Aller au contenu principal

Manon Morin, éleveuse dans la Drôme
« Nous sommes démunis et épuisés face au loup »

Si l'on compte moins de chèvres que de brebis parmi les victimes d'attaques de loups, les éleveurs caprins des zones de prédation sont eux-aussi sous pression. La présence du prédateur les oblige à investir dans des clôtures, des chiens de protection et à modifier leurs pratiques d'élevage. Manon Morin et son conjoint Florian sont producteurs fermiers dans la Drôme. La jeune éleveuse partage le quotidien de leur exploitation via des vidéos postées sur Youtube et Facebook. Elle y aborde régulièrement la question du loup.

© J. L.
Manon Morin, éleveuse dans la Drôme, subit la pression de deux meutes du loup à proximité de son exploitation. La présence du prédateur les a obligés, elle et son conjoint, à revoir l'utilisation du parcellaire et à investir dans clôtures et chiens de protection.
© M. Morin

« Depuis notre installation sur la ferme familiale en 2018, la présence du loup s’est accentuée et la situation s’est fortement dégradée. Malgré les dispositifs de protection importants mis en œuvre, la proximité de deux meutes, de cinq et dix individus, nous met sous pression. Même en journée, il arrive que les loups rodent le long des clôtures, malgré la présence humaine, malgré les patous.

Pour protéger notre troupeau de 120 chèvres, nous avons deux chiens de protection et un troisième va nous rejoindre cet hiver. Si leur présence peut rassurer, la charge de travail que leur dressage implique est énorme. Et nous devons sans cesse expliquer aux riverains la raison de leur présence, gérer les conflits liés aux aboiements…

Depuis quelques mois, nos chèvres ne vont plus dans deux parcelles parce que nous ne pouvons pas les surveiller depuis la chèvrerie. J’ai aussi réduit le périmètre du parcours au retour du pâturage et je n’emmène les chèvres que si mon conjoint est à proximité.

Il y a quelques semaines, j’ai dû laisser les chèvres dans le bâtiment parce les loups hurlaient, en pleine journée, juste au-dessus des prairies. Nous sommes démunis et seuls : tant qu’il n’y a pas d’attaque, les brigades loup n’interviennent pas.

 

Nous sommes fatigués et stressés. Je me lève à une heure du matin pour aller voir si les vaches, qui dorment dehors jusqu’aux vêlages, vont bien. Si je ne suis pas contre la présence de loups, des meutes de plus de quatre individus sont impossibles à gérer pour nos patous. Et pendant que nous mettons en place les clôtures anti-loup, que nous éduquons les chiens… les fromages ne se font pas !

Je communique sur le sujet de la façon la plus raisonnée possible pour expliquer notre quotidien, faire entendre notre voix. De nombreux agriculteurs m’ont contactée suite aux vidéos que j’ai postées sur les réseaux sociaux. Nous voulons que l’Etat prenne enfin des décisions. Les meutes sont localisées, il est nécessaire de réaliser des prélèvements préventifs intelligents pour réduire leur taille. En attendant, bon courage à tous les éleveurs des Alpes ! »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

« Nous sommes démunis et épuisés face au loup »
Si l'on compte moins de chèvres que de brebis parmi les victimes d'attaques de loups, les éleveurs caprins des zones de prédation…
Sanders détaille son plan d’aide de 6 millions d’euros pour l’élevage
Annoncé au printemps dernier, le plan d’aide aux éleveurs d’un montant de six millions d’euros a été exposé par Sanders et Avril…
Faire face à la hausse des charges en élevage caprin
Plus de 100 participants ont assisté à la journée des partenaires organisée par le Brilac début juillet. L’occasion de faire le…
[Sécheresse] Acheter du fourrage ou réduire l’effectif caprin ?
Alors que de nombreux éleveurs ont puisé dans leurs stocks hivernaux à cause de la sécheresse, l'arbitrage entre achat de…
La ferme expérimentale caprine du Pradel vous donne rendez-vous à Mirabel, en Ardèche, le 18 octobre prochain pour sa porte-ouverte. Huit ateliers et trois circuits de visite sont proposés.
Portes ouvertes au Pradel : « des idées à partager, des pratiques à adopter »
Le 18 octobre, la ferme expérimentale caprine du Pradel en Ardèche ouvre ses portes. Huit ateliers, trois circuits de visite et…
Les prix des chevreaux naissants ne devrait pas connaître d'embellie au cours des prochains mois.
Pas d’éclaircie en vue pour le chevreau naissant
Après deux années de crise, le prix du petit chevreau reste en deçà des espérances. Si la collecte semble assurée, la recherche…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre