Aller au contenu principal
Font Size

Les banques accompagneront les producteurs touchés par la crise

Suite à la crise à la crise du Covid-19, des prêts bancaires garantis par l’État sont mis en place pour soutenir les trésoreries. Le point avec Guy Faurie du Crédit Agricole Centre Ouest.

GUY FAURIE, CRÉDIT AGRICOLE CENTRE OUEST. « En cas de difficultés de trésorerie, il est possible de demander une pause ou une modulation des échéances ainsi qu’un prêt garanti par l’État. » © Techovin
GUY FAURIE, CRÉDIT AGRICOLE CENTRE OUEST. « En cas de difficultés de trésorerie, il est possible de demander une pause ou une modulation des échéances ainsi qu’un prêt garanti par l’État. »
© Techovin

Quelles sont les mesures mises en place pour contrer les effets de la crise ?

G. F. - Le gouvernement a décidé la mise en place des prêts garantis par l’État à hauteur de 300 milliards d’euros. À travers les établissements bancaires, la Banque publique d’investissement (BPI) peut accorder des prêts allant jusqu’à 25 % du chiffre d’affaires annuel à un taux de 0 %. Ces prêts d’un an renouvelable ne coûtent que 0,25 % de frais de garantie par an. C’est un bon dispositif mais on ne peut en profiter qu’une seule fois et il faut donc savoir de combien on a besoin. Or, tout le monde ne connaît pas précisément ses pertes à l’année à cet instant.

Incitez-vous les éleveurs à profiter de ces prêts à taux zéro ?

G. F. - Ces mesures sont uniquement faites pour compenser la baisse de chiffre d’affaires.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le système choisi pour le projet est type Centre Ouest, avec un troupeau assez grand et une livraison de lait.  © Idele
Une chèvrerie de précision pour demain
Après six années de travail mutualisé entre les différentes productions animales, les prototypes de bâtiments de demain…
La chèvrerie construite en 2016 intègre également la salle de traite et le séchage en grange, ce qui explique la hauteur sous plafond très importante. Cela est finalement satisfaisant, permettant une bonne circulation de l'air. © B. Morel
Dans le Nord, le déclic du bio
Antoine Deltour est chevrier dans le Nord. Il y a quelques années, il a eu un déclic et a décidé de convertir son exploitation en…
 © J. Jost
Méteils et prairie multiespèce : de savants mélanges pour les chèvres !
En diversifiant les espèces de graminées et de légumineuses, on renforce l’autonomie alimentaire des élevages caprins en …
Le lait français représente la moitié du prix de la bûchette de chèvre
Le dernier rapport de l’Observatoire des prix et des marges est plutôt optimiste pour la filière caprine.
Le concept One Health veut soigner l’animal pour soigner l’Homme
La crise du Covid-19 met en avant les liens entre santé animale et santé humaine. Le concept One Health ("une santé" en anglais)…
Les Français consomment le lait de chèvre sous toutes ses formes
FranceAgriMer a publié le bilan de la consommation de produits laitiers en 2019, document dans lequel les tendances d’achats, les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre