Aller au contenu principal

Pour un ébourgeonnage des jeunes caprins sans douleur

Pour annihiler la pousse des cornes, le bon ébourgeonnage des jeunes caprins avec un fer chaud permet de limiter le risque de douleur, d’infections et de repousse.

L'ébourgeonnage des jeunes caprins - Intervenir au bon âge et sans douleur - est une plaquette de quatre pages issue des travaux menés par l'Idele à la demande de l’Anicap. Elle est disponible sur anicap.org. On y trouve aussi un petit tableau sur le matériel adapté à l’ébourgeonnage.
L'ébourgeonnage des jeunes caprins - Intervenir au bon âge et sans douleur - est une plaquette de quatre pages issue des travaux menés par l'Idele à la demande de l’Anicap. Elle est disponible sur anicap.org. On y trouve aussi un petit tableau sur le matériel adapté à l’ébourgeonnage.
© Idele

L’ébourgeonnage des jeunes chevrettes et des futurs boucs limite les risques de blessures entre animaux, facilite leur accès à l’alimentation et le travail de l’éleveur. Pour être réussie et sans douleur pour l’animal, cette intervention nécessite de respecter quelques règles.

La première est d’ébourgeonner le plus tôt possible. En effet, le bourgeon cornual se développe très précocement chez les caprins : dès la naissance pour les mâles et entre 3 et 7 jours pour les femelles. La marge de manœuvre pour réaliser l’ébourgeonnage est étroite. L’intervention doit être pratiquée dès que le bourgeon cornual est palpable, soit entre 3 et 5 jours pour les mâles et entre 3 et 7 jours pour les femelles. Il faut cependant éviter d’intervenir trop tôt pour s’assurer d’une bonne vigueur des chevreaux.

Une bonne contention et un fer assez chaud

Pour bien ébourgeonner, il faut d’abord bien contenir ou positionner le chevreau. L’idée est de limiter son stress et d’empêcher les mouvements de la tête. Attention cependant à ne pas trop appuyer sur le chanfrein pour ne pas gêner la respiration.

Ensuite, si cela n’a pas déjà été fait, il faut utiliser une tondeuse pour dégager le bourgeon cornual et bien visualiser ses contours. Cela facilitera le bon positionnement de l’embout du fer. Tondre permet de limiter le dégagement de fumée et l’encrassement du fer.

Pour cautériser le bourgeon, on positionne le fer à la perpendiculaire du crâne autour du bourgeon cornual, en appliquant une pression légère et constante. Un fer suffisamment chaud permet de limiter à 3 ou 4 secondes d’application avec moins de risques de complication. Pour s’assurer que le fer est chaud, on peut l’appliquer sur une planche de bois. Si elle noircit rapidement le bois, le fer est assez chaud. Sur des animaux très jeunes, il est inutile d’enlever le cornillon après cautérisation.

Hygiène, vigilance et surveillance

Sans toucher la zone cautérisée, on peut vérifier qu’un anneau blanc continu (dans le cas d’un fer à lame céramique) ou qu’une zone de couleur cuivrée (avec un fer métallique) est bien visible.

Pour désinfecter la plaie, on applique immédiatement un produit antiseptique en spray pour limiter les risques infectieux et refroidir les tissus cautérisés. Éviter les produits à base d’aluminium qui n’ont pas d’action désinfectante.

Les chevreaux restent ensuite au repos sur une litière propre, dans un endroit sec et chaud, à l’abri des courants d’air. Pendant trois jours, il faudra être vigilant aux animaux anorexiques ou manquants de coordination.

Prendre en charge la douleur

La zone du bourgeon cornual étant très innervée, sa cautérisation est source de douleur, quel que soit l’âge auquel elle est réalisée. Comment la limiter ?

Avant l’intervention, l’utilisation d’un sédatif évite le stress occasionné par les manipulations et limite la douleur ressentie par l’animal. Il entraîne une perte de conscience, entre 15 minutes et une heure, variable selon les animaux. Après l’intervention, malgré l’absence de signes visibles pendant les heures suivant un ébourgeonnage bien réalisé, l’inflammation locale générée justifie la prise en charge de la douleur chronique par des anti-inflammatoires administrés avant intervention.

Pour les chevreaux non sédatés, l’observation d’une modification du comportement, de mouvements d’oreille ou de la tête témoigne d’une douleur importante et impose de revoir la procédure d’ébourgeonnage (âge des chevreaux, type de fer utilisé…) avant de mettre en place une sédation.

Les modalités de prise en charge de la douleur lors de l’ébourgeonnage sont réduites et parfois délicates. Il faut se faire accompagner par son vétérinaire lors des premières séances d’ébourgeonnage sans douleur pour pouvoir ensuite réaliser seul cette intervention, avec les produits prescrits.

Les plus lus

Agrial veut séduire les futurs installés en élevage caprin
Pour assurer le renouvellement des actifs de ses 600 adhérents caprins, la coopérative Agrial promeut le métier d’éleveur de…
Gwenaëlle et Julien Ravon et leurs quatre enfants, Pierre-Louis, Valentin, Eulalie et Baptistin, sont installés à Saint-Mathurin en Vendée depuis 2011 avec leurs 110 chèvres poitevines. Un projet atypique mais cohérent.
« La poitevine apporte une plus-value à nos fromages »
À Saint-Mathurin en Vendée, La Ferme du Cap’Vert limite les charges et valorise bien le lait de ses 110 chèvres poitevines,…
Le témoignage d’Olivier Billaud a marqué l’assistance lors de la journée "éleveurcaprindemain organisée par le Brilac et l'Anicap début décembre : en reconversion, le jeune exploitant caprin avait rencontré son cédant à la journée #éleveurcaprindemain de 2017.
À Melle, la filière caprine d’aujourd’hui rencontre celle de demain
La traditionnelle journée #éleveurcaprindemain dédiée à l’installation était organisée le 2 décembre par le Brilac, l’Anicap et…
Engraissement des chevreaux à la ferme, quatre webinaires pour tout savoir
L'institut de l'élevage et ses partenaires proposent une série de webinaires abordant les étapes clefs et les résultats du projet…
Assurer ses prairies pour sécuriser l'alimentation de ses animaux est une solution à envisager avec le nouveau dispositif d'assurance récolte en vigueur depuis le 1er janvier.
« Une assurance récolte plus incitative pour les éleveurs caprins »
Rémi Dubourg, chargé d’études à Chambres d’agriculture France. Depuis le 1er janvier 2023, un nouveau cadre légal s’applique pour…
Alain Chrétien à sa table à dessin en février 2009
Disparition du dessinateur Alain Chrétien
Fidèle dessinateur des revues Pâtre et La Chèvre depuis plus de quarante ans, Alain Chrétien est décédé brutalement jeudi dernier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre