Aller au contenu principal

N’oubliez pas la fièvre Q en élevage caprin !

Le comité d’experts autour de la fièvre Q a dévoilé les résultats d’une enquête auprès des professionnels de l’élevage de bovins, ovins et caprins et des médecins généralistes. La fièvre Q semblerait ne pas être suffisamment prise en compte par les uns comme par les autres.

L'étude montre que le vaccin contre la fièvre Q n'est pas utilisé en préventif, comme cela devrait être, mais principalement en curatif.
© B. Morel

Alors que près de trois troupeaux caprins sur cinq ont été touchés ou sont actuellement touchés par la fièvre Q, une étude du comité d’experts sur cette maladie fait état d’une grande méconnaissance de celle-ci par les éleveurs et les vétérinaires. Ce comité fièvre Q, composé de vétérinaires spécialisés dans les ruminants, a pour vocation de redynamiser la lutte contre la fièvre Q, d’enrichir les connaissances que nous en avons et sensibiliser les professionnels, éleveurs, vétérinaires et médecins généralistes.

Lire aussi : Un comité d'experts contre la fièvre Q

L’étude menée par l’institut Via Voice fait un constat alarmant : près de 30 % des éleveurs de ruminants et 20 % des vétérinaires ne connaissent pas les symptômes de la fièvre Q. Rappelons que cette maladie infectieuse, causée par la bactérie C. burnetii, touche statistiquement 61 %  des élevages caprins français et que sa contagiosité est forte entre les animaux (41 % de prévalence intra-troupeau caprin) mais également d’animal à humain. Pourtant, 67 % des éleveurs interrogés ne considèrent pas que leur élevage soit exposé à un risque de fièvre Q. Plus inquiétant encore, plus de la moitié des éleveurs qui ont été confrontés à la maladie n’ont pas mis en place sur leur exploitation de mesures de protection pour eux ou leurs salariés. Pour Christophe Brard, président du comité d’experts « la mise en place de ces gestes de protection représente à l’heure actuelle la plus grosse marge de progression à cibler. Il existe toute une panoplie de moyens de protection, allant des gants et masques jusqu’à la vaccination qu’il est nécessaire de connaître et de maîtriser. »

Lire aussi : Les précautions à prendre face à la fièvre Q

L’étude montre également que le vaccin, qui existe bel et bien, est utilisé dans la majorité des cas en curatif et non en préventif. Eric Collin, vétérinaire praticien en rural, souligne : « engager un éleveur dans un plan de lutte est lourd, aussi nous devons être sûrs de notre diagnostic. Or beaucoup des symptômes de la fièvre Q ne sont pas spécifiques et nous manquons d’une connaissance fine de la maladie. » Les membres du comité fièvre Q exhortent de ce fait les professionnels à davantage déclarer les avortements qui se produisent sur les troupeaux, afin de mieux identifier la cause et resserrer les mailles du filet anti-fièvre Q.

Le comité fièvre Q publie une série de fiches explicatives sur la maladie, à destination des éleveurs et des vétérinaires, qui seront disponibles gratuitement en ligne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

« Nous sommes une petite filière avec peu de moyens financiers, nous devons donc travailler en complémentarité : les travaux nationaux doivent nourrir les démarches régionales, et inversement », rappelle Franck Moreau, président de la section caprine d'Interbev.
Les initiatives fleurissent pour valoriser le chevreau
Si les idées pour donner de la valeur à la viande caprine ne datent pas d’hier, la crise sanitaire a stimulé les initiatives pour…
Philippe et Valérie Robin, éleveurs à Pougne-Hérisson (79), SCEA le Chêne Blanc.
« Nous recrutons cinq saisonniers pour les mises bas »
      « Les mises bas de nos 1 000 chèvres sont groupées entre le 25 janvier et le 20 mars. Nous élevons tous les chevreaux…
CapGènes lance une offre de semences sexées femelle. Les performances obtenues lors des essais sont similaires celles de bovins : plus de 90 % de femelles à la naissance, un taux de fécondation autour de 45-50 %, contre 60 % en moyenne en semences classiques, pour un coût d’environ 30 € supérieur.
CapGènes lance une offre en semences sexées pour les caprins
Pour la première fois, la semence sexée sera commercialisée en France dès le printemps 2022. Une innovation portée par CapGènes…
Pour chaque site d'élevage, un référent responsable du bien-être animal doit être désigné.
Un référent bien-être animal obligatoire par élevage caprin
Depuis le 1er janvier 2022, chaque élevage doit disposer d’un référent bien-être animal. Celui-ci est annoncé par voie d’…
1 565 élevages caprins suivis en 2020 par les entreprises de conseil en élevage, soit 232 915 chèvres.
Fusion annoncée entre France Conseil Élevage et Allice
« Bâtir une fédération ouverte et agile au service des entreprises et des éleveurs » est l’objectif commun de France Conseil…
Les plaques de polycarbonate amovibles sont montées sur des rails de portes coulissantes. Un "U" en fer à l'envers sert de guide en haut.
« Un bâtiment chevrettes adapté à toutes les saisons avec un bardage coulissant fait maison »
Hervé, Pierre et Baptiste Sorin, du Gaec Cabri'Hyaule à Val-Couesnon (35), ont 520 chèvres en lactation. Ils ont réalisé un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre