Aller au contenu principal

Prévention des pathologies
Limiter les mammites de tarissement

Plus sournoises que celles de lactation, les mammites de tarissement compromettent pourtant sérieusement la carrière de la brebis.


Un défaut dans la conduite alimentaire de la période qui entoure le sevrage apparaît comme l´origine la plus fréquente de cette pathologie. Mais bien tarir impose de connaître parfaitement la valeur laitière de son troupeau, ce qui est plus aisé en système laitier. Le tarissement est d´autant plus sévère, voire drastique, que les brebis ont un potentiel élevé, en particulier pour des sevrages à 70-80 jours. Par contre, si les brebis montrent un état corporel insuffisant (des agnelles par exemple), une restriction alimentaire trop importante pourrait être fatale pour certaines. Une adaptation de la conduite est nécessaire en fonction des lots.
Pour des femelles fortes productrices conduites en bergerie en lactation, le sevrage se prépare un mois avant ! On commence par supprimer l´apport d´azote dans la ration de concentré. Puis, dans les 15 jours précédant le tarissement, les brebis ne consomment plus que du fourrage. Au sevrage, elles passent à la paille à volonté ! Pour les lots de brebis très laitières, l´eau peut être coupée, une journée au plus !
Plus les brebis sont laitières, plus le tarissement doit être sévère. ©DR

Surveiller les mamelles
Après dix jours de régime sec à la paille, la palpation des mamelles est obligatoire. Si la mamelle est redevenue bien souple et tient dans la main, pas de problème ! S´il reste du lait, la vider ne présente aucun risque de déclencher à nouveau la lactation. Par contre, un pis chaud et gonflé nécessite des soins plus onéreux. Après avoir vidé les quartiers, puis désinfecté l´extrémité de chaque trayon (sinon, les germes du trayon peuvent provoquer des mammites foudroyantes à l´agnelage), on injecte une seringue mammaire par quartier. Si des ganglions sont perceptibles entre les deux quartiers, le recours aux antibiotiques par voie générale (spiramycine ou pénicilline) reste obligatoire.

Les plus lus

L’équipe d’Holland Goats comprend les propriétaires Lianne et Harm Jan Brouwer (à gauche) et le salarié Allard Vlastuin (à droite). Bas van der Heiden (deuxième à ...
Un bâtiment tout confort pour élever et exporter les chevrettes hollandaises
Holland Goats élève entre 1 500 et 1 800 chevrettes chaque année. C’est aussi de là que partent environ 4 000…
Affiche du film Les Chèvres !
Dany Boon défend une chèvre au cinéma
En salle le 21 février, le film "Les chèvres !" raconte l'histoire loufoque de l'improbable procès d'une chèvre au 17e siècle.…
Grégory Gilbert, éleveur dans la Sarthe, aide une chèvre à mettre bas.
« Une moyenne à 800 000 cellules avec 40 % de chèvres en lactation longue »
À l’EARL Chevr’Auvers dans la Sarthe, un soin tout particulier est porté à la qualité du lait de chèvre. Nicole Pradel et Gregory…
Un logement adapté à l’élevage des chevrettes
Un logement adapté à l’élevage des chevrettes
Les chevrettes ont des besoins spécifiques d’ambiance, de surface disponible et d’aménagements des aires de vie. Qu’elles …
Pesée des chevrettes
Un an pour faire une chèvre
Depuis sa naissance jusqu’à sa première mise bas, la chevrette va se développer et prendre du poids rapidement. Sept étapes pour…
Chevrettes Saanen en bâtiment
Raisonner le renouvellement du troupeau laitier caprin
Renouveler le troupeau en interne impose de choisir les chevrettes qui feront les bonnes futures laitières, puis de définir le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre