Aller au contenu principal

Recensement des chiens de protection

Le recensement est aussi une façon de mettre en relation les éleveurs utilisateurs de chien et de repérer des éleveurs susceptibles de devenir des naisseurs de chiots de protection. © D. Hardy
Le recensement est aussi une façon de mettre en relation les éleveurs utilisateurs de chien et de repérer des éleveurs susceptibles de devenir des naisseurs de chiots de protection.
© D. Hardy

Le recensement des chiens de protection est proposé gratuitement et sur la base du volontariat aux éleveurs utilisateurs. Cet inventaire des montagnes des Pyrénées (patous), bergers de Maremme ou autres Kangal se passe simplement. Sur rendez-vous, un recenseur se rend sur la ferme et échange avec le propriétaire des chiens. « Il faut compter environ une demi-heure par chien, explique Barbara Ducreux de l’Institut de l’élevage. À l’aide d’une grille, le recenseur discute avec le maître pour connaître l’identité de chacun des chiens, leur pedigree, leur état de santé, leur comportement avec les animaux, avec leur maître, avec des inconnus… »

Repérer les lignées les plus aptes au travail

Ce recensement ne concerne que les chiens de protection d’au moins 18 mois, au travail sur troupeau chez des éleveurs détenant au moins 25 animaux (bovins, caprins, ovins…) reproducteurs en propriété ou 50 en pension. Il se veut une première étape pour mettre en place une sélection et mieux raisonner les accouplements en privilégiant les lignées aptes à bien protéger les troupeaux et à travailler facilement avec l’éleveur.

La structuration passe aussi par l’élaboration d’une Charte nationale de bonnes pratiques d’élevage des chiots destinés à la protection des troupeaux. Véritable mode d’emploi, ce guide de 32 pages explique comment bien choisir les parents reproducteurs, comment nourrir les chiots, les soigner ou les familiariser avec l’humain et le troupeau.

Les plus lus

Griffe du séchoir à foin
« J’ai investi dans une fabrique d’aliments à la ferme et un séchage en grange pour le confort de travail et l’autonomie alimentaire du troupeau de chèvres »
Dans l’Aveyron, Étienne Espinasse a fait évoluer son système alimentaire en remplaçant l’ensilage de maïs par du foin de luzerne…
Les lactations longues en élevage caprin
Nouveau guide pratique sur les lactations longues en élevage caprin
L’Institut de l’élevage publie un guide de 64 pages pour aider les éleveurs de chèvres à maîtriser les lactations de plus de 16…
Vue extérieur de la fromagerie Soignon
Soignon étudie un gros déménagement
La fromagerie Eurial qui fabrique les fromages de chèvre Soignon pourrait quitter son site historique des Deux-Sèvres pour s’…
Chèvre alpine au pâturage au Pradel en Ardèche
Une vraie rupture pour assainir le pâturage des chèvres
Ne pas faire revenir les chèvres pendant plus de trois mois dans une prairie en été a permis d’éliminer en moyenne 90 % des…
Etirement à la salle de traite
« L’éleveur est un sportif qui s’ignore »
Le travail en élevage demande une bonne condition physique. Comme un sportif, un éleveur doit s’équiper correctement, s’…
Photo du protocole d'expérimentation.
Les chèvres reconnaissent les émotions dans la voix
Attention à s’adresser aux chèvres correctement ! Certaines amies caprines semblent pouvoir distinguer les émotions humaines…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre