Aller au contenu principal

Poire
AREFLH : « En poire, il est important de développer des stratégies de promotion tant en Europe que sur de nouveaux marchés »

Alors que le congrès de la poire Interpera fait son retour en présentiel fin juin à Rotterdam, l’AREFLH, son organisateur principal, dresse pour FLD un bilan de 13 éditions, surligne les enjeux de cet événement et les grandes lignes de l’édition 2022.

Interpera 2022, coorganisé par l’AREFLH (Assemblée des Régions Européennes Fruitières, Légumières et Horticoles) et DPA (Dutch Produce Association) aura lieu en présentiel à Rotterdam aux Pays-Bas du 28 au 30 juin 2022. “Tendances actuelles et création de bases solides pour l’avenir”, tel est le thème et l’ambition de l’édition 2022.

Inscriptions et infos sur le site internet de Interpera

De nombreux enjeux y seront abordés, avec les traditionnelles analyses de marché et prévisions de récolte (1,7 Mt récoltées en UE en 2021, la plus faible récolte de ces 20 dernières années). Outre l'évolution du marché, l'évolution de la consommation est aussi un thème incontournable qui sera débattu. La poire peut-elle retrouver sa popularité en Europe ? La consommation y est sous pression depuis des années, mais un retournement de situation est-il envisageable ?

 

La punaise asiatique, le thème de la conférence technique. Outre les problèmes de gel, la punaise diabolique a causé des dégâts considérables les vergers italiens ces dernières années, et elle s’introduit maintenant dans d'autres pays. Le Pr. Lara Maistrello de l'université de Modène et de Reggio Emilia fera le point sur des années de recherche sur la lutte contre la punaise. « Elle a bon espoir que la punaise asiatique puisse être vaincue. Toutefois, la surface de production de poires italiennes a déjà considérablement diminué ».

 

Interpera, une histoire qui dure

Interpera est né en 2008 avec une première édition à Lleida, dans la région Catalogne, en Espagne, un des grands bassins de production européen.  « Afrucat, l’association des entrepreneurs fruitiers de Catalogne et membre de l’Areflh, avait à l’époque ressenti que la poire était en voie de devenir un fruit oublié malgré sa pertinence en Europe d’un point de vue productif, se souvient l’AREFLH. Il a alors semblé nécessaire d'organiser un congrès réunissant les principaux spécialistes internationaux de l'espèce pour rassembler et restimuler le secteur productif de la poire. »

Entre 100 et 200 participants sont présent à chaque édition, la communauté internationale de la poire ayant été dès les premières éditions « intéressée et mobilisée par lnterpera ». « En effet, dès 2008, en plus des Européens, des représentants venus de Corée et d’Argentine avaient fait le voyage jusqu’en Espagne pour rencontrer leurs pairs. Et depuis, une dizaine de pays sont représentés à Interpera », souligne l’AREFLH.

 

A quels enjeux clés le congrès Interpera souhaite-il répondre ?

La baisse de la consommation générale de fruits en Europe, ainsi qu’une compétitivité moins aisée liée à la fragilité et à un aspect moins pratique de la consommation de la poire, font qu’il est important de développer des stratégies de promotion tant en Europe que sur de nouveaux marchés, pour dynamiser la production à tous niveaux et assurer un revenu rentable aux producteurs.

« Les échanges entre les professionnels du secteur ont donc permis de distinguer quelques clefs pour l’évolution du secteur, se réjouit l’AREFLH. L’augmentation de l’exportation vers de nouveaux marchés comme l’Amérique du Sud et les Etats-Unis est une opportunité qui a été développée, ainsi que la différenciation par une augmentation de la qualité et par les produits de IVe gamme. »

Un concept itinérantet bisannualisé

Le concept, initialement annuel, est un congrès itinérant, accueilli édition après édition par un pays producteur européen différent et coordonné par l’AREFLH. L’Espagne, l’Italie, la Belgique, le Portugal ont tour à tour mobilisé leurs filières pour organiser les conférences et les visites techniques inhérentes au congrès, dans leur pays. « Le fait de rendre Interpera itinérant a été un succès dès le début, car cela a contribué à la diffusion de l'événement et a accru l'implication de toutes les régions productives européennes ainsi que des différents médias internationaux », estime Manel Simon, directeur général d'Afrucat.

Les 5 premières éditions se sont déroulées en Europe. Puis, dès la sixième édition, des pays extérieurs à l’Europe ont souhaité participer et en 2013 la ville de General Roca en Argentine (Río Negro, Patagonia) a accueilli la filière, avec comme axe fort un travail sur l’optimisation de la concurrence tout au long de la chaîne de valeur. L’Argentine est en effet un grand producteur et exportateur de poires.  Par la suite, Interpera a eu lieu en Afrique du Sud en 2016 (à Paarl dans la région du Cap) puis aux Etats-Unis en 2017 (Wanatchee, état de Washington).

A l’origine évènement annuel, depuis 2019, pour éviter la redondance des sujets abordés, le comité organisateur a opté pour un évènement tous les 2 ans.

Parmi les sujets les plus abordés depuis les premières éditions : nouvelles techniques de culture (pour les visites techniques), les analyses de production dans le monde et les premières prévisions de récolte, les innovations variétales et les attentes des consommateurs, la qualité gustative, la résistance aux maladies. Un des thèmes principaux depuis le début : les mesures de gestion et de prévention des crises.

Les plus lus

Colère des agriculteurs français : en Espagne, le secteur dénonce l’entrave à la circulation de ses camions de fruits et légumes

La Fédération espagnole des producteurs et exportateurs de fruits et légumes a dénoncé dans un communiqué en fin de semaine…

Tomates bio espagnoles : pourquoi Ségolène Royal se trompe de combat

Des accusations de « faux bio » de la part de Ségolène Royal pour leurs tomates bio sur une chaîne de TV ont empiré…

Bruno Ferret, arboriculteur et maraîcher dans le Rhône, a détaillé au Premier ministre les problèmes auxquels sont confrontés les agriculteurs.
« On voit des agriculteurs de 30-40 ans qui arrêtent » : le cri du cœur d'un producteur de fruits et légumes adressé au Premier ministre

Bruno Ferret, arboriculteur et maraîcher dans le Rhône, a interpellé le Premier ministre Gabriel Attal sur les problèmes de l'…

Colère des agriculteurs : quelles sont les demandes des filières fruits et légumes ?

Alors que des premières mesures doivent être annoncées par le Premier ministre face au mouvement de protestation des…

Virginie Boisseau et Mickaël Girard veulent développer et rationaliser leurs débouchés.
« Nous avons développé les légumes pour améliorer la rentabilité de l’exploitation »

Installés près d’Angers, Mickaël Girard et Virginie Boisseau ont fait le choix des légumes bio et de la vente directe pour…

Lors de la signature du partenariat entre Sikig et Maïsadour le 16 janvier : Julien Pedelucq, président directeur général du groupe SIKIG, Michael Dolet Fayet ...
Plantations de kiwi dans les Landes : quels sont les objectifs de Maïsadour et Sikig ?

Le partenariat entre Maïssadour et Sikig a pour but de développer la culture du kiwi dans les Landes et de proposer une…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes