Aller au contenu principal
Font Size

Une profession de foi partagée pour soutenir le pastoralisme

Les éleveurs pastoraux des zones méditerranéennes présentent leurs atouts et veulent surtout défendre leur besoin d’être soutenu dans la nouvelle PAC en cours de négociation.

En région Sud-Paca, au Sud de Rhône-Alpes et à l’Est de l’Occitanie, 9 800 élevages d’herbivore entretiennent la végétation méditerranéenne. Les animaux consomment l’herbe, mais aussi les feuilles, tiges et fruits des arbres et arbustes. Ces parcours boisés sont des ressources pour les troupeaux et ils apportent l’équivalent de 76 000 camions de foin. Les milieux pastoraux hébergent une biodiversité remarquable. En consommant les combustibles et en broutant les pare-feu, les troupeaux participent aussi à la lutte contre les incendies. Entre les Pyrénées et les Alpes, les paysages pastoraux sont aussi l’écrin d’une économie touristique.

Des pratiques déjà vertes à soutenir

« Mais ces surfaces atypiques sont mal comprises par les politiques européennes », regrette Georges Zinsstag, élu de la chambre d’agriculture du Gard, qui craint que ces zones soient oubliées de la prochaine PAC. Sur le terrain et au salon de l’agriculture, les éleveurs de tous bords rassemblés dans le Réseau élevage pastoral méditerranéen ont rappelé aux décideurs politiques l’urgence de soutenir ces surfaces dans le cadre de la nouvelle Politique agricole européenne en discussion en France puis à Bruxelles. « Cela fait des siècles et des siècles que l’on nourrit nos troupeaux sur ces surfaces, rappelle Luc Falcot, éleveur de chèvres du Rove dans les Bouches-du-Rhône et président du Cerpam. Grâce à ces pratiques pérennes, résilientes et vertueuses, nous y produisons de la viande et des fromages qui répondent aux attentes des consommateurs ». « La prochaine PAC est encore un peu nébuleuse mais si les Européens veulent une agriculture plus verte, nous répondons parfaitement à leurs attentes et nous ne voudrions pas en être les oubliés car nous faisons déjà bien », renchérit Frank Dieny, éleveur ovin des Hautes-Alpes.

Trois mois pour participer au débat public

Si les politiques se disent prêts à batailler dans les prochains mois, le ministère de l’Agriculture renvoie, lui, vers le site du débat public impacton.debatpublic.fr qui s’ouvre pour trois mois. Sur ce site de la Commission nationale du débat public, chaque citoyen est appelé à laisser un avis ou prioriser ces attentes vis-à-vis de la future PAC. Le colloque Pastoralisme et nature protégée en Méditerranée occidentale permettra aussi d’en discuter le 2 avril prochain à Aix-en-Provence.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les problèmes d'entrée d'air dans les faisceaux trayeurs seraient dus soient au mauvais positionnement du faisceau soit à des conformations de mamelles particulières. © B. Morel
La qualité de la traite influencée par les faisceaux trayeurs
L’Institut de l’élevage a réalisé une étude comparant trois types de faisceaux trayeurs en fonctionnement et d’évaluer leur…
Les abattoirs ont continué à collecter les chevreaux pendant le confinement tout en sachant qu'ils ne parviendraient pas à les valoriser correctement. © D. Hardy
Coûte que coûte, libérer les stocks de chevreaux
Les trois opérateurs de la filière chevreau française croulent sous leurs stocks, stigmates restants de la crise du Covid-19.
Le prix de base du lait de chèvre s’est établi à 664 euros les 1 000 litres au premier trimestre 2020 en moyenne nationale, soit une progression de près de 17 euros d’une année sur l’autre.
Le prix du lait de chèvre progresse au premier trimestre
Le prix moyen du lait de chèvre a connu une nouvelle progression au premier trimestre, sous l’effet de la hausse du prix de base…
Le salon Capr'Inov se tiendra les 25 et 26 novembre à Niort, dans les Deux-Sèvres. © Capr'Inov
Sommet de l’élevage et Capr’Inov sont maintenus
Alors que le Space est annulé pour cause de Covid-19, le Sommet de l’élevage et Capr’Inov sont maintenus avec des nouveautés à…
Les élevages caprins de demain devront s'adapter au changement climatique et à la demande d'une production durable économiquement, socialement et environnementalement.  © D. Hardy
Des pistes pour des élevages caprins durables demain
La recherche et le développement imaginent un élevage de chèvres durable et adapté aux aléas climatiques de demain. Résumés des…
La moitié du prix de la bûchette de chèvre revient au producteur français
Le dernier rapport de l’Observatoire des prix et des marges est plutôt optimiste pour la filière caprine.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre