Aller au contenu principal

Recensement des chiens de protection

Le recensement est aussi une façon de mettre en relation les éleveurs utilisateurs de chien et de repérer des éleveurs susceptibles de devenir des naisseurs de chiots de protection. © D. Hardy
Le recensement est aussi une façon de mettre en relation les éleveurs utilisateurs de chien et de repérer des éleveurs susceptibles de devenir des naisseurs de chiots de protection.
© D. Hardy

Le recensement des chiens de protection est proposé gratuitement et sur la base du volontariat aux éleveurs utilisateurs. Cet inventaire des montagnes des Pyrénées (patous), bergers de Maremme ou autres Kangal se passe simplement. Sur rendez-vous, un recenseur se rend sur la ferme et échange avec le propriétaire des chiens. « Il faut compter environ une demi-heure par chien, explique Barbara Ducreux de l’Institut de l’élevage. À l’aide d’une grille, le recenseur discute avec le maître pour connaître l’identité de chacun des chiens, leur pedigree, leur état de santé, leur comportement avec les animaux, avec leur maître, avec des inconnus… »

Repérer les lignées les plus aptes au travail

Ce recensement ne concerne que les chiens de protection d’au moins 18 mois, au travail sur troupeau chez des éleveurs détenant au moins 25 animaux (bovins, caprins, ovins…) reproducteurs en propriété ou 50 en pension. Il se veut une première étape pour mettre en place une sélection et mieux raisonner les accouplements en privilégiant les lignées aptes à bien protéger les troupeaux et à travailler facilement avec l’éleveur.

La structuration passe aussi par l’élaboration d’une Charte nationale de bonnes pratiques d’élevage des chiots destinés à la protection des troupeaux. Véritable mode d’emploi, ce guide de 32 pages explique comment bien choisir les parents reproducteurs, comment nourrir les chiots, les soigner ou les familiariser avec l’humain et le troupeau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

La chevroquine contre le Covid
Une molécule naturellement présente dans le lait de chèvre s’avère être une arme efficace contre la pandémie de Covid-19.
Au Pradel, le personnel de la ferme expérimentale applique des lingettes désinfectantes sur les mamelles des chèvres en salle de traite. © C. Boyer/Idele
Vers une meilleure maîtrise des Stec dans les élevages laitiers
Le projet Stecamont a permis d’acquérir des connaissances et de tester l’efficacité de mesures de maîtrise des Stec hautement…
Le site fraisetlocal.fr permet de trouver rapidement un site de vente directe à côté de chez soi.  © Frais et local
La plateforme « Frais et local » recense les producteurs en vente directe
Lancé début janvier, la plateforme fraisetlocal.fr met en relation les consommateurs et les producteurs en vente directe grâce à…
Les premières images acquises par le scanner montre reproduisent le volume de la mamelle d'une fausse chèvre. © 3D Ouest
Des mamelles de chèvre en 3D pour étudier la traite
Le projet CapriMam3D va utiliser les technologies 3D pour aider à la sélection des mamelles des chèvres et à la conception de…
La mutation d'un gène laisse la corne pousser à plusieurs endroits de la tête. © A. Capitan/Inrae
Découverte du gène des quatre cornes
Certains moutons ou chèvres ont quatre cornes au lieu de deux. On retrouve de ces spécimens dans certaines races de chèvres…
Les chèvres ensauvagées du pic de Vissou dans l'Hérault.
Les chèvres férales en France
Les chèvres redevenues sauvages font parler d'elles. Revue de presse en Tarn, Bouches-du-Rhône, Hérault et Ariège par Jean-Noël…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre