Aller au contenu principal

Tarn-et-Garonne
Avec l’apport des fruits de la Capel, Cancel Fruits développe l’export

Nouvel entrepôt, augmentation du potentiel en fruits (singulièrement en prunes), l’expéditeur de Castelsarrasin et ses 200 producteurs partenaires ont le vent en poupe.

Le nouvel entrepôt de Cancel Fruits dispose de 2 500 m2 de froid et peut traiter environ 18 000 t de fruits par an.
© Cancel Fruits

Le 17 mai, l’entreprise de conditionnement et d’expédition Cancel Fruits a inauguré sa nouvelle installation sur la zone industrielle de Barrès 3, à Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne). Couvrant une superficie de 7 500 m2, l’entrepôt dispose de 2 500 m2 de froid. Il peut traiter environ 18 000 t de fruits par an, grâce à un matériel de dernière génération (trieuse optique pour le calibrage). À peine inaugurée, cette station devrait prochainement s’agrandir de 1 200 m2 supplémentaire (stockage froid et chambre d’affinage).

Cette extension renvoie à l’autre actualité de Cancel Fruits : la reprise de l’activité fruits de la Capel, située à Montpezat-de-Quercy (Tarn-et-Garonne). Maxime Gil, cogérant de l’entreprise explique : « L’activité fruits de la Capel était déficitaire depuis plusieurs années. Elle s’est rapprochée de nous et nous avons racheté son fonds de commerce pour la cerise, la prune et le raisin de table. Trois personnes de Capel nous ont aussi rejoints ».

Collatéralement, Capel s’est désengagé de BC Fruits, la structure commune créé avec Boyer en 2016 pour la prune (cf. FLD Hebdo du 10 février 2016). Maxime Gil précise : « Le porte-feuille client de Capel comporte des grossistes et des enseignes en Europe. Du coup, nous allons développer l’exportation, qui n’était pas privilégiée jusqu’à présent ».

Les 2 000 t de prunes de la Capel s’ajoutent donc aux 7 000 t produites par Cancel Fruits qui avec 9 000 t est leader sur le marché. La saison s’annonce plutôt bonne avec des tonnages et de la qualité. La filière prunes est en pleine réflexion (cf. FLD Hebdo du 16 mai) : « Il faut privilégier les variétés gustatives -nous sommes engagés dans la démarche Lovita - et il ne faut pas avoir de scrupules à remplacer une variété en place par une meilleure. En revanche, je ne suis pas favorable à l’abandon des précoces. Il y a une consommation pour cette prune et elle permet d’être présent sur toute la campagne. On ne peut pas empêcher le commerce. N’oublions pas non plus que les variétés précoces participent aussi à l’équilibre financier de l’exploitation », analyse Maxime Gil.

Avec les 2 000 t de prunes de la Capel qui s’ajoutent à ses 7 000 t, Cancel Fruits devient leader du marché.

Les plus lus

Colère des agriculteurs français : en Espagne, le secteur dénonce l’entrave à la circulation de ses camions de fruits et légumes

La Fédération espagnole des producteurs et exportateurs de fruits et légumes a dénoncé dans un communiqué en fin de semaine…

Tomates bio espagnoles : pourquoi Ségolène Royal se trompe de combat

Des accusations de « faux bio » de la part de Ségolène Royal pour leurs tomates bio sur une chaîne de TV ont empiré…

Bruno Ferret, arboriculteur et maraîcher dans le Rhône, a détaillé au Premier ministre les problèmes auxquels sont confrontés les agriculteurs.
« On voit des agriculteurs de 30-40 ans qui arrêtent » : le cri du cœur d'un producteur de fruits et légumes adressé au Premier ministre

Bruno Ferret, arboriculteur et maraîcher dans le Rhône, a interpellé le Premier ministre Gabriel Attal sur les problèmes de l'…

Colère des agriculteurs : quelles sont les demandes des filières fruits et légumes ?

Alors que des premières mesures doivent être annoncées par le Premier ministre face au mouvement de protestation des…

Virginie Boisseau et Mickaël Girard veulent développer et rationaliser leurs débouchés.
« Nous avons développé les légumes pour améliorer la rentabilité de l’exploitation »

Installés près d’Angers, Mickaël Girard et Virginie Boisseau ont fait le choix des légumes bio et de la vente directe pour…

Lors de la signature du partenariat entre Sikig et Maïsadour le 16 janvier : Julien Pedelucq, président directeur général du groupe SIKIG, Michael Dolet Fayet ...
Plantations de kiwi dans les Landes : quels sont les objectifs de Maïsadour et Sikig ?

Le partenariat entre Maïssadour et Sikig a pour but de développer la culture du kiwi dans les Landes et de proposer une…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes