Aller au contenu principal

Paratuberculose : autorisation de mise sur le marché du vaccin Gudair

Le vaccin Gudair est autorisé en France pour aider à lutter contre la paratuberculose chez les ovins et caprins.

Flacon de vaccin Gudair
Les vaccinations avec Gudair était auparavant possible mais avec un protocole dérogatoire assez lourd.
© Zendal

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) vient d’autoriser la mise sur le marché du vaccin Gudair pour les ovins et les caprins. Ce vaccin à base de mycobacterium paratuberculosis inactivé a montré son efficacité pour lutter contre la paratuberculose. De multiples témoignages d’éleveurs et de vétérinaires ont ainsi confirmé la diminution importante des formes cliniques de paratuberculose dans les cheptels vaccinés. Cependant, compte tenu du maintien d’une excrétion fécale y compris chez les animaux vaccinés, la vaccination ne peut en aucun cas constituer la seule mesure de lutte vis-à-vis de l’infection. Des mesures sanitaires supplémentaires de biosécurité doivent être associées pour assainir progressivement le troupeau. Cela inclut notamment l’élimination rapide des chèvres présentant des symptômes de la maladie ou encore la réduction de l’exposition des jeunes. D’après l’Observatoire des maladies caprines (Omacap), la paratuberculose provoque des pertes jugées pénalisantes pour environ 20 % des élevages caprins de Nouvelle-Aquitaine. Et la bactérie serait présente dans les trois quarts des élevages français.

Selon les régions ou les départements, des plans d’action sont proposés et permettent d’être accompagnés pour définir les mesures les plus adaptées à mettre en place en fonction de la situation de chaque exploitation et de son statut vis-à-vis de la maladie. Un échange avec le vétérinaire de l’exploitation et le GDS permettront de savoir quelles sont les actions envisageables et les aides financières éventuelles.

Lire aussi : évaluation de l’efficacité du vaccin Gudair sur des troupeaux caprins vaccinés depuis 5 ans : enquêtes en élevages

Lire aussi : Vivre avec la paratuberculose caprine

Les plus lus

Robot d'alimentation Lely Vector
« Robot d’alimentation, pluie de paille, génétique et cube d’aliments pour gagner en performance et en confort »
Dans la Vienne, l’élevage caprin la SCEA Du bois du Theil multiplie les investissements en misant sur la robotisation, l’…
Fromage sainte maure de touraine AOP
Les résultats du concours de fromages fermiers de chèvre Fromagora 2024
Fromagora, le concours national de fromages de chèvre fermiers, a distribué 74 médailles dont 27 médailles d’or, 31 d’argent et…
Traite des chèvres et contrôle laitier en Haute-Savoie
1 023 kg de lait par an et par chèvre au contrôle laitier en 2023
Les chèvres au contrôle laitier ont produit 1 023 kilos de lait en moyenne en 2023. L’autre tendance est l’allongement…
Trois éleveurs dans une prairie devant des moutons
« Pas satisfaits de nos ray-grass italiens, nous avons adopté les mélanges suisses »
Par rapport au ray-grass italien, le mélange de plusieurs espèces prairiales offre un meilleur rendement, une pousse plus étalée…
Chèvres en Espagne
Lait de chèvre : « Baisse de l’export espagnol et tensions sur la poudre hollandaise »
Le marché du lait de chèvre évolue avec une baisse de la production espagnole et des tensions sur l’export de poudre de lait…
Les robots d'alimentation permettent d'automatiser la distribution des fourrages et des concentrés au troupeau.
Les élevages caprins automatisés, robotisés et connectés
Les éleveurs caprins s’équipent en solutions numériques et d’automatisation. Une enquête d’Idele montre le niveau, l’intérêt et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre