Aller au contenu principal

Le renouvellement des générations plus dynamique en caprin

La production caprine attire jeunes et moins jeunes pour faire soi-même son fromage ou dans le cadre d’un lien étroit avec un collecteur/transformateur.

 

La population des éleveurs de ruminants marque un fort vieillissement depuis le début des années 2000. Dans les secteurs bovins, en particulier laitier, il est lié à l’abandon de la politique de préretraite-installation à la fin des années 1990, ce qui a contribué à diviser par deux les niveaux d’installation par an. Pour les secteurs viande (bovine et ovine), il est aussi dû au maintien en activité d’éleveurs à plus de 62 ans qui préfèrent conserver les aides de la PAC (en particulier avec les ICHN) plutôt que toucher une faible retraite. Les installations plus tardives (plus de 40 ans), en reconversion professionnelle par exemple, sont en nette croissance depuis 2010 et contribuent aussi à ce phénomène. D’après les données de la MSA, elles représentent 25% des installations en ovins viande, 21% des exploitations en caprins, 15% en bovins lait. Avec 41% d’éleveurs de plus de 50 ans en 2019 (25% de plus de 55 ans), la filière caprine est moins marquée par le vieillissement (autour de 50% pour les autres filières animales). Une valeur proche de celle de 2010 ou 1988, mais bien supérieure à celle de 2000 (27%).

Les moins de 40 ans détiennent un tiers des chèvres

La filière caprine est une des plus attractives de l’agriculture française, avec le maraîchage, en particulier pour les jeunes actifs. "Le tiers des éleveurs caprins a moins de 40 ans contre le quart pour les autres secteurs ruminants", a signalé Christophe Perrot lors d’un récent webinaire de l’Académie d’agriculture. Le métier de fromager a gagné en attractivité ces dernières années, constituer un cheptel caprin est moins onéreux qu’en bovin et le secteur caprin attire une proportion de femmes plus importante. La production artisanale propose davantage d’opportunités et s’inscrit dans la dynamique actuelle de consommation locale. Néanmoins, nombre de nouveaux candidats voire d’installés déchantent vite devant les réalités de l’élevage. « Le pouvoir de séduction de l’agriculture semble fort mais beaucoup de projets ne vont pas jusqu’au bout quand il s’agit de passer du rêve à la réalité face aux difficultés à trouver du foncier et aux moyens et compétences à réunir pour réussir», rappelle Christophe Perrot. En production fermière, le turn-over semble important mais les exploitants envisagent plus facilement des carrières courtes plutôt que de consacrer leur vie entière à leur ferme.

De plus, la plupart des laiteries ont mis en place des mécanismes d’accompagnement à l’installation voire de recrutement pour les systèmes livreurs afin de gérer leur approvisionnement localement avec des nombres limités d’exploitations concernées. Depuis 2010, les données de la MSA indiquent que les petits ruminants (ovin et caprin) sont les productions agricoles qui affichent les meilleurs taux de remplacements des actifs (autour de 100%). C’est particulièrement vrai actuellement pour le secteur caprin mais la vigilance et la promotion du métier de chevrier restent néanmoins des axes de travail à prendre au sérieux puisqu’un peu plus de 20% du cheptel est géré par des éleveurs de 55 ans ou plus.

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les chèvres d'Angélique sont choyées pour produire du lait qui sera transformé en fromages.
[ Vidéo ] Angélique raconte sa passion des chèvres et des fromages au lait cru
Angélique est éleveuse de chèvres et fabrique ses propres fromages au lait cru à la ferme. Elle nous invite à partager une…
La filière cherche en premier lieu à désengorger le marché et réduire massivement les surstocks de chevreaux.
L’engraissement de chevreaux dans l’incertitude
Les tractations se poursuivent pour que les chevreaux d’automne puissent être correctement engraissés et abattus.
Avec une conduite de troupeau essentiellement basée sur le pâturage, Pascal Moreau parvient tout de même à un niveau de production très satisfaisant. © B. Morel
1 300 litres par chèvre avec du pâturage six mois dans l’année
Installés depuis 1998, Claudine et Pascal Moreau ont fait le choix de conduire leurs chèvres au pâturage pour alléger leurs…
Luzernes : Désialis absent du marché jusqu'à la fin septembre minimum
La dépêche
Face à une moindre production de luzerne sur les deux premières coupes, le déshydrateur est dans l’attente des résultats des deux…
Les abatteurs se sont engagés à collecter et abattre tous les chevreaux jusqu’à la fin de la campagne 2020/2021.
La Fnec annonce une reprise de la collecte des chevreaux
 Après des semaines d'incertitudes, les abatteurs se sont enfin engagés à abattre tous les chevreaux engraissés. 
La brousse est aussi appelée sérac, brocciu ou encore greuil selon les régions. © B. Morel
« La brousse : un fromage rapide et aisé à réaliser »
« Pour réussir la brousse à partir de lait de chèvre, il faut utiliser du lait frais qui a moins de 24 heures. Après cela, il…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre