante ou battante se referme seule. En option également : gestion du distributeur à distance, système d’alarme et vidéo surveillance.

 

Le Casier Français

 

 
© Le Casier Français
Le Casier Français propose des distributeurs automatiques fabriqués à 93 % en France, avec six tailles de casiers en acier inoxydable et galvanisé, double vitrage de 14 mm et éclairage Led. Les distributeurs sont modulables et personnalisables. Les modules peuvent être réfrigérés, avec gestion du froid indépendante par module. Une application permet la traçabilité des températures à distance, une visibilité des ventes à tout instant et un export des données sous Excel pour une simplification de la comptabilité. La programmation des produits qui vont être à la vente, le choix des photos, les prix, les prix au poids… peuvent être gérés à distance à partir d’un PC, d’une tablette, d’un smartphone. Un système Click & Case Collect est également possible.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Jacques Mathé : « Le problème du circuit court se pose en termes de différenciation de l’offre, de haute technicité et de productivité du travail. La binette, c’est bien mais ça prend du temps ! »
« Les circuits courts en fruits et légumes doivent sortir de l’artisanat »
La commercialisation en circuit court, notamment en maraîchage, peut apparaître très séduisante. « Le potentiel phénoménal…
Pourquoi le distributeur de fruits et légumes italien Orsero rachète les Français Blampin et Capexo ?
L’importateur et distributeur italien de fruits et légumes Orsero renforce sa présence sur le marché français en entrant au…
Kiwi jaune : accord historique en Italie entre NKP et Rivoira
Les deux entreprises ont signé un accord de développement commercial au niveau mondial pour deux variétés de kiwis à chair jaune.
[MISE A JOUR] Des récoltes de pommes et poires attendues en hausse dans un contexte économique compliqué
Wapa a dévoilé ses traditionnelles prévisions pour l’hémisphère nord et rappeler les défis que le secteur doit être prêt à…
La France produit environ 35 000 t de cerise douce, ce qui la place au 8e rang européen.
Production de cerises : l’Italie, l’Espagne et la Grèce en tête des pays européens

La production mondiale de cerise douce atteint 2,6 millions de tonnes par an. La Turquie est le…

La plus grande ferme hydroponique au monde ouvre ses portes à Dubaï
Plus de 3 hectares de ferme hydroponique viennent d’être inaugurés près de l’aéroport de Dubaï. Les légumes-feuilles cultivés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes