Aller au contenu principal
Font Size

Méteils et prairie multiespèce : de savants mélanges pour les chèvres !

En diversifiant les espèces de graminées et de légumineuses, on renforce l’autonomie alimentaire des élevages caprins en sécurisant leurs cultures fourragères.

 © J. Jost
© J. Jost

L’association de différentes espèces de graminées et légumineuses présente de multiples avantages pour améliorer l’autonomie fourragère et la durabilité des systèmes d’élevages. La capacité des légumineuses à fixer l’azote présent dans l’air permet un apport gratuit aux graminées et donc de peu ou pas compléter avec de l’azote minéral. Elle permet également de limiter l’achat d’intrants en apportant directement des protéines par le fourrage utilisé dans la ration des chèvres. Enfin, un nombre plus important d’espèces permet à ce type de prairies de mieux s’adapter à l’hétérogénéité intra-parcellaire du sol et offrir une valeur alimentaire régulière sur la saison. Face au changement climatique et aux variations importantes de température, elle peut contenir des espèces s’adaptant à des périodes de fortes disponibilités en eau et d’autres à la sécheresse.

Cultures bas intrants et vertueuses dans la rotation

À l’échelle des rotations de cultures, la prairie multiespèce et les méteils bénéficient à la structure et à la fertilité des sols. Ils permettent de limiter le développement des adventices et des maladies et présentent des atouts pour l’environnement en augmentant la biodiversité et diminuant les émissions de gaz à effet de serre. Il s’agit de solutions techniques intéressantes pour répondre aux enjeux des éleveurs de chèvres et de durabilité de la filière : recherche d’autonomie alimentaire et protéique, cultures bas intrants et vertueuses dans la rotation.

Méteils et prairie multiespèce sont donc de savants mélanges, qui dévoilent leurs atouts et se développent chez les éleveurs de chèvres !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le système choisi pour le projet est type Centre Ouest, avec un troupeau assez grand et une livraison de lait.  © Idele
Une chèvrerie de précision pour demain
Après six années de travail mutualisé entre les différentes productions animales, les prototypes de bâtiments de demain…
La chèvrerie construite en 2016 intègre également la salle de traite et le séchage en grange, ce qui explique la hauteur sous plafond très importante. Cela est finalement satisfaisant, permettant une bonne circulation de l'air. © B. Morel
Dans le Nord, le déclic du bio
Antoine Deltour est chevrier dans le Nord. Il y a quelques années, il a eu un déclic et a décidé de convertir son exploitation en…
 © J. Jost
Méteils et prairie multiespèce : de savants mélanges pour les chèvres !
En diversifiant les espèces de graminées et de légumineuses, on renforce l’autonomie alimentaire des élevages caprins en …
Le concept One Health veut soigner l’animal pour soigner l’Homme
La crise du Covid-19 met en avant les liens entre santé animale et santé humaine. Le concept One Health ("une santé" en anglais)…
Les Français consomment le lait de chèvre sous toutes ses formes
FranceAgriMer a publié le bilan de la consommation de produits laitiers en 2019, document dans lequel les tendances d’achats, les…
Les chèvres les plus habituées qui connaissent le parcours pourront montrer toutes les bonnes ressources aux autres plus naïves. © E. Genevet
« Alimenter sur parcours sans compromettre la ressource »
« Dans les zones méditerranéennes, les élevages caprins profitent largement des pelouses plus ou moins embroussaillées, des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre